Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Chapitre 396 - Terminus, part 3 : Préavis de mort

Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 1338
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 38
Localisation : Poitiers, Vienne, France

08052018
MessageChapitre 396 - Terminus, part 3 : Préavis de mort

Terre 24604378

Le dément revint cette fois au bout d’une heure trente. Il ne voulait pas que Wade ne dispose de trop de temps pour se remettre et lui réserver une mauvaise surprise. Pour la seconde fois, Patulas l’arracha au coma. Wade ne put que constater que son corps ne s’était pas encore totalement remis. Déjà il allait être de nouveau passé à tabac.

« - Je crois que c’est la première fois que j’ai un jouet qui va me durer aussi longtemps. Ça va être l’occasion d’essayer différentes approches pour le coup. Parce que bon, frapper quelqu’un, on l’a vu, je sais parfaitement faire. Mais à force, vois-tu, on finit par se lasser des meilleures choses. Donc on va un peu varier ! Vois-tu, dans le panthéon duquel je suis issu, j’étais le Dieu de la Mort et de la Haine ... mais aussi de la Souffrance ! Et crois-moi, ce n’est pas un titre usurpé. ... Quoi ? ... Tu ne me crois pas ? Roooh ! Merci pour ce manque de foi. Je vais être "forcé" de te le démontrer maintenant !»

Patulas s’immobilisa un instant. Puis commença à faire les cent pas devant Wade, faisant semblant de réfléchir.

« - Allez ! J’ai trouvé ! On va commencer soft ! »

Le dieu obscur s’approcha alors de Wade et posa simplement le bout des doigts de sa main droite sur l’épaule gauche nue de sa victime. Celui-ci sentit comme s’il avait de minuscules griffes aux extrémités de ses doigts. Elles n’étaient pas blessantes mais leur contact était bizarre. C’est lorsqu’il les retirait qu’il commença à sentir un certain engourdissement sur son épaule. La sensation se propagea rapidement sur toute la peau de son corps. Une légère brise se leva au sein de l’arène. C’est alors qu’il comprit, dans une terrible douleur, ce qu’il lui avait fait ; il avait rendu son derme hypersensible. La brise, si légère qu’elle fut, sembla lui râper la peau. Le contact de sa bure était comme une planche hérissée de clous. C’était un réel supplice rien que de bouger un muscle. Durant de longues minutes Wade fut agité avant de s’acclimater, ou plutôt d’être abruti par cette douleur constante.
Patulas s’en amusa tout en étouffant un rire bruyant. Il invoqua alors un corbeau psychopompe qui vint se poser sur son épaule. Il lui retira une plume et le chassa brutalement. Avec cette plume, il s’amusa à caresser la peau de Wade. Celui-ci se mit à hurler à chaque contact. La plume était pour lui telles des lames de rasoirs. Cette fois Patulas ne put se retenir de rire. Il ne cessa d’effleurer la peau de Wade avec la plume durant de longues minutes avant que celui-ci ne s’acclimate finalement à la douleur et ne hurle plus.
Manifestement, cela ne plaisait pas au dieu obscur sur le visage duquel le sourire disparut. Il matérialisa alors divers objet mais aucun ne semblait plus atteindre Wade. Même en lui entaillant la peau, le supplicier réagissait à peine plus qu’en émettant un grognement.

Finalement Patulas se lassa et jugea qu’il l’avait trop stimulé pour le moment. Il reviendrait plus tard pour essayer autre chose. De son côté, Wade s’évanouit. Sa syncope fut agitée. C’était comme s’il revivait les supplices en boucle, son subconscient tentant sûrement de trouver une solution. Il revint à lui, en sursaut, près d’une heure plus tard. Face à lui, personne. Patulas n’était pas encore revenu pour le torturer. Il était revenu à lui de son propre chef. Son corps ne le faisait plus souffrir, il avait fini de se régénérer. L’hypersensibilité cutanée que lui avait infligée le dieu semblait s’être dissipée. Pour la première fois depuis plusieurs heures, il avait l’esprit clair. C’était l’occasion ou jamais de réfléchir à un moyen de se soustraire à cette situation cauchemardesque. Il regarda tout autour de lui ; l’arène était vide hormis les deux faux qu’il avait utilisées et qui était plantées dans le sol à quelques mètres de lui. Il tenta de les ramener à lui comme son cavalier l’avait fait mais elles ne bougèrent pas d’un centimètre. Était-il trop faible ou bien seul le cavalier en était-il capable ? Cela ne serait pas étonnant. En effet il avait constaté que Mort n’avait pas utilisé une seule fois l’une de ses capacités les plus dévastatrices. N’y avait-il donc pas accès en retour ? Il devrait élucider cela plus tard. Pour le moment il devait trouver le moyen de se libérer et pour cela, une seule solution s’offrait à lui, celle qui avait déjà fait ses preuves. Mais il devait la jouer plus sournoise. La dernière fois, il n’avait pas eu le temps de libérer ses chevilles et Patulas s’en était servi pour le neutraliser aussitôt. Cette fois, il devrait faire en sorte de neutraliser la divinité plus longuement afin de se libérer complètement. C’est alors que Patulas réapparut.

« - Déjà réveillé ? J’ai bien fait de revenir plus tôt alors ! » fit-il avec un sourire malsain.

« - On va passer à quelque chose de différent ... mais de tout aussi distrayant ... pour moi, j’entends bien évidemment. Quoique ... tu m’en diras des nouvelles ! »

Le malfaisant s’avança alors vers Wade et pointa son index vers lui. Son ongle prit la forme d’une longue griffe qu’il menaça d’enfoncer dans le biceps droit de sa victime. Au moment où il allait le faire, Wade réagit violemment et tenta de lui mordre le doigt en projetant vivement sa tête. Patulas retira son doigt par réflexe et se mit à rire au bout de trois secondes.

« - Toujours aussi véhément à ce que je vois ! C’est bien ! ... Mais je n’ai pas besoin de te toucher. C’était plus pour la dramaturgie de l’instant ».

Se reculant, Il tendit la paume de sa main vers Wade. Celle-ci s’illumina de rouge un bref instant. En réponse, le corps de Wade s’illumina de l’intérieur de la même lumière. Que lui avait-il fait cette fois ? Il ne tarda pas à le comprendre lorsqu’il sentit ses muscles commencer à tressaillir et connaître des spasmes de plus en plus rapprochés et de plus en plus violents. Les spasmes se transformèrent en contractures puis en crampes extrêmement brutales et douloureuses et ce sur l’ensemble du corps. La douleur était insoutenable. Il ne parvenait plus à respirer tellement cela lui faisait mal. Des muscles dont il ignorait l’existence se firent connaître. C’était un véritable supplice et Wade ne put échapper un cri aussi puissant qu’interminable. Cela dura plus d’une vingtaine de minutes avant qu’une nouvelle et indicible douleur ne prenne le relais. Les muscles ainsi sollicités ne tinrent pas le choc. Ils commencèrent à se déchirer, lorsque ce n’était pas les tendons qui lâchaient. Rapidement le corps de Wade devint méconnaissable avec ses muscles déchirés ou distendus. Une fois encore, Wade sombra dans le coma.

« - Ça commence à être lassant ! Bon, ben à dans deux heures, vaurien ! »

Au bout d’une heure, Wade revint à lui. Son corps était encore extrêmement douloureux. Tous ses muscles ne s’étaient pas encore retendus. A en juger par son état, les prochaines trente minutes allaient être intéressantes. Il serra les dents tout en sentant ses derniers muscles se replacer, ses fibres musculaires se recomposer et ses tendons tendre à nouveau les muscles. Bien que la douleur était certaine, cela ne l’empêcha pas de former des pensées cohérentes.

..oO(Jamais il n’en finira avec moi. Il faut que je me libère).

C’est alors qu’il se souvint des dernières paroles d’Ankou : « - Si tu veux le tuer, il faudra te DÉCHAÎNER !!! »

Inconsciemment, il n’avait pas laissé les pleins contrôles à son cavalier et il le savait. Il lui avait plus lâché la bride mais il ne l’avait pas totalement libéré. Naïvement, il pensait que ça aurait été suffisant pour tuer Patulas ... pour tuer un dieu. Mais à quoi avait-il pensé ? Oser affronter un dieu et ne pas tout donner ? Quelle imbécilité ! Mais était-il encore temps ? Son cavalier avait-il suffisamment récupéré ? Wade le sentit soudainement s’agiter dans son crâne. A nouveau il grattait pour sortir. Il s’était tu jusque-là, attendant patiemment son heure. Attendant que son hôte daigne enfin le libérer complètement car il ne comptait pas risquer une nouvelle raclée si c’était pour ne pas donner tout ce qu’il avait.
Wade avait sa réponse, son cavalier était prêt à en découdre. Mais dans un premier temps, il devait d’abord se libérer de ses chaînes. Alors qu’il se concentrait pour détériorer le plus possible les chaînes jusqu’à les mener au point de rupture, une lumière vint illuminer son corps de l’intérieur. Avant même d’en ressentir l’effet, Wade sut ce qui allait s’ensuivre. Quelle que soit la façon, il allait à nouveau souffrir le martyr. Son corps fut soudainement pris d’une puissante convulsion et d’un terrible choc. Il entendit alors les pas de Patulas.

« - Tu aimes ? »

Wade ne comprenait pas ce qu’il se passait dans son corps. Il avait du mal à respirer et même à réfléchir. A vrai dire, il ne parvenait pas à réfléchir. Ses idées semblaient se déconstruire et tout lui semblait aller à l’envers. Soudain son corps fut parcouru d’une nouvelle convulsion et tout sembla revenir dans l’ordre mais non sans mal.

« - Tu dois te sentir désagréablement désorienté, je me trompe ? Il parait que la douleur ne devient insupportable qu’au bout de quelques minutes de ce traitement répété ».

Wade le regarda arriver dans l’arène sans comprendre de quoi il lui parlait. A nouveau, une convulsion l’ébranla et à nouveau plus rien n’avait de sens, pas même les paroles du dément.

« - Ut em sdnerpmoc sruojuot ? »

« - Sdnetta ! »

Une nouvelle convulsion ébranla le corps de Wade. La douleur procurée devint plus importante au fil des convulsions.

« - C’est mieux si tu me comprends lorsque je t’explique ce que tu subis, ha ha ! Je m’amuse à inverser ton flux sanguin. Outre le fait d’être fort désagréable au début et extrêmement douloureux à mesure qu’on le subit, il parait que même les sens sont perturbés. Comment te sens-tu ? Tu prends ton pied ? »

« - T’as qu’à essayer, connard ! »

« - Une autre fois, peut-être ! »

A nouveau le sang de Wade se mit affluer en sens inverse. La douleur irradiait de tout son être et d’un endroit en particulier. Mais il ne parvenait pas à déterminer lequel. Ses pensées étaient confuses, impossible à mettre en ordre. Une nouvelle fois, Patulas remit son système sanguin en l’état. C’est alors que Wade put déterminer où la douleur était la plus vive : son cœur. L’organe n’était pas conçu pour que le sang s’écoule à l’envers. Il ne tiendrait pas longtemps ce rythme infernal. Cela, Patulas en avait parfaitement conscience. Ainsi, il lui fit subir plusieurs inversions du flux jusqu’à l’extrême limite de son cœur. Alors qu’il battait de façon anarchique, se blessant lui-même, le dieu obscur s’arrêta.

« - On dirait qu’on en a fini pour le moment. Repose-toi bien mon biquet ! »

Malgré le supplice, Wade était parvenu à simuler son évanouissement. A peine fut-il parti que Wade rouvrit les yeux et prit une grande inspiration. Tout son corps et plus particulièrement son cœur le faisait souffrir atrocement. Il respirait rapidement et avait du mal à se concentrer. Toutefois il était satisfait de lui-même. Il était parvenu à le berner et lui faire croire qu’il était tombé en syncope. Ceci dit il était passé à deux doigts. Il devait récupérer avant de reprendre son entreprise.

Apparut soudainement le spectre doré du frère de Patulas au sein de l’arène. Il réduisit sa taille pour adopter celle de Wade et se mettre à son niveau. Bien qu’il ait conservé son crâne réapproprié un visage spectral se forma à sa surface et l’occulta presque.

« - Je me nomme Patrimpas. Je suis le frère défunt de ce dément ! »

Wade écarquilla les yeux. Pour la première fois depuis son arrivée un spectre regagnait suffisamment de raison pour tenir un discours sensé. La surprise passée, Wade fronça les sourcils.

« - Ça me fait une belle jambe ! » répondit-il.

Le spectre sembla contrarié mais accepta finalement l’insolence de Wade.

« - Je comprends ta réaction. J’ai mis du temps, beaucoup trop avant de me manifester de façon intelligible ».

« - Le spectre d’un humain l’a pourtant fait bien avant toi ! »

« - A ma décharge, il avait bénéficié de ton feu spectral qui lui avait redonné toute sa raison ».

« - Quoi ? »

« - La torche que tu as embrasée était composée de ses os. Ton feu a bien des propriétés que tu ignores. Par chance tu as ravivé l’esprit d’un être qui en voulait tout particulièrement à Patulas pour lui avoir dérobé son apparence humaine ».

« - Et à part venir me taper la causette, tu comptes m’aider d’une quelconque façon ? »

« - Je ne peux agir sur ces chaînes ! De mon vivant elles m’avaient également immobilisé ... mais je vois que tel ne sera plus longtemps ton cas ».

« - Qu’est-ce que tu es venu faire alors ? »

« - T’instruire quelque peu sur ton hôte ».

« - En v’là une bien bonne ! Ton frère ne semble pas savoir qui il est mais toi si ? »

« - Patulas a toujours été une brute sans cervelle, préférant détruire plutôt que contempler les miracles de la vie ... et de la mort. Lui qui est si prompt à la donner et qui s’en prétend le dieu, n’en connait que les aspects qui peuvent le servir ».

« - Continue » fit Wade.

« - Tout comme les faucheuses et Ankou, tu es un psychopompe ; c’est un fait établi. Mais tu es également bien plus que ça. Tu es Mort, Cavalier de l’Apocalypse, un parmi les Seize Sinistres Précurseurs ».

« - Précurseurs ? C’est quoi encore ça ? »

« - Tu le découvriras le temps venu. Pour le moment, tu dois libérer ton hôte de toute entrave si tu désires vraiment venir à bout de mon frère. Comme l’as dit Ankou, tu dois te déchaîner ».

« - Oui, je l’ai inconsciemment retenu tout à l’heure, je me suis rendu compte qu’il ne déployait pas toute sa puissance ».

« - Certes mais cela ne sera pas suffisant. Dans ton état, tu continueras toujours de le retenir, de le brider et sais-tu pourquoi ? »

« - Si je le savais, je ne serais pas suspendu ainsi ».

« - Tu abrites une force primordiale de mort ... alors que tu es vivant ! La vie en toi s’accrochera toujours pour subsister ... empêchant Mort de développer toute sa puissance ».
_____________

A suivre dans le chapitre 397 - Terminus, part 4 : Deadend
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» [J-movie] IKIGAMI - Préavis de mort
» Mase Motorô - Ikigami, préavis de mort T2
» Ikigami, préavis de mort
» Laura ESQUIVEL (Mexique)
» Kuroshitsuji II
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Chapitre 396 - Terminus, part 3 : Préavis de mort :: Commentaires

Ah, une nouvelle référence au fameux groupe de 16. Ca faisait longtemps ^^

Du coup, si je comprends bien. Wade va devoir mourir ? Intéressant Smile
 

Chapitre 396 - Terminus, part 3 : Préavis de mort

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre IV - Babel :: Arc 19 - A des Mondes de distance :: Sous-Arc 3 - la Terre des Âmes-
Répondre au sujetSauter vers: