Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Chapitre 398 - Mano à Mano

Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 1338
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 38
Localisation : Poitiers, Vienne, France

23052018
MessageChapitre 398 - Mano à Mano

Terre 204378 - États-Unis - Lexington

Tandis que des pétarades éclataient de toutes parts, presque à chaque coin de rue, Marc et Émile couraient, à nouveau, comme des dératés. Ils étaient poursuivis par deux mercenaires lourdement armés et faisant partie d’un groupuscule extrémiste se faisant appeler les Purs. Ayant une foi en Dieu tirant sur le fanatisme, ils se faisaient un devoir de traquer toutes les erreurs de la nature, à commencer par les augmentés. Les augmentés étaient des êtres humains qui ont dû à un moment de leur existence avoir recours à des implants bioniques pour remplacer un membre sectionné, un organe défaillant ou même pour la pratique d’un type de sport qui leur était réservé. Les Purs ne toléraient pas leur existence et prenaient Émile pour l’un d’eux au vu de l’armature métallique de sa foreuse solaire qui parcourait son bras droit.

Leur groupe avait été décimé suite à leur rencontre avec le vampire Hamilton. C’était bien la seule chose que l’on pouvait considérer comme bonne que ce monstre avait pu faire ... Même si en conséquence, les trois rescapés du groupe étaient dorénavant des vampires. Des vampires les pourchassant en plein soleil grâce à leurs tenues intégrales et leur casque à visière spéciale. Ce que chassés comme chasseurs ignoraient c’était que les Purs allaient bientôt passer de trois à deux membres.

Tandis que les vampires pourchassaient Marc et Émile en courant et bondissant de toit en toit, ils manquèrent de peu de perdre l’équilibre en entendant le puissant larsen directement dans leur casque. Les deux hommes s’immobilisèrent un instant, se regardant l’un l’autre.

« - Flint ? Flint, c’est toi ? »

Mais le mercenaire n’eut aucune réponse. Leur leader venait d’être tué par la cible qu’il s’était appropriée. Directement exposé au soleil, tout son corps avait fini par s’embraser provoquant un court circuit dans son casque avant qu’il ne soit réduit en cendres.

« - Putain ! L’augmenté lui a réglé son compte ! » comprit soudainement l’un des deux vampires.

« - Si c’est le cas, on ira le venger après en avoir fini avec ces deux là ! »

Immédiatement, ils se remirent à la poursuite d’Émile et de Marc. Ce dernier, grâce à son ouïe fine, avait perçu le larsen. Il avait entendu également que les deux chasseurs s’étaient arrêtés un instant. C’était le moment ou jamais de reprendre l’avantage. Obligeant Émile à prendre une ruelle sans crier gare, Marc le laissa poursuivre seul tandis qu’il grimpait à l’échelle sur le côté d’un bâtiment. En un instant, il fut sur le toit, tapi à l’ombre d’un des gigantesques ventilateurs de la climatisation de l’immeuble. Il ne tarda pas à percevoir le son caractéristique du pas d’un vampire s’approchant de lui.

..oO( Pourquoi je n’entends qu’un seul pas de course ?) se demanda Marc.

Où était passé l’autre ? Marc n’avait pas le temps de se poser trop de question. Le vampire était rapide et il n’avait plus le temps de tergiverser. Se saisissant de son fusil à pompe, Marc attendit le moment où le vampire passait à sa hauteur. Il sortit de derrière le ventilateur et pressa la détente au moment où le vampire allait bondir vers le toit suivant. Marc ayant visé exprès les jambes, le vampire rata son bond et chuta entre les deux bâtiments, s’écrasant sur le bitume du trottoir. Marc se retourna pour éventuellement cueillir le second vampire mais ne le vit point. Il se concentra à nouveau sur le premier et bondit entre les deux immeubles. Il vit le vampire ramper et gémir. Sans ménagement, Marc le choppa par le col et le hissa jusque sur le toit. Imitant Carnifex sans le savoir, Marc tenta de lui retirer son casque mais le vampire ne se laissait pas faire. Il se débattait et griffait Marc comme il le pouvait. Quelque peu énervé, Marc finit par lancer le vampire plus loin sur le toit. Alors qu’il le voyait ramper pour tenter de lui échapper, Marc aperçut un fin échappement de fumée sur les jambes du vampire. Il s’en approcha et comprit que sa chevrotine avait percé la combinaison et laissait passer la lumière. Marc saisit les chevilles du vampire et l’immobilisa. Sans trait d’esprit approprié, Marc planta ses griffes dans les trous de la combinaison et les élargit suffisamment pour que le soleil touche parfaitement les jambes du vampire. Celles-ci prirent feu presque immédiatement.
Sans sourciller, Marc délaissa le vampire, promis à un bûcher long et douloureux, pour rejoindre Émile et éventuellement se débarrasser de leur ultime assaillant.

Bondissant sur le toit suivant qu’avait voulu emprunter le vampire hurlant derrière lui, Marc s’enquit de repérer Émile. Il ne l’avait laissé à peine que quelques minutes mais il n’entendait plus ses pas mal assurés et bruyants. Il n’avait pas pu parcourir une distance suffisante pour qu’il ne l’entende plus. L’hypothèse la plus probable était qu’il s’était arrêté. Après tout, Émile n’était pas particulièrement sportif. C’est alors qu’une odeur singulière vint à la truffe de Marc. Émile ne s’était pas arrêté parce qu’il était à court de souffle ; il s’était arrêté parce qu’il avait peur. L’ultime vampire avait dû lui tomber dessus.

Sans réfléchir, Marc s’élança de toit en toit. Parcourant la distance qu’il supposait le séparer d’Émile à vive allure. A l’odeur caractéristique de la peur, Marc sentit bientôt celle plus ferrique du sang. Bon sang ! Jamais il n’allait arriver à temps à ce rythme.
Quelques secondes plus tard, Marc arriva au-dessus d’une ruelle où se déroulait une scène plus complexe qu’il ne l’aurait cru, avec bien plus de belligérants. Émile était certes là, la bouche en sang, mais il n’était pas confronté au vampire tant redouté. Non, au lieu de ça, Émile se trouvait en prise avec une bandes d’individus aux prothèses imposantes. Derrière Émile, un homme en uniforme, un policier, était étendu au sol le visage contusionné.

« - Alors comme ça on tente de se faire passer pour l’un des nôtres avec une augmentation fictive ? »

« - Ch’sais pas ce qui me fait le plus vomir, cette pourriture de flicaille qui tire à vue ou un imposteur ! »

« - Une chose est sûre, c’est que vous allez y rester tous les deux ! »

« - I-Il doit b-bien y avoir une possibilité de résoudre ce problème qui nous oppose, m-messieurs » bredouilla Émile.

« - Ouais en fermant ta gueule et en bouffant les coups ! »

Émile se prit un puissant coup de poing au ventre. Alors que Marc allait bondir dans la ruelle, une ombre le devança et fondit comme un oiseau de proie sur le regroupement d’individus. Trop habitué à voir ce genre de comportement, Marc sut tout de suite que c’était le vampire.

« - ERREURS DE LA NATURE !!! » l’entendit-il crier en plongeant dans le combat.

« - Bon sang ! » fit Marc en bondissant à son tour.

Tuant l’un des augmentés en atterrissant, le vampire attira l’attention de tous les agresseurs en arrivant. Immédiatement, l’ersatz de gang s’emporta et se jeta sur le vampire. Quant à Marc, il atterrit dans le dos du plus lent d’entre eux qui n’avait pas encore rallié la baston de son groupe.

« - Émile ! Debout, on s’en va ! » dit-il sans se soucier d’être entendu ou non.

Grosse erreur, l’agresseur qui ne s’était pas encore jeté à corps perdu sur le vampire l’avait entendu et s’était retourné.

« - Qu’est-ce que c’est qu’ça ? V’là que la flicaille nous envoie des monstres maint’nant ? »

Avant de comprendre que c’était de lui dont il parlait, Marc fut soulevé du sol, à bout de bras, par les surpuissantes prothèses ouvrières dont était muni le mastodonte.

« - Billy va t’montrer ce qu’il en coûte de venir l’asticoter ! »

Sans attendre, l’augmenté écrasa Marc contre le mur le plus proche. Sans le lâcher, il le décolla du mur et le plaqua au sol. Durant plusieurs secondes, Marc ne put rien faire d’autre que de subir le traitement que lui infligeait ce dénommé Billy ... secondes durant lesquelles le vampire tua deux des membres du gang. Ainsi maîtrisé, Marc savait pertinemment qu’il n’allait pas pouvoir faire grand chose jusqu’à ce que son adversaire soit lassé de le frapper, qu’il le croie mort ou qu’une plus grande menace ne s’intéresse à lui. Mais qui pouvait dire dans quel ordre le vampire allait tuer tout le monde ? Car c’était bien ça le principal problème. Le vampire n’avait pas pris ses adversaires à la légère et il était en train de les décimer au fil des secondes. Une fois qu’il en aurait fini avec le groupe, qui allait-il attaquer ? Le mastodonte qui le maltraitait actuellement ou bien Émile ? Il avait encore une carte à jouer mais il devait choisir le bon moment. C’est alors qu’un rayon de lumière éblouissant zébra la ruelle droit vers le visage du mastodonte. L’homme, surpris, cria. Non pas de douleur mais d’être privé de sa vue temporairement. C’était le moment ! Marc redevint humain et, en changeant aussi soudainement de gabarit, parvint à échapper à la prise de fer de son adversaire.

Profitant que le mastodonte soit toujours aveuglé, Marc reprit sa forme de lycanthrope et lui asséna une fulgurante série de directs dans l’abdomen. Faisant plier son ennemi en deux vers l’avant, il en profita pour lui porter un puissant coup de genoux au menton. Billy bascula en arrière. Au sol, il se retourna et commença à se relever, tout en plissant des yeux.

« - De dieu, dès que je vois à nouveau, Billy vas te démolir ! »

« - Non ! D’abord, Billy va faire un gros dodo et demain matin, Billy aura mal à la tête ! »

Marc bondit alors sur le dos de Billy et commença à le stranguler de toutes ses forces. Mais Billy avait un véritable cou de taureau et il ne comptait pas se faire avoir ainsi. Marc faisait son poids mais Billy sembla ignorer cette masse sur ses épaules et se releva sans peine. S’il en avait eu le temps, Marc se serait demandé ce que Billy pouvait bien exercer comme métier pour être doté d’une telle puissance grâce à ses implants. Mais dans l’immédiat, il devait le neutraliser au plus vite. Complètement redressé, Billy fonça, le dos le premier, contre le mur le plus proche. Marc se retrouva écrasé entre lui et le mur. Le choc avait été brutal mais Marc savait qu’il ne devait pas relâcher son étreinte sous peine d’être réduit en bouillie par l’augmenté.
A plusieurs reprises Billy l’écrasa contre le mur. Un impact commençait à se dessiner sur ce dernier. Marc faiblissait un peu plus à chaque impact. Jamais il ne parviendrait à l’endormir par strangulation avant qu’il ne soit réduit en charpie. Marc dut se résoudre à employer des mesures extrêmes. Cessant de l’étrangler, il lui lacéra soudainement la gorge. Un puissant jet de sang s’échappa des carotides tranchées. La trachée grande ouverte, Billy finit par s’immobiliser avant de tomber à genoux tout en portant ses mains à sa gorge. Marc descendit de son dos en piètre état. Claudiquant, il se plaça face à Billy alors qu’il agonisait.

« - Vous ne m’avez malheureusement pas laissé le choix. C’était vous ou moi ! » dit-il à la façon d’un repenti.

Pour toute réponse, Billy laissa échapper un gargouillis incompréhensible avant de s’écrouler face contre terre. Quant à Marc, il avait l’impression qu’aucune de ses côtes n’avait été épargnée. Elles se remettraient mais pour l’instant il jonglait. C’est alors qu’il remarqua que la ruelle était étrangement silencieuse, dangereusement silencieuse. Sa tension montant en flèche, Marc tourna vivement la tête en direction du vampire et du gang. Tout ce qu’il vit fut les membres du gang jonchant le pavé, morts.

Un cri étouffé attira l’attention de Marc dans la direction opposée. La vision qu’il eut le figea. Émile se débattait face au vampire comme il le pouvait. La créature nocturne assurait son immobilisation sans trop de mal. Le vampire brisa le bras droit d’Émile, celui portant la foreuse solaire, comme une brindille. C’est alors que Marc sortit de sa stupéfaction en décelant un éclat de nacre. La combinaison du vampire avait lourdement été endommagée par les augmentés et son casque était en miettes. Il menaçait de mordre Émile d’un instant à l’autre pour se repaître et regagner des forces. L’adrénaline coulant à nouveau à flot dans ses veines, Marc ignora la douleur et s’élança vers le vampire en sortant sa machette.
Mais le temps qu’il franchisse la distance les séparant, il était trop tard. Comprenant que le vampire tentait de le mordre, Émile avait tenté de le repousser de sa seule main gauche comme il le put en appuyant sur son menton. Dans le chaos du combat, le vampire avait fini par le mordre à la main.

Marc connaissait parfaitement le processus de transformation d’un humain en vampire. D’ordinaire, il devait y avoir un échange de sang. Le vampire prélevait le sang de sa victime et il devait lui faire boire son propre sang pour le transformer en vampire à son tour. Confronté à la milice des Purs, Marc avait remarqué que la progéniture d’Hamilton présentait la capacité d’ignorer la seconde étape pour transformer autrui en vampire par simple morsure. Il allait en être de même avec Émile s’il n’agissait pas. Durant leur cavalcade, Marc avait réfléchi à l’éventualité qu’Émile se fasse mordre et comment il devrait réagir. C’est pourquoi il n’hésita pas. En une fraction de seconde Marc trancha la main mordue d’Émile, s’arma de son fusil à pompe et tira à bout touchant sur le vampire en plein visage.

Marc écarta sans ménagement Émile du vampire tandis que celui-ci tombait à la renverse. Le lycanthrope s’avança et réarma la pompe de son arme. Il tira à de multiples reprises sur la tête du vampire jusqu’à ce qu’elle ne soit plus qu’une bouillie informe sur le bitume.
Immédiatement, il se retourna vers Émile. L’homme se vidait de son sang. Réactif, Marc se saisit de son moignon et y appliqua le canon brûlant de son fusil dessus pour le cautériser et lui éviter une exsanguination totale.
Sous la douleur, Émile sembla perdre connaissance.

« - Émile ? ... Émile ! ... ÉMILE !!! »

_____________
FIN DU SOUS-ARC 3
_____________
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Europiccola avec mano et pison laiton
» [BESOIN D'AIDE] L'aiguile du mano de ma Pavoni est tombée...
» un mano est il necessaire sur une machine à café ?
» mano stewart warner
» Lot de mano, compteur...(vendu)
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Chapitre 398 - Mano à Mano :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 398 - Mano à Mano
Message le Mer 23 Mai - 10:33 par Jezekiel
Bien que la trame principale de ce sous-arc se soit fini la semaine dernière, ce chapitre 398 signe sa fin officielle.

La semaine prochaine vous retrouverez donc la suite de Terre 530.

Mais en attendant, comme à l’accoutumée, je suis preneur de toutes appréciations concernant la globalité de ce sous-arc.
avatar
Re: Chapitre 398 - Mano à Mano
Message le Lun 28 Mai - 19:56 par Shion
Sympa ce chapitre, on va devoir attendre combien de temps pour connaître le futur d'Emile ? Razz

Très chouette arc pour ma part, bien sombre, et l'évolution plutôt radicale de Wade m'a beaucoup plu. Je ne saurai dire si je préfère ce sous-arc ou celui d'Isaac.
Re: Chapitre 398 - Mano à Mano
Message  par Contenu sponsorisé
 

Chapitre 398 - Mano à Mano

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre IV - Babel :: Arc 19 - A des Mondes de distance :: Sous-Arc 3 - la Terre des Âmes-
Répondre au sujetSauter vers: