Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Chapitre 54 - Barbecue party

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 706
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

17032012
MessageChapitre 54 - Barbecue party

[Date originale : 7 Août 2011]
[Date correctif : 21 Août 2014]
Terre 6354 – Siège de l’Unicorps

Les protocoles stipulaient sans ambiguïté qu’au retour de chaque sortie extradimensionnelle, le responsable d’équipe se devait de faire un rapport sans délais au général Ravenwork. L’envie ne manquait pas au colonel Westwood de transgresser ces protocoles pour honorer la mémoire de ses hommes tombés aux champs d’honneur. Toutefois, afin que ses ordres ne soient jamais remis en question, il descendit au bureau du général.

« - Colonel ! » dit gravement le général alors que Westwood entrait dans son bureau.

« - Général ! »

« - Toutes mes condoléances pour vos hommes ! Trinquons à leur mémoire » dit Ravenwork en sortant d’un des tiroirs de son bureau deux verres en cristal et une bouteille de whisky.

« - Merci mon général ! » répondit Westwood en prenant le verre rempli et tendu.

Tous deux avalèrent le contenu de leur verre d’une seule traite. Puis après quelques secondes de silence, Ravenwork le brisa.

« - Avez-vous pu déterminer la raison de la venue des deinones sur la Terre 3458 ? »

« - Pas de façon sûre mon général ! »

« - Dites-moi alors ce que vous avez appris ».

« - A priori, le clebs des deinones est venu pour récupérer au sein d’un complexe scientifique infesté de saloperies une arme biologique qui était en cour d’incubation ».

« - Mais ? »

« - J’ai remarqué des éléments contradictoires. Il semblerait qu’il ait livré un combat acharné contre cette arme. Lambert a réussi à récupérer certaines données des ordinateurs de la salle qui indiquent non seulement que Vaubois n’était pas seul mais accompagné de trois autres hommes et qu’en plus ils n’ont rien fait pour essayer de préserver l’arme biologique mais qu’ils ont de suite ouvert le feu sur sa cuve ».

« - Ils n’étaient donc pas venus pour la récupérer mais pour empêcher un autre de la récupérer en la détruisant. Une idée de qui cela pouvait-il être ? »

« - L’appareil de Richards a détecté la trace de l’ouverture d’un portail démoniaque ».

« - Intéressant ! » dit Ravenwork en passant pensivement la main dans sa barbe courte.

« - Bien ! Prenez le temps qu’il vous faudra à vous et votre équipe pour commémorer la mémoire des disparus et récupérer. Richards vous indiquera le temps venu la prochaine destination » Puis Ravenwork tourna son fauteuil vers la baie vitrée de son bureau, tournant le dos à Westwood.

Ce dernier prit congé du général.
_____________

Terre 7243 – devant le Château de l’Été Éternel

Le groupe se résolut finalement à adopter le plan B de Miles et sortit en pleine rue principale face aux dizaines de gardes brûlants postés sur le pont-levis. L’attention des gardes se porta de suite sur eux dès qu’ils les virent. Tous sortirent leurs armes et se mirent à courir vers le petit groupe. De l’autre côté de la rue, Frédéric sortit l’épée qu’il avait empruntée à un garde brûlant abattu à la taverne du Cheval Ivre. De même que Miles. Humfroy sortit de son fourreau sa longue épée à la lame gravée de runes. Néopole serra sa gigantesque masse entre ses puissantes mains tandis que Io et Reese transformaient les leurs en lames effilées. Tous se ruèrent sur les gardes qui leur fonçaient dessus. Tous ? Non. Jeremiah resta planté sur place sans sortir son arme, observant la scène. Le vampire regardait le choc des armes, ses compagnons versant le sang des gardes sur les pavés. Ces gardes vociférant et hurlant. Jeremiah conclut qu’il n’y avait qu’une seule chose à faire : abréger leurs souffrances au plus vite. En dégainant son épée, il ne remarqua pas que sa lame était enveloppé d’une légère brume qui s’évaporait sans discontinu. L’arme au poing, il fondit vers la bataille, usant de sa célérité accrue pour abréger les souffrances du plus grand nombre de gardes brûlants possible.
Le combat fut bruyant mais bref et le groupe put entrer dans l’enceinte du Château de l’Été Éternel sans plus de résistance. Et pour cause, à peine eurent-ils franchi le pont-levis que derrière eux une lourde grille en fer forgé s’abattit en soulevant un petit nuage de poussière et en ébranlant le sol sous leurs pieds.

« - Y croient vraiment que ça va nous empêcher de sortir ? » dit Miles sans attendre particulièrement de réponse.

Des baraquements en bois, éparpillés dans la cour, sortirent alors des hommes uniquement vêtus de pantalons, torse nu, laissant admirer une musculature parfaite. Mais ce n’était pas le plus remarquable. De longues craquelures parcouraient leurs mains et avant-bras qui laissaient échapper une lueur flamboyante. Sans attendre, les hommes se frappèrent du poing dans la paume et leurs mains s’enflammèrent.

« - Qui sont-ils ? » demanda Frédéric.

« - Les Guerriers Braisés d’Ansfrid. Comme vous pouvez le constater, ils ont bénéficié d’une amélioration magique plus poussée ».

« - Pauvres fous ! » dit alors une voix puissante du haut de la tour.

La voix appartenait à un homme dans la force de l’âge, les cheveux noirs mi-longs, le visage présentant un bouc finement taillé. Ses yeux étaient sévères et il ne daignait pas pencher la tête vers le bas plus que nécessaire, le rendant hautain. Il était vêtu d’une robe de sorcier rouge avec de fines broderies en fil d’or dessinant des motifs évoquant le soleil et ses rayons, trahissant son délire mégalomaniaque. Sa main droite tenait un sceptre semblant être fait d’or au bout duquel des griffes semblaient retenir une boule d’énergie blanche très brillante.

« - Entrer au Château de l’Été Éternel sans y avoir été invités revient à signer son arrêt de mort. J’attendais que mon engeance soit plus maligne mais depuis que tu es né, tu me déçois, fils ! Répands donc ton sang en même temps que celui de tous ceux qui t’ont aidé jusque là à te dresser contre moi ! »

Sur ce, l’homme, qui n’était autre qu’Ansfrid, se retira du balcon.

« - Tu es le fils d’Ansfrid ? » demanda Frédéric à Humfroy.

« - Ah ben le voilà le chaînon manquant ! » s’esclaffa Miles.

« - Non ! Ansfrid n’est plus mon père depuis qu’il a trahi et tué son propre père ».

« - Mettons fin à cette infamie ! » déclara Jeremiah qui s’avançait d’un pas lent mais sûr vers les guerriers braisés et dont la lame fumait de plus en plus, comme si elle fondait.

Sans dire un mot de plus, Jeremiah s’élança d’un bond vers le premier guerrier et le décapita sans mal. Le principal danger qu’ils représentaient était le feu qui brûlait dans leurs mains et pour quelqu’un comme Jeremiah, doté d’une vitesse surhumaine, il était facile d’esquiver leurs coups.
Sans attendre, le reste du groupe se joignit à la gigantesque bataille. Tout comme Jeremiah, Frédéric n’avait aucun mal face à ces hommes. Non seulement il était également plus rapide qu’eux mais de plus il ne craignait absolument pas leurs mains. Sous sa forme humaine, Miles n’avait certes pas la même vitesse que ses deux amis mais sa force faisait la différence, tout comme Néopole qui parvenait à tenir à distance les guerriers à grands coups de masse. Les deux cyborgs non plus ne semblaient pas avoir de problèmes. Pas qu’ils soient insensibles au feu mais celui-ci n’était largement pas assez intense pour leur provoquer de sérieux dégâts. De plus, leur vitesse rivalisait avec celle de Frédéric et ils n'avaient donc aucune difficulté à esquiver.
Seul Humfroy hésita à engager le combat. C’était le premier combat pour lequel il n’avait pas eu le temps de formuler une quelconque incantation magique afin de l’aider. Pris au dépourvu, il n’eut pas le temps de formuler le premier mot que déjà des guerriers braisés vinrent se battre contre lui. Il les repoussa en donnant de grands coups de sa grande épée, coups qui étaient loin d’être aussi efficaces que ceux de Néopole. Il commença doucement mais sûrement à être submergé par le nombre.
De son côté, Jeremiah décimait les rangs adverses avec rapidité, silence et efficacité.
Les guerriers n’étant pas une véritable menace pour lui, Frédéric se permit d’observer ses compagnons, voir comment ils se débrouillaient lorsqu’il vit Humfroy acculé contre la muraille par une demi dizaine de guerriers. En quelques bonds, sans se transformer, il le rejoignit et pourfendit ses adversaires.

« - Tu as besoin d’aide ? »

« - Surtout de temps en fait ! » répondit le jeune homme.

« - Okay ! Je vais t’en procurer ! »

Frédéric s’attela à la protection de Humfroy le temps qu’il récite l’une de ses formules.
Quant à Miles, ses coups puissants auraient eu plus d’impact si, comme Néopole, il avait possédé une arme plus lourde. Ses coups d’épée ne repoussaient pas autant de guerriers que le géant. C'est alors que l’un d’eux empoigna la lame de son épée à main nue, l’immobilisant. De suite, plusieurs de ses congénères s’amassèrent autour de Miles. Certains le frappèrent abondamment, d’autres se contentaient de poser leurs mains sur lui et de le brûler grièvement.
Voyant cela, Néopole tenta de se rapprocher de lui pour l’aider. Il se frayait un chemin à grands coups de massue jusque vers son frère d’armes quand soudain il vit une dizaine de gardes être éjectés dans tous les sens. Surpris par cette manifestation de force, il n’eut pas le temps d’esquiver l’un des gardes qui vint le percuter à pleine vitesse.
De leurs côtés, Io et Reese lacéraient leurs adversaires sans grands efforts.

« - Feu des forêts,
Feu du foyer,
Permet à mon épée
De s’embraser
Pour éliminer
Ces guerriers ! »

A ces mots, les runes de l’épée d’Humfroy rougeoyèrent comme chauffées au fer rouge avant que l’épée ne s’enflamme littéralement. Surpris par le phénomène, Frédéric détourna son attention trop longtemps. L’un de ses adversaires en profita alors pour empoigner la lame de son épée.

« - Combats donc à mains nues maintenant pour voir » lui lança le guerrier qui faisait fondre son épée.

« - Pas de problèmes ! On est donc partis pour une barbecue party ! » répondit Frédéric.

Il enleva alors sa tunique et s’enflamma à son tour avant d’empoigner le guerrier braisé. Celui-ci lui fit face mais lorsqu’il comprit qu’il n’aurait pas le dessus, il était déjà trop tard, outre ses bras et poings, le reste de son corps s’enflamma aussi ce qui provoqua en lui d’atroces souffrances avant de mourir. Ayant réduit son adversaire en cendres, Frédéric regarda ses mains avec circonspection. Il ressentait une curieuse sensation.

De son côté, Miles s’était transformé en démon et ses brûlures s’estompaient rapidement.

« - J’hallucine là ! Vous avez vraiment essayé de me brûler, moi, un démon ? »

Miles se relança dans la bataille, fracassant ses adversaires sous ses puissants poings.
Son incantation finie, Humfroy dépassa Frédéric et lui rendit l’appareil en le protégeant le temps qu’il reprenne ses esprits … ce qui ne tarda pas. Un jet de flammes parcourut la cour de part en part, brûlant grièvement tout ce qui était sur son chemin avant de frapper la muraille et de se disperser. Tout le monde dans la cour s’arrêta un moment après cette démonstration de force. Celui qui en était responsable n’était autre que Frédéric. Être entré en contact direct avec l’un de ces guerriers braisés semblait avoir fait mûrir son pouvoir élémentaire d’un cran.
La suite du combat fut un véritable carnage et les guerriers braisés furent anéantis rapidement. Une fois l’effervescence retombée, les victimes se comptaient par dizaines et parmi les cadavres des guerriers braisés gisait Néopole.
Humfroy se jeta à genoux et redressa son fidèle ami.

« - Néopole ! Réveille-toi ! Je t’en prie, ne me fais pas ce coup-là ! »

Pour toute réponse, le géant émit un grognement.

« - Me crie pas dans les oreilles comme ça petit » dit-il péniblement en ouvrant les yeux et esquissant un sourire.

Le géant se releva difficilement avec l’aide d’Humfroy.

« - Qui conduisait la carriole qui ma heurté ? »

L’homme était recouvert d’ecchymoses et de différentes brûlures superficielles. Mais la blessure la plus grave était son bras droit brisé.

« - T’as pas un sort pour le soigner ? » demanda Miles.

« - Non, mon grand-père n’a pas eu le temps de m’apprendre les sorts de soins ».

« - T’en fais pas, petit. Je vais me reposer en compagnie de ces macchabées et je te rejoindrais plus tard. Partez devant ! » dit-il en souriant.

A contrecœur, Humfroy accéda à sa requête et c’est à six qu’ils pénétrèrent dans la Tour du Soleil.


Dernière édition par Jezekiel le Jeu 21 Aoû - 12:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Barbecue party samedi 25 juin 2011
» One Piece Party : Spin off chapitre 1
» One Piece Party : chapitre 2
» One Piece Party : chapitre 3
» Bleach 521 - A Piggy Party
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 54 - Barbecue party :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 54 - Barbecue party
Message le Sam 17 Mar - 15:46 par Shion
[Date originale : 8 Août 2011]
Bon, le commando va finir par rattraper "les clebs des deinones" bien que je doute qu'ils aient intérêt à l'appeler comme ça devant lui XD

Très chouette scène de bagarre ^^
avatar
Re: Chapitre 54 - Barbecue party
Message le Sam 16 Juin - 20:13 par Nyko
J'ai relevé une petite erreur : “Toutes mes condoléances pour vos hommes ! Trinquons à leur mémoire » dit Westwood”, c'est Ravenwork qui dit ça et non Westwood^^
avatar
Re: Chapitre 54 - Barbecue party
Message le Sam 16 Juin - 21:39 par Jezekiel
Effectivement ! Qu'elle erreur !
Merci de me l'avoir signalé Wink
Re: Chapitre 54 - Barbecue party
Message  par Contenu sponsorisé
 

Chapitre 54 - Barbecue party

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre I - Mondes Nouveaux :: Arc 5 - un Monde Blanc-
Répondre au sujetSauter vers: