Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 56 - Voyage touristique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 1008
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 37
Localisation : Poitiers, Vienne, France

17032012
MessageChapitre 56 - Voyage touristique

[Date originale : 21 Août 2011]
[Date correctif : 26 Août 2014]
Terre 8451

« - Daniel ? Que fais-tu ici ? » demanda Westwood avec un peu de surprise dans la voix.

« - Je suis en vacances ! A vous voir on dirait que ce n’est pas votre cas » répondit Daniel sur un ton léger.

« - Ne me fais pas rire, vous ne prenez jamais de vacances vous autres ».

« - Il est vrai, et comment le pourrions-nous d’ailleurs, étant donné l’immensité de la création ? » répondit Daniel en ouvrant les bras et regardant vers le ciel.

« - Tu n’as pas répondu à ma question ».

« - Disons que j’étais venu m’assurer que la situation ne tournait pas au désastre en prenant le mauvais chemin ».

« - C’était il y a combien de temps ? »

« - Voyons voir … je dirais approximativement 2 jours et 15 heures sur cette Terre. Compte tenu de la distorsion temporelle avec le flux dit "normal", ça doit avoisiner les 8 jours maintenant ».

« - Dillon ? »

« - Ça correspondrait au signal de sortie des deinones mon colonel » répondit le concerné en consultant l’appareil de Richards.

« - On serait donc à 8 jours d’eux ? Nous avons bien rattrapé notre retard » conclut Lambert.

« - Encore faut-il que nous ne perdions pas trop de temps ici ! »

Par ces mots, Westwood rappela à ses hommes qu’une longue distance les séparait du point d’extraction deinone.

« - Puis-je vous être utile d’une quelconque façon ? » demanda aimablement Daniel, feignant de ne pas savoir quel était leur problème.

Westwood le dévisagea un instant sans afficher aucune expression sur son visage, comme essayant de sonder Daniel du regard.

« - Pourquoi es-tu encore ici Daniel ? » lui demanda-t-il soudainement.

« - Peut-être ai-je une autre situation à surveiller de près, qui sait ? » répondit-il avec un sourire bienveillant.

« - Puis-je vous demander quel est le but de votre venue ? »

« - Une partie de chasse, ça te convient comme réponse ? Et oui, tu vas pouvoir nous être très utile. Nous aimerions être emmenés à ce point du territoire français. Dillon montre-lui ! »

Daniel observa la carte holographique que l’appareil de Richards projetait.

« - C’est comme si c’était fait » dit-il avec un sourire.

Puis il ferma les yeux, se concentra un court instant avant de les rouvrir. Ses yeux étaient d’un blanc luminescent, lumière qui les enveloppât rapidement. Ceux qui avaient suivi la conversation se masquèrent les yeux tandis que les autres furent éblouis comme s’ils avaient reçu un flash d’appareil photo directement dans les yeux.

Quand ils rouvrirent les yeux, ils eurent la surprise de se trouver dorénavant dans un champ labouré et recouvert d’une fine couche de neige. A quelques kilomètres de là ils pouvaient apercevoir un hameau.

« - Lambert ? »

« - Si le nom des villes n’a pas changé dans cette dimension, le hameau que l’on voit doit être Cahors … et nous sommes juste à côté du point d’extraction deinone » répondit l’homme.

Tous, hormis Daniel, scrutèrent les environs mais ne virent rien de particulier en ces lieux. Westwood ordonna alors à Bud de se rendre à Cahors pour enquêter sur un quelconque fait suspect datant d’environ 2-3 jours. L’homme, expert dans le maniement d’armes blanches, savait également s’infiltrer n’importe où. Dans une société aussi peu développée, dans un contexte à priori calme et dans une ville de si petite dimension, cela ne devrait pas poser trop de problèmes. A peine trois heures plus tard, Bud revint habillé façon locale.

« - Sergent Bud au rapport mon colonel ! » dit le soldat en se mettant au garde à vous.

« - Repos ! Qu’as-tu appris ? »

Bud se détendit et dit :

« - Apparemment une sorte de démon a terrorisé la région durant plusieurs jours. Il a subitement disparu après l’incendie d’une auberge il y a deux jours ».

« - Encore un démon donc ! Ça doit être lui qui a ouvert le portail de l’Amérique du Sud » conclut Westwood.

« - Négatif mon colonel ! » intervint alors Dillon qui venait de vérifier l’appareil de Richards.

« - Le point d’extraction démoniaque s’est ouvert il y a 18 jours donc celui qui s’est enfui ne peut être le même que celui qui a sévi dans cette région ».

« - Je confirme ! » dit alors Daniel.

« - Bien sûr ! Tu as évidemment quelque chose à voir là-dedans. Que sais-tu ? » lui demanda Westwood.

« - Hé bien déjà que le "démon" de Cahors n’en était pas un, mais un vampire ! »

« - Il y a des suceurs de sang sur cette Terre ? » s’interloqua Johnson.

« - Plus depuis deux jours » répondit Daniel avec un sourire.

« - Combien étaient-ils ? » demanda Westwood.

« - Deux ! Mais savez-vous qui vous pourchassez ? »

« - Un lycanthrope et deux de ses potes, pourquoi ? »

« - Hé bien, dans toute l’histoire de cette planète, il n’y a jamais eu que deux créatures pouvant être qualifiées de vampires. L’une est morte dans l’auberge de Cahors il y a un peu plus de deux jours … l’autre est repartie d’où il venait peu de temps après, ici même ».

« - C’est pas vrai ? » s’esclaffa Johnson.

« - Ça devient de plus en plus intéressant. Un lycanthrope et un vampire … c’est quoi le troisième ? Une goule ? » dit Westwood.

« - Non, ce n’est pas une goule mais vous dire ce qu’il est pour l’instant ne ferait que vous induire en erreur ».

« - Je crois que l’on va devoir se contenter de ça alors. Dillon ! Montre-lui là où il doit nous emmener maintenant ».

« - Ce sera inutile, je sais déjà où vous voulez vous rendre ».

Ils furent donc transportés en Amérique du Sud, au Guatemala, près du volcan Tajumulco. La scène de désolation qu’ils contemplèrent était sans comparaison possible avec le champ de bataille d’Hongrie. Des coulées de laves s’écoulaient de chaque côté du champ de bataille où gisaient de nombreux cadavres d’hommes et de squelettes.

« - Bon dieu que s’est-il passé ici ? » laissa échapper Lambert.

« - Pour tout vous dire, ceux que vous pourchassez ont tenté d’empêcher la libération d’un puissant démon enfermé au sein de ce volcan. Malheureusement ils n’ont pas réussi et le démon s’est enfui par le portail dont vous avez détecté les réminiscences. Toutefois l’intérêt que le démon leur a porté l’a empêché de dévaster cette planète ».

« - Comment ça ? » lui demanda Westwood.

« - Êtes-vous sûr que vos cibles sont bien ce qu’elles semblent être ? »
_____________

Terre 7243 – Tour du Soleil – Salle de la Pierre Estivale

Père et Fils s’échangeaient depuis trois minutes de nombreux coups d’épée dans de grandes gerbes de flammes. Malgré tout son courage et sa volonté, Humfroy était contraint à la défense. Sa flamme de dragon ne faisait pas le poids face à la flamme infernale de son géniteur et certaines de ses flammèches commençaient à lécher de trop près le jeune guerrier.

De son côté Frédéric se débattait toujours avec le serpent de feu d’Ansfrid. Se servant de l’épée du chevalier enflammé, il tenta à maintes reprises de le trancher en deux mais en vain. Les deux parties du serpent se recollaient l’une à l’autre. De plus en plus énervé, Frédéric finit par délaisser son arme flamboyante et saisit de ses deux mains le serpent par la gueule. En un râle de colère il provoqua alors une puissante explosion qui dispersa les particules de feu constituant le serpent. Pulvérisé, le serpent ne se reconstitua plus.

« - Veux-tu te joindre à nous, le clébard ? Humfroy en aurait grand besoin ! » lança Ansfrid en riant, sans discontinuer de frapper son fils.

Mais son rire se tut rapidement et le sourire sadique qui déformait son visage disparut en voyant les flammes de son Crematoria se figer comme si le temps ralentissait. Tous dans la pièce s’immobilisèrent. Ce n’était pas un contrôle temporel, les flammes ralentissaient leur mouvement et prenaient une teinte bleutée. Elles étaient en train de geler sous un froid plus intense que n’importe lequel des stalags pouvait produire. Le cube entier du Crematoria gela. Rapidement quelques poussières de glace tombèrent de la surface. Ces poussières se transformèrent rapidement en miettes, puis en grêlons pour enfin tomber en morceaux en de gros blocs de glace. Au milieu de l’ancien Crematoria se tenait Jeremiah, debout et droit. Son épée était recouverte entièrement de glace. Il ne manifestait plus aucun signe de faiblesse malgré la chaleur ambiante qui n’avait point baissé. Ses yeux étaient d’un blanc vitreux comme la glace la plus pure et lançaient un regard plein de défi envers Ansfrid.

« - Offrir autrui en sacrifice procure certes un grand pouvoir. Néanmoins il en existe un plus grand encore. Mais tu es trop lâche pour oser l’invoquer, Ansfrid. Pour Quiariace, pour Elron, je vais te montrer le pouvoir qui te sera à jamais inaccessible ! » déclara alors Humfroy, profitant que le sorcier malfaisant était figé en voyant le tour de force de Jeremiah.

Ansfrid tourna la tête vers sa progéniture sans réagir, incrédule car il savait parfaitement de quoi il parlait.

« - IMMOLATION ! » cria alors Humfroy qui vit son bras droit s’enflammer.

La souffrance endurée était insoutenable et c’est cela qui rendait la prononciation de la formule qui s’ensuivit que plus dure encore.

« - Ô toi, oiseau millénaire
Il est temps de sortir de ton sommeil mortuaire
Célèbre ton éveil
Et allume ta flamme immortelle.
Ebroue-toi !
Envole-toi !
Constate ce que le monde est devenu
Et ne te rendors plus
Jusqu’à ce que justice soit faite.
De maintenant jusqu’à la fête
Accepte mon immolation
Pour châtier de par ta combustion ! »

La flamme jaune orangée qui brûlait son bras prit une couleur dorée et se propagea à son épée. De nombreuses étincelles crépitaient autour de la lame. La flamme du Phénix était la flamme la plus puissante et malgré la nécessité d’un sacrifice corporel pour la manier elle permettait un espoir de survie après son utilisation.

Leurs blessures suffisamment refermées, les deux cyborgs se relevèrent alors … attirant l’espace d’un instant le regard d’Ansfrid. Humfroy profita alors de ce seul instant de relâchement de la part d’Ansfrid pour fondre sur la pierre estivale et la frapper de son épée.
Apparut à la surface de la pierre un voile rouge maillé d’énergie mystique invisible jusque-là. Le voile ne résista pas longtemps et vola en éclats comme du verre.

« - NOOOOOOOOOON ! » cria Ansfrid !

Humfroy avait réussi sa mission, il venait de briser le maléfice qu’Ansfrid avait jeté sur la pierre estivale. Le spectre de Quiariace apparut soudain.

« - Rends-toi, fils abject ! » dit-il d’une voix caverneuse.

Pour la première fois, de la sueur commençait à perler sur le front d’Ansfrid tandis qu’il serrait les mâchoires.

« - Bande de misérables cloportes, mes félicitations. Vous avez regagné Elron mais je vous la concède volontiers. En revanche ne comptez pas me prendre également ma liberté, plutôt mourir ! »

« - Ça peut s’arranger ! » dit Frédéric.

« - Ce ne sera pas de ta main, pitoyable créature ! » lui répondit Ansfrid tout en reculant vers son trône.

« - Où comptes-tu aller ? La seule issue qui soit dans ce coin c’est la fenêtre. 20 étages, ça fait haut pour un humain ».

« - Pas pour qui sait voler ! »

Sur ce Ansfrid brisa la vitre et alors qu’il allait sortir de la tour, Frédéric le retint en l’agrippant par la cheville.

« - LIBÉRATION ! » cria-t-il.

Instantanément une main griffue d’un noir le plus total apparut de nulle part et serra le poignet de Frédéric si fort qu’il l’obligea à lâcher Ansfrid. Trop content, Ansfrid prit la fenêtre et s’enfuit à toute vitesse dans les airs, vers l’extérieur du dôme.

La main ténébreuse souleva Frédéric du sol. Il remarqua alors que de petites pointes surgissaient des jointures des doigts. Bientôt l’avant-bras apparut, suivi par le bras, l’épaule et tout le corps.
La créature était entièrement noire et très grande. Deux grandes cornes crénelées, orientées vers l’avant, ornaient son crâne. De petites cornes sortaient à plusieurs endroits du corps. Des cornes plus grandes sortaient des coudes, des genoux et des épaules. Ses yeux étaient d’un rouge sanguin où l’on ne distinguait plus la pupille de l’iris ni même du reste de l’œil. Sa bouche ne semblait plus avoir de lèvres si bien que sa dentition de crocs acérés était exposée à l’air. Sa blancheur contrastait énormément avec l’obscurité de sa peau. De son dos émanait une sorte de brume noire. Mais ce n’était pas encore le plus dérangeant. Sur le derme ténébreux l’on pouvait remarquer de nombreuses marques rosâtres de griffures et autres morsures.


Dernière édition par Jezekiel le Mar 26 Aoû - 10:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède
» albator voyage dmensionnel (nouveau manga de matsumoto Leiji)
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 56 - Voyage touristique :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 56 - Voyage touristique
Message le Sam 17 Mar - 15:53 par Shion
[Date originale : 2 Septembre 2011]
Quel enfoiré cet Ansfrid...

Sinon, je trouve la description du démon (Miles ?) très réussie Smile
 

Chapitre 56 - Voyage touristique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre I - Mondes Nouveaux :: Arc 5 - un Monde Blanc-
Sauter vers: