Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Chapitre 404 - le Pays des Merveilles

Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 1338
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 38
Localisation : Poitiers, Vienne, France

07072018
MessageChapitre 404 - le Pays des Merveilles

Terre 5499

Malgré son interpellation, Miles ne reçut aucune réponses durant ce qui lui semblait être plusieurs minutes. Mais sa détermination finit par faire flancher celui à qui il s’adressait. Une paire d’yeux lumineux apparurent soudainement au beau milieu de nulle part. Ce regard de braise transpirait le malin, la sournoiserie, la tromperie. L’entité ne tarda pas à prendre la parole après son apparition.

« - Simulation débile dis-tu ? Elle t’aura retenu plus longtemps que les précédentes en tout cas ! » dit alors une voix aussi insidieuse que son regard était malicieux.

« - Qu’est-ce que tu me racontes ? Quelles autres ? »

« - Je dois admettre que tu as décelé l’artifice de la première bien plus rapidement que je ne l’aurai cru. Tu m’as surpris. Ça m’a forcé à me montrer plus soigneux, plus retors à chaque occurrence. Je pensais que c’était la présence de tes hôtes qui te permettait de les éventer à chaque fois. Mais même une fois muselé, tu es parvenu à contourner mes verrous ... Je t’en félicite ! »

« - Combien de fois m’as-tu roulé ainsi ? » commença à s’énerver Miles.

« - Pour être tout à fait exact, c’est la première fois que je te piège de cette façon. Mais je t’ai piégé de bien d’autres manières auparavant ... J’en ai juste perdu le nombre ».

« - Je ne te crois pas ! A chaque fois que je me prenais un tir en pleine tête, je me réveillais un peu plus longtemps à chaque fois ! »

L’entité afficha un large sourire.

« - Qu’est-ce qui te fais marrer ainsi ? »

Mais l’entité ne répondit pas, préférant laisser Miles dans le doute et faire monter la pression.

« - Attention ! Il y a un nouveau lapin qui arrive ! »

Surgit hors des broussailles un gigantesque lapin au corps d’haltérophile. La créature, bien que gigantesque, n’effraya pas Miles. D’un coup de son fusil à double canon il décapita ce nouveau lagomorphe issu de l’esprit tordu de l’entité qui le piégeait. Celle-ci se mit alors à rire.

« - Je bute une de tes créatures et tu te marres ? Espèce de taré ! »

« - Oh cette situation est extrêmement comique mais tu n’en saisis ni les tenants ni les aboutissants ... pour le moment ! Tu crois que tu te réveillais un peu plus longtemps après chaque tir dans la tête ? »

Miles resta dubitatif. Qu’essayait-il de lui faire comprendre ? Miles avait beau tenter de se souvenir, tout cela était flou ; il mettait cela sur le compte de la manipulation que l’entité exerçait sur lui.

« - A chaque tir dans la tête, tu ne te réveillais pas ! Je te faisais revivre le souvenir de tes réveils entre mes précédents essais infructueux. Comme ça, ça te donnait l’impression de reprendre le contrôle sur quelque chose et ça permettait à ma "simulation" de s’ancrer un peu plus dans ton esprit ! »

« - Quoi ? »

Miles semblait perdre pied. Ce qu’il lui disait était-il vrai ? Jamais il ne s’était réveillé de ce mensonge ? Non, c’était impossible !

« - Rien n’est impossible pour un esprit comme le mien ! »

..oO( Comment ? ... Putain !)

« - T’es dans mon esprit, espèce de sale raclure ? »

« - ENFIN ! Enfin il a compris ! Tu en auras mis du temps ! Faut dire que sans l’aide de Nocturne, tu es bien moins efficace ! »

« - Si t’es dans mon esprit, alors t’es mal barré ! »

« - Tu en es le maître incontesté peut-être ? Ça, c’était avant que je n’arrive ! Dorénavant c’est moi le maître ici ! »

Miles tenta de se concentrer pour reprendre le contrôle de son esprit mais il n’y parvenait pas. C’est comme s’il était déconnecté de toutes ses ressources habituelles. S’il n’avait pas appris qu’il était dans son esprit, jamais il n’en aurait eu conscience. Il ne ressentait aucune connexion comme à son habitude. Pire encore, où étaient ses hôtes ? Nocturne ? Reinhardt ? ... Desmond ?

« - Putain ! Qu’est-ce que t’as fait dans ma tête ? »

« - J’ai pris mes aises ! J’ai réaménagé à ma convenance ! Les traîtres et autres incompétents sont dorénavant tous muselés, ferrés et sous tranquillisants. Ils ne te seront d’aucune aide, crois-moi ! »

Le croire ? Comment Miles le pourrait-il ? Après tout il avait passé un temps indéterminé prisonnier de son esprit sans le savoir à vivre des scènes imposées par cette mystérieuse entité.

« - Je te l’accorde, il est difficile de me faire confiance ... Je dirais même qu’il est dangereux de me faire confiance ! Et si je te montrais la vérité ? Rien qu’une fois ».

« - J’EN AI MARRE DE TOI ! » s’emporta soudainement Miles.

Mais alors qu’il allait se ruer sur l’entité, il se retrouva immobilisé par des chaînes noires apparues soudainement à ses poignets et chevilles. Il reconnaissait ces chaînes noires. Il les avait déjà utilisées pour maitriser certains de ses hôtes récalcitrants. Il se trouvait donc bel et bien dans son esprit.

« - Vois-tu, tu as un esprit remarquable, Miles. Sous tes aspects de gros bourrin mal dégrossi, tu recèles un esprit capable de prodiges. Rien que ta maîtrise actuelle de la matière noire démontre quel esprit vif tu possèdes. Il m’a causé bien des soucis au début. Mes premières illusions n’ont tenues que quelques heures, à peine. En fouillant dans ta mémoire, j’ai vu que ce n’était pas la première fois que tu contournais une telle "simulation". Faut dire que le subterfuge de cette intelligence artificielle était grossier. Aucune finition, aucune réelle malice. Car il en faut de la malice pour faire croire à quelqu’un d’autre que ce qu’on lui fait voir est réel. Et pour toi, il a fallu que j’en développe des trésors. Après plus d’une semaine, j’ai fini par trouver LE compromis qu’il te fallait ».

« - UNE SEMAINE ? TU M’AS PIÉGÉ UNE SEMAINE ? ESPÈCE D’ORDURE !!! »

Soudain un bâillon se matérialisa sur la bouche de Miles.

« - Je n’avais pas fini ! » fit l’entité dont le regard devint mauvais l’espace d’un instant.

« - La première semaine, c’était plus des tests ! Comme je disais, au début mes artifices ne duraient à peine que quelques heures. Le dernier en date a tenu plus d’une semaine. Ça fait plus de trois semaines que je me joue de toi ! »

Miles fulminait ! Il vociférait quantité d’insultes par la pensée si bien que l’entité choisit de faire abstraction de l’accès à ses pensées tant que Miles l’insultait.

« - Comme je disais, j’ai fini par trouver le compromis ... entre artifice et réalité ! Mais comme vous dites, vous autres humains, mieux vaut un petit dessin qu’un grand discours. Il est temps de quitter le pays des merveilles ! Vois par toi-même ! »

Soudain un voile sembla se lever devant les yeux de Miles. La prairie verdoyante dans laquelle l’entité l’avait plongé fut remplacée progressivement par du bitume. Les arbustes devinrent des véhicules. Les arbres devinrent des immeubles. Miles se retrouvait en pleine ville. L’odeur de la poudre à canon lui vint aux narines. Miles regarda ses mains et vit que le fusil à double canon était remplacé par un fusil mitrailleur. L’odeur de fer vint se mêler à celui de la poudre à canon. Le calme zen de la prairie fut remplacé par des sirènes et des cris.

« - Tu te rappelles ces "foutus lapins" ? Regarde ! »

Non seulement les cadavres de lapins qui avaient disparus réapparurent soudainement mais en plus ils prirent la forme d’êtres humains.

« - Regarde ce que tu as fais à ce pauvre Panpan ! »

Panpan, le petit lapin qui avait demandé de l’aide ... Il s’agissait en réalité d’un enfant. Son visage était en charpie et méconnaissable. Il était difficile de dire quel âge il avait. La réalité, cette réalité que lui montrait maintenant l’entité était cauchemardesque. Ce qui l’était encore plus c’est que Miles sentait que c’était réel. Ce n’était plus une simulation ou un quelconque artifice, c’était vrai.

« - Pour que tu croies à ma simulation, il fallait que ton corps y croit ! Quoi de mieux qu’il ressente en adéquation de ce que tu vivais. Jamais je n’aurais cru que tu aurais ainsi pris les armes ... Tu as dépassé toutes mes espérances ! »

Miles était atterré. Tout ce qu’il avait vécu jusque-là dans la simulation coïncidait avec ce qu’il était en train de voir. Derrière lui, le bitume portait la trace de nombreux impacts, de nombreux cratères. Parmi les cadavres se trouvaient plusieurs agents d’intervention. La sécurité de cette ville l’avait attaqué ... ou plutôt avait tenté de défendre leur ville contre lui. Ces cratères étaient les impacts d’obus de mortier. Les balles qu’il s’était pris en pleine tête, c’était eux aussi, ou plutôt leurs snipers. Ses mains étaient pleines de sang. Qu’avait-il fait d’autre dont il ne se souvenait pas ? Que lui avait-il fait faire ?

« - Que t’ai-je fais faire ? Rien que tu n’as pas voulu faire toi-même ! Hahaha ! »

..oO( Non ! Non ! Non ! NOOOOOOOOON !!!!)

L’entité se mit à rire d’autant plus. Miles était accablé. Comment avait-il pu se faire piéger ainsi ? Au point de tuer des innocents sans s’en rendre compte. Pourquoi ne s’était-il pas rendu compte de l’intrusion de cet être néfaste dans son esprit ? Pourquoi aucun de ses hôtes ne l’avait senti ? Comment avait-il pu se faire avoir alors qu’il était sorti victorieux du phazon ? Il pensait être devenu le maître incontesté de son esprit, là où il était un véritable dieu et où personne ne pouvait lui dicter sa conduite. Là où il était libre !

« - Notre liberté est souvent refrénée par nous-mêmes, plus ou moins consciemment. Et puis faut dire que tu m’as accueilli les bras ouverts ! A croire que tu ne demandais que ça, que l’on te soumette comme le bon chien-chien que tu es ! Bien sûr il a fallu que je te corrige un peu avant. Après tout, même quand c’est pour notre bien on est toujours un tantinet réfractaire. Mais après quelques bons coups de triques bien placés, on peut faire de toi un bon toutou obéissant ! Il suffit de savoir sur quel bouton appuyer. Cette iconographie de lapins a été particulièrement efficace dans ton cas, va savoir pourquoi ».

Miles entendait ce que l’entité lui disait mais il avait du mal à tout assimiler. Jamais il n’avait voulu tuer tous ces innocents ... encore moins des gosses. Des gosses ! Il avait tué des enfants !! Était-il si faible au point qu’on lui fasse tuer des enfants sans qu’il ne réagisse ? Ou bien cette entité disait-elle la vérité ? Qu’il attendait un maître pour ne plus avoir à réfléchir et exécuter les ordres de façon basique ? Et si la paix ne se trouvait pas dans la liberté ? Peut-être trouverait-il enfin la paix tant espérée en obéissant aveuglément ?

« - MILES !!! C’EST UN MENSONGE !!! » hurla soudainement une voix au fin fond de son esprit.
_____________

A suivre dans le chapitre 405 - le Pays des Horreurs

Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» "Alice au pays des merveilles" aux pastels
» Alice au Pays des Merveilles (Tim Burton)
» Alice au pays des merveilles [helenada]
» ALICE AUX PAYS DES MERVEILLES (Pop up)
» Tim Burton : Alice au Pays des Merveilles
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Chapitre 404 - le Pays des Merveilles :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 404 - le Pays des Merveilles
Message le Dim 15 Juil - 14:35 par Shion
Avoir un chapitre de ce genre après le précédent, ça fait un peu "2ème effet Kiss Cool", pour reprendre une de tes précédentes références.
 

Chapitre 404 - le Pays des Merveilles

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre IV - Babel :: Arc 19 - A des Mondes de distance :: Sous-Arc 4 - l'Esprit en Tempête-
Répondre au sujetSauter vers: