Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Chapitre 402 - Un jour sans fin

Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 1325
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 38
Localisation : Poitiers, Vienne, France

22062018
MessageChapitre 402 - Un jour sans fin

Terre  5499

Miles s’éveillait peu à peu. Son esprit sortait progressivement d’un épais brouillard, d’un rêve lourd qui se finissait brutalement mais qui déjà s’évanouissait. Ouvrant un œil avec difficulté, tout ce qu’il vit c’était une étendue verte avec des morceaux de coton blancs épars. Il eut tout juste le temps de comprendre que c’était le ciel qu’il s’assoupit à nouveau.

Groggy comme après une formidable gueule de bois, Miles rouvrit péniblement les yeux. Effet de lumière ou quoi que ce fut, cette fois le ciel était bleu, normalement bleu. Où était-il se demanda-t-il. La bouche pâteuse, il regarda autour de lui sans trop bouger la tête. Il se trouvait dans un petit cratère à moiti enseveli par de la terre retombée sur lui. Un mouvement attira soudain son regard. C’était une petite silhouette qui venait d’apparaître au bord du cratère. Clignant un peu des yeux, Miles reconnut là un lapin ... Non, c’était un peu gros pour un lapin, ce devait être un lièvre. Qu’est-ce que ce fichu animal foutait là ? Miles et le lièvre se regardèrent un instant droit dans les yeux quand soudain un hurlement se fit entendre.

« - YAAAAAAA ! »

Un homme en treillis sortit d’un buisson et mitrailla le lièvre durant de longues secondes avant de s’arrêter, le chargeur vide.

« - Purée de bon sang de bois ! J’rentrerais pas brecouille, c’est moi qui l’dis ! » cracha le chasseur, manifestement satisfait de son carnage.

« - Oooh ! Fichtre, j’vous avais pas vu, m’sieur ! Vous allez bien ? »

Miles se redressa et se releva. Il s’épousseta et finit par prendre le cadavre du lièvre en charpie par ce qui ressemblait être une patte.

« - Mieux que lui en tout cas ! » fit-il.

« - Ça vous l’avez dit, m’sieur ! Hé ! Hé ! Mais ... qu’est-ce que vous fichez là ? »

« - Bonne question ! » répondit Miles en observant autour de lui.

Il se retrouvait au beau milieu d’un bois. Hormis le cratère dans lequel il s’était réveillé, il n’y avait rien qui semblait ne pas être à sa place ... même cet individu aussi curieux soit-il semblait être à sa place.

« - Où on est ? » demanda-t-il finalement.

« - Nous sommes près de Redwing, Kansas, m’sieur ! Vous avez dû en prendre une bien bonne pour ne plus savoir où crécher ».

Miles tenta de se souvenir mais rien ne lui parvenait. Son plus récent souvenir semblait être la rencontre avec l’espèce d’alien après que Frédéric eut obtenu le savoir des Chozos. Mais cela semblait faire une éternité. Que lui était-il arrivé depuis ?

« - Faut croire, oui » finit-il par répondre au chasseur.

Le chasseur lui tendit alors la main pour l’aider à sortir du cratère. Miles la saisit.

« - Moi c’est Earl, Earl Jackson Jr. »

« - Miles, Miles Gravsten ».

« - Miles ? Vous avez pas une tête à vous appeler Miles, m’sieur ! »

Sortit du cratère, Miles lâcha la main d’Earl.

« - Ah ? Et j’ai une tête à m’appeler comment alors ? »

« - Oh, ch’sais pas moi, m’sieur. Quelque chose de plus sombre ... mais pas Miles, Hé, Hé ! »

« - Okay, Earl ! Tu ne saurais pas où trouver un bar digne de ce nom par hasard, j’ai la gorge sèche ! »

« - Pardieu, bien sûr que si ! Y a rien de mieux que le Burning Alcohol dans le coin mais ... »

« - Mais ? »

« - Vous avez de quoi payer dans c’te costume bizarre ? »

Miles regarda comment il était vêtu. Il portait encore sa tenue spatiale. Il s’était trimballé tout ce temps là-dedans et n’avait pas eu d’ennuis ? A moins bien sûr qu’il en avait eus et qu’il avait fini dans ce cratère. Mais si lui portait encore cette combinaison alors sûrement que Frédéric aussi.

« - Hey, Earl ! T’aurais pas vu d’autres mecs dans mon genre des fois ? »

« - Ah ça, pour sûr que non, m’sieur. J’m’en serais souvenu ! »

« - Ouais, c’est sûr ».

Où qu’ils soient, ils finiraient bien par le retrouver, comme à chaque fois.

« - Allez, vous en faites pas m’sieur, j’vous invite ! »

Miles et Earl traversèrent alors les bois jusqu’au véhicule de ce dernier. C’est un pick-up rouge à la peinture complètement passée et au bas de caisse rongé par la rouille. Malgré son aspect, Earl lui assura que sa Betsy roulait toujours aussi bien. Sur ce point, Earl ne lui avait pas menti. Le moteur démarra aussitôt et ils prirent la route sans problème.

Après quelques minutes d’une conduite passée au rythme de la musique country, ils arrivèrent en vue d’un bar isolé sur le côté de la route. Autour du bar étaient garés divers véhicules allant de la moto au semi-remorque. Miles trouva cette vision familière, comme s’il avait passé toute sa vie dans ce genre d’établissement. Earl s’étant garé, ils descendirent de voiture et pénétrèrent le bar à proprement parler. Là encore, une vague sensation familière envahit Miles. A droite se trouvait une table de billard ceinturée par un petit groupe de motards bruyants. A gauche se trouvaient plusieurs petites tables avec d’autres habitués tout aussi bruyants. Par dessus tout ce brouhaha, on pouvait distinguer un morceau de rock diffusé par le jukebox qui peinait à se faire entendre. Face à la porte et jusqu’au comptoir c’était une véritable avenue déserte. Earl passa en avant et se dirigea droit vers le barman, leur tournant le dos, occupé à essuyer ses verres. Miles lui emboîta le pas sans trop se poser de question.

« - Hey patron ! J’vous présente mon nouvel ami, Miles ! »

« - Miles ? » répondit le patron avant de se retourner.

L’homme avait la carrure de Miles mais pas que. Son visage était le même malgré les cheveux longs et la barbe épaisse. Cela surprit Miles ... mais en même temps, cela ne lui semblait pas la première fois qu’il était confronté à une telle vision.

« - Curieux comme nom, Miles. Ça ne vous va pas ! »

« - Hé hé ! C’est ce que je lui ai dit aussi ! »

« - Oui, cela saute aux yeux ! Vous n’avez pas la tête d’un Miles ! »

« - Vous vous êtes passé le mot ou quoi ? » fit Miles.

« - Hmmm ! Miles, ça ne vous va décidément pas. Vous ne devriez pas avoir un nom plus ... dark ? »

« - Non mais ça va aller, ouais ? Je m’appelle Miles, point barre ! »

« - Faut pas vous vexer, m’sieur ! »

« - Oui, on n’a pas l’habitude des nouvelles têtes » fit le barman.

« - T’as qu’à te raser un peu, tu redécouvrirais une vieille connaissance ! » rétorqua Miles.

« - Ah ! Ha ha ha ! Elle est bien bonne celle-là ! Je me présente, Reinhardt Nakts ! » fit le barman en tendant une main.

Son nom fit réagir Miles. Reinahrdt, c’était ainsi qu’il s’appelait avant que son destin ne bascule. Il était donc bel et bien son double dans cette dimension.

« - Miles Gravsten ! »

« - FAUX !!!! » hurla soudainement toute la clientèle, Earl compris.

Le cri fit sursauter Miles qui ne prêta dès lors plus attention au barman. Celui-ci passa sa main gauche sous le comptoir et en ressortit un fusil à canon scié.

« - TU ES NOCTURNE ! » dit-il avant de lui tirer en plein visage.

A nouveau Miles émergeait de ce qui semblait être un mauvais cauchemar. Son souvenir s’évanouissait à mesure qu’il reprenait conscience. N’ayant pas conscience qu’il était peut-être crucial, Miles ne fit rien pour le retenir, pour tenter de se le remémorer avant qu’il ne disparaisse tel un mirage. Il ouvrit les yeux péniblement et revit ce ciel vert parcouru de nuages cotonneux plus nombreux que la dernière fois. Cela il s’en rendit compte car il se souvenait plus ou moins avoir vu ce même ciel avec moins de nuages. Combien de temps s’était-il écoulé entre ces deux instants ? Mais déjà une chape de plomb s’abattait sur lui. Inexorablement, Miles se rendormit.

Combien de temps s’était-il à nouveau écoulé depuis qu’il avait refermé les yeux ? Il l’ignorait et pour tout dire, cela ne lui vint pas à l’esprit immédiatement. Il les rouvrit en grand, tout comme sa bouche, comme s’il avait été en apnée. Il se retrouvait à nouveau au fond d’un cratère. Mais celui-ci était différent des précédents. Il était au fond d’un cratère fait de terre et de sable. Il n’y avait cette fois pas de végétation autour de lui. En avait-il conscience ? La seule chose que Miles ressentait pour le moment c’était un désagréable sentiment de déjà vu ; comme s’il avait déjà vécu cette situation.

Il se redressa vivement et vit au bord du cratère une créature lagomorphe. Elle était semblable à un lièvre gros comme un cocker mais muni de bois de cervidés sur le crâne. La créature sembla se figer en voyant Miles se redresser aussi vivement. La bête était surprise et ne savait pas comment réagir.

« - Qu’est-ce que c'est encore ? » fit Miles à voix basse.

A ces mots, la créature réagit violemment. Elle retroussa les babines à la façon d’un chat et dévoila une rangée de crocs plus acérés les uns que les autres. Son feulement était sinistre et clairement agressif. Le corps de la créature commença à se détendre alors qu’elle bondissait sur Miles. Mais le petit monstre retomba immédiatement au sol, le corps transpercé d’une flèche.

Miles regarda immédiatement dans la direction où il supposait que le tireur se trouvait et vit un homme muni d’un arc à poulies et habillé de vêtements de camouflage en milieu désertique. Assis au fond du cratère, Miles resta immobile quelques secondes. L’archer, qui avait déjà armé une deuxième flèche, finit par se détendre.

« - Il faut faire attention avec ces saletés, mon gars. Non armé, une rencontre avec un jackalope peut être fatale ! »

« - Elles sont toutes aussi agressives ces bestioles ? »

« - Et pas qu’un peu ! C’est dans leur nature de s’attaquer à tout ce qu’elles croisent ! »

Miles se releva alors complètement. Il remarqua qu’il portait toujours sa tenue d’astronaute. Miles jeta un rapide coup d’œil à l’archer mais l’individu ne semblait pas plus étonné que ça de son accoutrement. Une chance, au moins il ne serait pas pris tout de suite pour un fou.

« - Drôle de tenue que voilà ! Vous êtes tombé du ciel ou quoi ? » fit alors l’archer.

La réplique de l’inconnu surprit Miles, qui se figea un court instant.

« - Oui, c’est à croire » finit-il par répondre en souriant.

« - Vous devez avoir soif à pioncer ainsi au beau milieu du désert. Un p’tit rafraichissement, ça vous dirait ? »

« - Et comment ! »

« - Oliver Barton ! » fit l’archer en lui tendant une main.

« - Miles Gravsten ! »

L’archer sembla tiquer en entendant son nom mais cela s’arrêta là.

Tous deux se mirent alors en marche. Le paysage désertique faisait craindre le pire à Miles qui pensait se trouver dans une étendue aussi vaste que le Sahara. Mais Barton lui assura que tel n’était pas le cas. Même si le désert Mohave est grand, il n’est en rien comparable au Sahara. Conservant le silence durant de longues minutes, l’archer fut le premier à le rompre en fredonnant une chanson française :

« - Tombé du ciel à travers les nuages
Quel heureux présage pour un aiguilleur du ciel
Tombé du lit fauché en plein rêve
Frappé par le glaive de la sonnerie du réveil ... »

La chanson faisait indéniablement référence à Miles. Celui-ci le remarqua, quelque peu troublé. Non pas par la chanson en elle-même mais par le fait que cela lui semblait à nouveau familier. Une chanson collant parfaitement à sa situation du moment. C’était comme si ça lui été déjà arrivé mais sans qu’il ne s’en souvienne. Comme un rêve.

Plus d’une heure plus tard, alors que l’archer n’avait cessé de fredonner des chansons en rapport avec une chute du ciel, que ce soit en français ou dans d’autres langues, ils arrivèrent en vue d’un bivouac avec un véhicule tout terrain et une grande tente. C’était là le campement de Barton. Se glissant sous la tente, Barton se dirigea droit vers une énorme glacière. Il l’ouvrit et en prit une bière. Il fit un geste pour inviter Miles à venir se servir ... ce qu’il ne se priva pas de faire.

Sans que Miles ne s’en rende compte, Barton recula de plusieurs pas tandis que Miles tirait une bière de la glacière. L’étiquette attira son attention. Il y avait là un logo avec un cheval. La marque portait le nom de "Drunken Horse". Pourquoi ça lui disait quelque chose ?

« - Vous avez dit vous appeler comment déjà ? » demanda alors Barton.

« - Miles Gra... »

Mais Miles suspendit sa réponse. Soudain, il se souvint avoir déjà donné son nom et qu’immanquablement ça s’était mal fini. Il se retourna vivement vers Barton pour se voir menacé par l’une de ses flèches.

« - C’est bizarre, je suis sûr que c’est Nocturne ! »

Au moment même où il disait cela, Barton relâcha sa flèche qui vint se planter en plein dans le front de Miles.
_____________

Note 1 : Drunken Horse = Cheval Ivre, une autre taverne du Monde Blanc.
_____________

A suivre dans le chapitre 403 : Lapin ? Ouais ! kek-kek !
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» 2 février, le jour de la marmotte
» Contre-Jour sans Contre-Temps
» Fiction : Le tirage d'un frère et d'une soeur - Chapitre 1 & 2 disponible.
» Sauté au goût du jour (sans sel)
» [Anonyme] Bourbon Kid - Tome 1: Le livre sans nom
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Chapitre 402 - Un jour sans fin :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 402 - Un jour sans fin
Message le Dim 24 Juin - 12:48 par Shion
Aurais-je remarqué une référence à Hawkeye et Green Arrow ? Razz

Sympa, tes variations du jour sans fin. je me demande bien comment ça va continuer...
avatar
Re: Chapitre 402 - Un jour sans fin
Message le Dim 24 Juin - 14:15 par Jezekiel
Tu as bel et bien remarqué effectivement Smile

Pour ceux qui ne voient pas de quoi nous parlons ... Oliver Barton, l'archer à qui Miles à affaire en dernier est un mix entre Oliver Queen (Green Arrow - DC Comics) et Clint Barton (Hawkeye - Marvel Comics).
Re: Chapitre 402 - Un jour sans fin
Message  par Contenu sponsorisé
 

Chapitre 402 - Un jour sans fin

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre IV - Babel :: Arc 19 - A des Mondes de distance :: Sous-Arc 4 - l'Esprit en Tempête-
Répondre au sujetSauter vers: