Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Chapitre 55 - Combattre le feu par le feu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 767
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

17032012
MessageChapitre 55 - Combattre le feu par le feu

[Date originale : 14 Août 2011]
[Date correctif : 25 Août 2014]
Terre 8451

Au sein de l’Unicorps, en cas de perte d’un ou plusieurs de leurs membres les différentes équipes d’intervention recrutaient dès leur retour pour conserver un effectif constant lors des missions. L’équipe de frappe Oblivion faisait exception à la règle. Le colonel Westwood avait besoin de connaître ses hommes et d’être sûr de pouvoir leur faire confiance en plein combat. De ce fait, il ne recrutait de nouveaux membres que lorsque la prochaine mission dont il était chargé était relativement plus calme que la moyenne et ainsi ne pas avoir de mauvaise surprise sur un homme sous le feu ennemi. Pris dans cette traque des serviteurs des deinones, il était hors de question qu’il prenne à l’essai qui que ce soit, c’est pourquoi ils partirent à 26 pour la Terre 8451.

Comme la dernière fois ils arrivèrent sur cette Terre à côté du point d’arrivée du portail deinone. Ils se trouvaient dans une plaine où avait eu lieu une bataille de grande importance. Malgré la neige qui recouvrait d’un tapis immaculé la zone, on pouvait encore voir les stigmates du combat passé. Des tranchées avaient été creusées et des pieux érigés d’un côté de la plaine, ce qui laissait présager de l’avancée "technologique" de cette planète.

« - Lambert ! Position géographique ! Dillon ! Repérage de distorsions dimensionnelles ! » dit Westwood comme pour rappeler ses hommes à la réalité.

Après quelques secondes, Lambert fut le premier à faire son rapport.

« - Nous sommes au Mid-Ouest du continent français, au sein de l’ancien pays de la Hongrie. La pollution est quasi-inexistante dans l’air et il y a une absence totale de réseau de communication dit moderne. La distorsion spatio-temporelle est de 3 » rapporta Lambert.

« - Ça correspond aux prévisions de l’équipe de transport dimensionnel. Ils vont trouver le temps long de l’autre côté. Dillon ? »

« - Aucune trace de distorsions ni à l’échelle régionale, ni à l’échelle du pays » répondit le concerné.

« - Élargis le champ de recherches au globe ».

« - Ça va prendre du temps mon Colonel ».

« - Je le sais, mais on perdrait encore plus de temps de procéder par zooms arrières successif s’ils se sont baladés ».

Des recherches à l’échelle globale prenaient beaucoup de temps et en fonction du nombre de distorsions, cela demandait en moyenne une bonne heure. Ainsi Westwood donna la permission à ses hommes de se détendre durant l’attente.

« - Vous pensez donc que les trois hommes qui accompagnaient Vaubois sur l’autre Terre l’ont accompagné ici aussi ? » lui demanda Lambert discrètement.

« - A bien y réfléchir, ce serait imprudent de la part des deinones que d’envoyer un seul homme, qu’importent ses capacités. Avoir quelqu’un pour couvrir ses arrières est toujours très appréciable … surtout sur des Terres comme la dernière. Reste à savoir quelles sont les capacités des autres et si leur nombre est constant ».

Plus d’une heure après, l’appareil de Richards donna enfin des résultats. Il indiqua une distorsion d’extraction dimensionnelle de type deinone au sud-ouest d’ici, dans le territoire originel français. Mais il détecta aussi une distorsion d’extraction dimensionnelle de type démoniaque en pleine Amérique du Sud. Ce qui étonna le plus Westwood, c’est qu’il n’y eut pas de distorsion d’infiltration correspondante.
A la vue de ces coordonnées, une autre problématique plus existentielle s’imposait naturellement : comment gagner ces différentes coordonnées pour enquêter. Soudain un flash d’une lumière intense resplendit un court instant derrière eux.

« - Bonjour mes amis, cela faisait bien longtemps ».
_____________

Terre 7243 – Tour du Soleil

A peine eurent-ils pénétré dans la tour qu’ils ressentirent la température augmenter de façon importante. Elle n’était pas appelée la Tour du Soleil pour rien. Plus on se rapprochait de la pierre estivale, plus la température augmentait mais il en était encore plus vrai au sein de la tour qui retenait manifestement une partie de la chaleur dégagée par la pierre de Quiariace.
Tous mirent quelques secondes à s’y habituer. Jeremiah eut besoin de plus de temps que les autres. Il connut quelques tournis et vacilla quelques secondes avant de se reprendre.

A priori les gardes brûlants et les guerriers braisés constituaient la majorité des troupes d’Ansfrid car ils ne trouvèrent personne au rez-de-chaussée. Ils montèrent donc au premier étage, que personne ne gardait également. Toutefois Io signala que la température était montée d’un demi degré par rapport à l’étage du dessous.
Alors qu’ils s’apprêtaient à monter vers le second étage, des cris de douleurs retentirent provenant des étages supérieurs. Qui Ansfrid faisait-il souffrir ainsi ? Tôt ou tard ils le sauraient et ils reprirent leur ascension. Prêts à en découdre à chaque étage, ils étaient presque déçus de n’affronter personne autre qu’une température qui montait progressivement.
Bien que tous transpiraient, à partir du troisième étage, Jeremiah se démarqua à nouveau des autres en transpirant plus que de normal, plus que ses collègues.
Jusqu’au dixième étage, leur montée ne fut nullement ralentie. Arrivés au dixième, ils firent alors connaissances avec ceux qui avaient hurlé quelques minutes plus tôt. Deux hommes en armure de chevaliers se tenaient devant eux. L’un comme l’autre étaient entièrement enflammés. C’était la première fois qu’Humfroy voyait des chevaliers enflammés. Quiariace lui en avait bien parlé mais rien ne valait le fait de les voir de ses propres yeux.
Leurs ennemis ne lui laissèrent toutefois pas le temps de les contempler. L’un d’eux fondit de suite sur Humfroy. Le feu qui embrasait son épée étant trop faible comparé à celui du chevalier, Humfroy eut rapidement du mal à contrer les coups répétés de son adversaire.
Réagissant promptement, Frédéric s’enflamma et tenta de lui venir en aide. Mais le second chevalier s’en prit alors à lui. Ce fut donc Miles qui dégaina son épée et frappa le chevalier qui s’en prenait à Humfroy. Mais en vain, il eut à peine le temps de lui asséner trois coups que son épée devint inutilisable, complètement fondue par le brasier qui consumait le chevalier.
Accablé par la chaleur ambiante de l’étage, Jeremiah s’appuyait contre un mur en observant impuissant la scène, son corps dégageant de la vapeur.
De leur côté, Io et Reese ne tentèrent pas de le frapper avec leurs lames, déduisant de la fonte de l’épée de Miles qu’il leur arriverait la même chose. Leurs balles subiraient sûrement le même sort. Il ne leur restait donc plus que leur canon foudroyant. D’une part ils ne pouvaient pas effectuer des tirs à une cadence soutenue mais de plus s’ils tiraient maintenant, ils toucheraient sûrement Humfroy également.
Aux prises avec le second chevalier, Frédéric empoigna le pommeau de son épée à deux mains et tenta d’augmenter l’intensité de sa flamme au-delà de celle du chevalier mais sans succès. Frédéric ne parvenait pas à surclasser le chevalier en terme d’intensité. Il choisit alors de l’affronter sur un autre domaine et se métamorphosa. Sans difficultés particulières il parvint à lui arracher l’épée des mains en la jetant au loin. L’arme glissa sur le sol et s’éteignit rapidement. Profitant de la surprise de son adversaire, il agrippa les pièces de son armure et les lui arracha, mettant son buste à découvert. Sans attendre, il enfonça sa main droite dans la poitrine de son adversaire pour lui arracher le cœur. Le cœur extrait, le chevalier recula en titubant, portant ses mains au trou béant de sa poitrine. Peu à peu sa flamme s’éteignit. Il releva la tête vers Frédéric et mourut une fois sa flamme complètement éteinte.
Pendant ce temps, Humfroy ne parvenait pas à se concentrer pour prononcer une quelconque formule. Miles décida alors d’offrir aux cyborgs une fenêtre de tir suffisante pour ne pas risquer de toucher le jeune homme. Il prit alors sa forme démoniaque et empoigna le chevalier de dos. Rapidement, il l’écarta d’Humfroy et le projeta brutalement contre un mur au prix de terribles brûlures sur les membres supérieurs. Le choc fut bruyant et le chevalier accusa le coup quelques secondes avant de se relever et de se voir littéralement transpercer par un rayon d’énergie brute provenant du canon de Io. Les deux chevaliers enflammés à terre, tout danger immédiat était écarté.

« - Ce n’est pas toi qui clamait ne pas craindre le feu en tant que démon tout à l’heure ? » demanda Frédéric à Miles.

« - Faut pas exagérer non plus. Les démons ne craignent pas les feux ordinaires mais celui dont ils étaient investis n’est pas ordinaire. Rien à voir avec les guignols d’en bas » répondit Miles dont les brûlures s’estompaient lentement.

« - Il est vrai. Ils étaient investis du feu d’un dragon » intervint Humfroy.

« - Tiens ! Je le savais bien qu’il n’était pas ordinaire ce feu ! »

« - Je dois bien l’admettre. Je n’ai pas réussi à le surpasser en terme de chaleur, mais lui non plus. On devait être à peu près à égalité ».

« - Votre flamme est aussi chaude que le feu d’un dragon ? Vous m’impressionnez Frédéric » dit Humfroy stupéfait.

Le temps que les brûlures de Miles disparaissent, ils reprirent leur montée jusqu’au dernier étage de la tour où la chaleur était plus intense que nulle part ailleurs. Et pour cause, l’étage abritait la pierre estivale dans une salle somptueuse richement décorée. Des tentures recouvraient les murs, de nombreuses étagères remplies de grimoires couraient à droite et à gauche de la pièce. La pierre estivale flottait au-dessus d’un petit piédestal situé au fond de la salle, à côté d’un trône qui était de toute apparence fait d’or brut et sur lequel siégeait Ansfrid comme semblant les attendre.

« - ANSFRID ! Ton règne de terreur s’achève ici ! » cria Humfroy.

« - Bien présomptueux de ta part, fils ! Ce sont plutôt vos vies qui vont prendre fin ici ! » répondit Ansfrid les sourcils froncés et affichant un rictus malsain.

« - CASCADE FLAMBOYANTE ! » cria-t-il immédiatement après.

Un mur de flammes s’écoula alors du plafond pour obstruer la porte par laquelle ils étaient entrés.

« - Tu nous retiens ici, mais tu es retenu avec nous ! » dit alors Frédéric avec un sourire.

« - La peur n’a aucune prise sur moi chien errant ! » lui répondit Ansfrid.

« - On va remédier à ça alors ! » dit Miles.

« - ANNEAU DE FEU ! » cria Ansfrid.

Un anneau de flammèches se dessina sur le sol autour des pieds de Miles.

« - Tu plaisantes là ? » lui dit Miles avant de faire mine d’avancer.

« - ROBE DE FEU ! » cria Ansfrid.

« - MILES ! NON ! » cria en simultané Humfroy pour l’avertir.

Réagissant promptement, Miles stoppa net tandis que l’anneau de flammèches se transforma en colonne creuse de feu. L’intensité était telle que Miles ne tenta pas de traverser le voile de feu.

Le dos voûté, Jeremiah avait énormément de mal à supporter la chaleur ambiante qui indisposait tout le monde dans la pièce, hormis Ansfrid.

« - On ne t’a jamais dit que c’était dangereux de jouer avec le feu quand tu étais petit ? Des fois on se brûle ! » adressa alors Frédéric à Ansfrid avant de s’enflammer entièrement.

« - Mmmh ! Je comprends maintenant pourquoi mes chevaliers ont échoué » observa Ansfrid.

Voyant Frédéric s’avancer vers lui, Ansfrid, qui ne s’était pas encore levé, oscilla son index droit. Frédéric s’immobilisa, se demandant ce que lui réservait le sorcier.

« - PILIERS INCANDESCENTS ! » cria ce dernier.

Surgirent alors du sol, autour de Jeremiah, quatre sombres piliers incandescents.

Sans attendre, Ansfrid ajouta : « CREMATORIA ! »

Les piliers rougeoyèrent de plus en plus jusqu’à s’enflammer. Rapidement les flammes s’étendirent d’un pilier à l’autre enfermant Jeremiah dans un cube de feu.

« - FUMIER ! » cria Frédéric.

Soudain deux rayons d’énergie zébrèrent la pièce en direction d’Ansfrid. Ce dernier, réactif, eut tout juste le temps de contrer l’attaque.

« - RETOUR DE FEU ! »

Un disque de feu apparut juste devant Ansfrid qui absorba les deux rayons avant de les renvoyer encore plus puissants vers les deux cyborgs qui les reçurent en pleine poitrine. Io et Reese tombèrent en arrière, la poitrine oblitérée et fumante.
Suite à cette attaque fulgurante, Ansfrid jugea qu’il ne pouvait rester assis et se leva.

« - Avant que je ne m’occupe de corriger mon fils, que vais-je faire de toi ? » dit-il à l’attention de Frédéric.

« - Moi je sais ce que je vais faire de toi ! » répondit l’intéressé.

Il intensifia sa flamme et bondit sur Ansfrid … en le loupant. L’image d’Ansfrid se dissipa sous les flammes de Frédéric.

« - Plutôt vif le sac à puces ! » dit le sorcier.

Le perfide avait usé d’un simulacre et se trouvait jusque-là, invisible, juste à côté.

« - Qui traites-tu de sac à puces, enfoiré ? » dit Frédéric en tournant la tête vers lui.

Mais Frédéric n’eut pas le temps d’esquisser le moindre geste qu’Ansfrid le frappait de son sceptre, celui qu’il portait lorsqu’il s’était montré au balcon.

« - Faites donc mumuse entre animaux de compagnie » dit-il en lâchant son sceptre.

L’objet s’enflamma alors et se métamorphosa en gigantesque serpent de feu qui s’enroula rapidement autour de Frédéric.

« - Bien. A nous deux fils ! »

« - Je ne suis plus ton fils ! »

«  - Il est vrai que Quiariace t’as bien monté contre moi. Soit. Alors meurs ! FIREBALL ! »

De la paume d’Ansfrid sortit alors une boule de feu qui se dirigea rapidement sur Humfroy. Plus déterminé que jamais, le jeune homme frappa la boule de feu avec son épée et la trancha en deux.

« - On dirait que tu as appris certaines choses finalement. Que dirais-tu de passer à la vitesse supérieure ? FIRECLAST ! »

Cette fois, le sorcier créa une énorme boule de feu au cœur sombre et carbonisé. Comme avec la boule de feu précédente, Humfroy tenta de la contrer avec son épée. Rapidement il comprit que la flamme de son épée n’était pas assez puissante et il fut contraint de faire un bond en arrière pour l’éviter.

« - Ne me dis pas que ma progéniture n’est pas capable de mieux ? » dit Ansfrid l’air déçu.

Dans son enceinte de feu, Miles réfléchissait au moyen d’en sortir. Il était hors de question de traverser ce mur de flammes mais sa lumière ne projetait aucune ombre au sol. Il leva la tête et observa le plafond qui était recouvert de suie mais où les flammes projetaient également une ombre. Il reprit alors une fois de plus sa forme démoniaque et s’adressa à Ansfrid.

«  - Tu croyais vraiment que j’allais être retenu par une robe ? »

Il bondit alors vers le plafond dans l’ombre duquel il se fondit avant de réapparaître dans l’ombre d’Ansfrid et de lui asséner un puissant coup de poing  qui le projeta contre un mur. Affalé contre le mur, il commença à se redresser. Un fin filet de sang coulait du coin droit de sa bouche.

« - Intéressante faculté » finit-il par dire.

« - Mais je mets ça sur le compte de la chance petit vaurien ».

« - Ah ouais ? Alors regarde ça ! » lui répondit Miles avant de se fondre dans sa propre ombre.

Il n’eut le temps que de sortir une main de l’ombre d’Ansfrid lorsque ce dernier prononça ces paroles :

« - PRISON D’ÉBÈNE ! »

La main de Miles fut alors tranchée en un clin d’œil et tomba inerte au sol. Le corps de Miles ne réapparut nulle part, comme prisonnier de l’ombre d’Ansfrid.

Comprenant à la provocation d’Ansfrid que ce dernier allait reprendre l’avantage, Humfroy commença à réciter une nouvelle formule.

« - Dragon majestueux
Pardonne l’impétueux
Qui a l’audace
Ne serait-ce qu’un temps fugace
D’accueillir ton feu primal
En son épée pour créer une arme fatale ! »

Les flammes de l’épée d’Humfroy prirent alors une teinte orangée.

« - Tu invoques la flamme du dragon ? Impressionnant ! Voyons si tu la maîtrises. FIRECLAST ! »

La boule de feu avançant rapidement vers Humfroy ; Ansfrid ajouta juste avant l’impact :

« - DÉFLAGRATION ! »

Le cœur noir de la boule de feu éclata et la boule éclot comme une tulipe dont les pétales se refermèrent sur Humfroy.
Conservant son calme, Humfroy dissipa les flammes d’un puissant coup d’épée.

« - Bien, bien mieux ! Cela fait un bail que je n’ai combattu à l’épée. Voyons voir si je ne suis pas trop rouillé, si tu le permets » dit alors Ansfrid en esquissant un geste de la main vers l’un des rideaux de la pièce.

Le rideau s’écarta pour laisser apparaître un villageois debout et paralysé.

« - INCINÉRATION ! »

Le villageois s’enflamma instantanément et fut rapidement réduit à l’état de cendres. Dans la main droite d’Ansfrid une épée apparut. Immédiatement elle s’enflamma d’un feu rouge vif.

« - Flamme … infernale … On dirait que je n’ai pas trop perdu la main finalement » déclara Ansfrid avec un sourire sadique.


Dernière édition par Jezekiel le Lun 25 Aoû - 10:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 55 - Combattre le feu par le feu :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 55 - Combattre le feu par le feu
Message le Sam 17 Mar - 15:49 par Shion
[Date originale : 2 Septembre 2011]
Tiens ? Il y avait longtemps que l'on n'avait pas traité Frédéric de sac à puces XD

Je ne voyais pas Ansfrid aussi puissant par contre ^^
 

Chapitre 55 - Combattre le feu par le feu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre I - Mondes Nouveaux :: Arc 5 - un Monde Blanc-
Répondre au sujetSauter vers: