Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 194 - Retour à la Maison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 784
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

13042014
MessageChapitre 194 - Retour à la Maison

Terre 6354 – Unicorps

Alors que les ingénieurs passaient des nuits blanches sur les relevés des distorsions dimensionnelles, une alarme retentit. Elle était synonyme de l’ouverture d’un portail inter-dimensionnel non autorisé.
Se focalisant dessus, ils déterminèrent la localisation exacte de ce fameux portail … tout en reconnaissant la signature énergétique. Celle du module de Drake Wallace.
Pensant accueillir l’équipe au complet, une équipe réduite fut envoyée au point de rencontre … pour n’y retrouver qu’Isaac. Le drone fut rapatrié au siège de l’Unicorps où il résuma succinctement ce qui s’était passé dans la Dimension 45026 … y compris le décès de Drake Wallace. Au moment où il évoqua la mort du soldat, Westwood, tout juste revenu du programme Zénith Paladin, et le corps couvert de cicatrices, pénétra dans la pièce et accueillit la mort de Wallace avec un calme étonnant.
Néanmoins il rappela aux ingénieurs présents qu’ils avaient du travail. Tous se remirent donc au travail en sachant ce qu’ils avaient à faire. Ils ne rechercheraient plus dès lors la trace d’un transport de masse mais plutôt les profils distinctifs de chaque membre de l’équipe.

________________

Terre 2180 – Complexe secret

Tandis que dehors le complexe était animé, les couloirs retentissant de bruits de luttes mêlés à des cris, le calme était le mot d’ordre dans le laboratoire G27. Et pour cause, personne n’y résidait, plongé jusque-là dans l’obscurité. C’est alors qu’un flash surgit de nulle part inonda le laboratoire d’une lumière aveuglante. Lorsque la lumière se résorba, une créature biomécanique avait fait son apparition : Justice.
Bien qu’entendant le chaos des combats à l’extérieur, la créature prit le temps de prendre ses repères et sembla reconnaître les lieux. Soudain, la porte du laboratoire s’ouvrit en fracas, sous l’impulsion du puissant coup de pied d’un jeune homme au pantalon blanc et à la veste rouge.

« - Salut mocheté ! C’est toi que je cherchais ! »

« - Et qui es-tu ? »

« - Qu’importe car je vais te faire frire ! »

Sur ce, le jeune homme mystérieux dégaina une épée à lame carrée avant de se jeter sur elle en une gerbe de flammes.

_________________

Dimension inconnue

Comme tous les prisonniers de la dimension 45026, Lord Raptor réapparut dans un puissant flash de lumière dans une autre dimension. Adaptant sa vue au lieu où il avait atterri, il se rendit rapidement compte qu’il était arrivé au beau milieu d’une scène de spectacle aménagée dans un bar. Sa vue suffisamment revenue, il comprit que ce bar n’était pas ordinaire. Il était peuplé de créatures d’outre-tombe toutes plus horribles les unes que les autres … et pourtant familières. Et pour cause, il était au Makai Bar, un bar de sa dimension d’origine qu’il affectait particulièrement. Bien que démuni de lèvres, Raptor sembla sourire avant de sortir une guitare d’on ne sait où.

« - Vous êtes prêts pour mon dernier tube en date ? Alors écoutez Sacrifice ! » cria-t-il avant de se mettre à jouer et chanter.

__________________

Dimension 544

S’étant faufilé dans les couloirs Genetech en usant de son système de camouflage, le Predator avait survécu assez longtemps pour regagner son point d’origine, une planète verdoyante et au climat tropicale.
Sans perdre un instant, il consulta son ordinateur de bras pour s’assurer de sa localisation et reprendre sa chasse. D’un formidable bond, il grimpa sur la branche d’un arbre avant de se mettre à bondir de branche en branche avec vélocité. Rapidement il atteignit des vestiges d’anciens buildings envahis par la végétation. Passant son mode de vision à l’infrarouge thermique, il détecta plusieurs formes de vie de tailles diverses. Toutes étaient insignifiantes à ses yeux jusqu’à ce qu’il perçoive l’une de ses proies : un être humain émergeant d’une des ruines en quête de pitance. L’homme eut tout juste le temps d’apercevoir le triple faisceau du laser rouge qu’un tir de plasma transperçait sa poitrine pour y laisser un trou béant.

__________________

Dimension 343

John-117, le soldat spartan qui était parvenu à fuir les geôles des Genetech, se matérialisa au beau milieu de la cour d’un complexe immobilier aux allures futuristes. Ses systèmes compensant immédiatement toutes défaillances, il reconnut de suite le style architectural des bâtiments qui l’entouraient. L’unique détail qui le gênait était le manque de vie total en ce lieu. D’habitude, ce genre de place grouillait en permanence, à l’instar d’une gigantesque fourmilière. Mais ici, il n’y avait manifestement plus âme qui vive. Quelle en était la cause, John s’en doutait. Cette cause était la même qui avait poussé des scientifiques à lui faire subir ce qu’il avait vécu durant son enfance et qui avait fait de lui le spartan qu’il est aujourd’hui. Avant qu’il n’ait pu formuler le nom de cette cause dans son esprit un sifflement caractéristique retentit à plusieurs mètres au-dessus de lui. De suite, il sortit son fusil mitrailleur et leva la tête. Il reconnut la forme reconnaissable entre mille d’un banshee, un véhicule covenant. Il était bien revenu dans sa dimension.

_________________

Terre ???

Lorsqu’il rouvrit les yeux, le mutant nommé Détraqueur crut durant de longues secondes que le flash de lumière qui l’avait enveloppé resterait permanent, comme s’il avait été transporté dans une dimension entièrement blanche et immaculée … mais également affreusement torride. Lorsque sa vue s’adapta à son nouvel environnement, il comprit qu’il était en fait en plein désert. Autour de lui il n’y avait donc que du sable à perte de vue.
La surprise passée, il se mit à grimper sur une colline de sable conséquente afin de pouvoir orienter sa marche qui promettait d’être longue.
Ce n’est qu’une fois arrivé au sommet qu’il constata qu’il n’était pas seul. Sur l’autre versant de la colline, il reconnut un homme qui avait partagé sa malchance dans le précédent monde … mais qu’il connaissait depuis bien plus longtemps puisque tous deux avaient été enlevés du même monde.

« - Je me disais aussi qu’il régnait ici une odeur pestilentielle ! » adressa-t-il à l’autre homme qui n’était autre que le mutant qui se faisait appeler le Marchand de Sable.

Le mutant sembla fondre en un clin d’œil avant de se reformer juste aux côtés du Détraqueur.

« - C’est ta propre odeur alors que tu sens ! Ceci dit, je me demandais combien de temps il te faudrait pour te rendre compte de ma présence ».

Le Détraqueur comprit alors une chose qui lui avait échappé : ici, en plein désert, c’était le terrain de jeu de son interlocuteur. Tout comme le désert, il était constitué de sable. Il avait dû ressentir le moindre de ses pas depuis qu’ils étaient arrivés.

« - Décidément ! Non seulement vous êtes de fieffés lâches mais de sacrés incapables, pas fichus de prendre avantage d’une situation lorsqu’elle se présente » répondit Détraqueur en illuminant ses yeux tout en lui envoyant une onde de perturbation synaptique.

Le Marchand de Sable face à lui ne broncha pas.

« - Faut dire qu’avec des imbéciles comme vous autres, on n’en a pas besoin ! »

A ce moment un énorme poing de sable surgit de la dune pour frapper le Détraqueur et le faire tomber de la colline en roulé boulé. Le Marchand attendit que son adversaire finisse sa course pour lui adresser à nouveau la parole.

« - As-tu oublié que mon organisme n’a pas de système nerveux ? Ne crois-tu pas que tu es dans la merde au beau milieu de ce sable ? Au beau milieu de … moi ! DEBOUT ! Aujourd’hui je bute un suppôt de Scylla ! »

Le Détraqueur se mit à rire, ce qui étonna le Marchand.

« - Comme toi, je croyais il n’y a pas encore si longtemps que mes pouvoirs n’influençaient que les systèmes nerveux et électroniques. Mais notre petite escale m’a permis de m’améliorer ! »

Le visage de son adversaire exprima un bref instant un sentiment de peur avant de se reprendre et de soulever des masses imposantes de sable pour tenter de le noyer sous un raz-de-marée. Mais le Détraqueur le devança en provoquant une onde dévastatrice qui coupa la liaison que le Marchand maintenait entre chaque élément de son être. Mort, il s’effondra en perdant toute forme.

« - Bien ! Retournons à Utopia maintenant ! »

__________________

Terre ???

Bien qu’elle rouvrit les yeux également sur un désert, Sandora Setsuna n’était pas sur la même planète que les deux mutants. Elle était revenue sur la Terre qu’elle était sensée considérer comme son nouveau chez soi mais qui n’était en fait que sa précédente prison. Face à elle, se dressait le symbole de cette prison. Un bâtiment titanesque, étincelant tel un diamant, la nouvelle Cité Miroir.

« - Putain ! Ça fait du bien de rentrer chez soi ! J’ai hâte de me prendre un bon pack de bilouses ! » proclama alors une puissante voix rocailleuse.

Sandora se retourna, surprise d’entendre Füller. Le golem avec qui elle était forcée de faire équipe depuis tant d’années. C’est alors qu’elle se rendit compte de la présence de plusieurs cadavres autour du golem, ceux des membres défunts de leur équipe. Gisaient sur le sable les corps de Paulette, Gustoff, Stuart, Dralia et Thilen. Et aux pieds de Füller, gisait le corps de Rodan. Elle remarqua alors l’absence du corps de Diedrick. Elle ne savait pas que Walfroy avait fusionné avec le corps de son frère. Tous leurs défunts étaient là mais pourquoi étaient-ils les seuls rescapés à être revenus ici. Où étaient Walfroy et Sofia ?

« - Bon allez ! C’est pas tout mais moi j’ai un bain de bière à me prendre ! » dit Füller en enjambant le corps de Rodan.

Sandora resta figée en le voyant s’éloigner de façon aussi insouciante.

« - Füller … Füller ! … FÜLLER !! »

« - QUOI ? » se retourna vivement le golem.

« - Où tu vas ? »

« - Je rentre à la maison, je crois que je l’ai bien mérité, non ? »

« - Et nos compagnons ? On ne va pas les laisser pourrir au soleil ! »

« - Et qu’est-ce que tu veux faire ? Les enterrer ? »

« - Ce serait la moindre des choses tout de même, non ? »

« - Si y a que ça pour te faire plaisir … »

Le golem revint sur ses pas et s’approcha du corps de Rodan. Il souleva son pied et enfonça le corps de Rodan dans le sable d’un surpuissant coup de talon. Sandora n’en croyait pas ses yeux. Comment pouvait-il être aussi insensible, aussi cruel envers ceux à côtés desquels il avait enduré autant d’épreuves ?
Le temps qu’elle se reprenne, Füller avait infligé le même sort aux corps de Paulette et de Stuart. Il s’apprêtait à enterrer de la même façon le corps de Gustoff mais il hésita un instant.

« - Hmmm ! Celui-là va me demander un peu plus de force vu sa taille ! »

Alors qu’il levait le pied plus haut, Sandora intervint.

« - ARRÊTE ! »

« - Ah ben quand même ! Je me demandais quand est-ce que tu allais réagir ! Tu veux te battre la poiscaille ? » répondit le golem en reposant son pied au sol.

Le corps de Sandora tremblait non pas de peur mais d’une fureur comme jamais elle n’en avait connue.
C’est alors qu’un hologramme de Xatia apparut entre eux.

« - Vous êtes enfin revenus ? Bien ! Rentrez de suite à la cité, j’ai une mission pour … »

Elle s’arrêta en constatant que seuls deux de ses esclaves étaient rentrés vivants. Elle les observa attentivement et ne dit mot pendant quelques secondes.

« - Hans ? »

« - Oui, Maîtresse Exécutrice Xatia ? »

« - Reviens une fois que tu en auras fini ici ! »

« - Bien, Maîtresse Exécutrice Xatia ! »

Alors que l’hologramme se volatilisait, Sandora était incrédule face au comportement de la Deinone. Elle lui avait sciemment donné la permission de la tuer.

« - Si tu savais depuis combien de temps j’avais envie de t’écrabouiller. Rodan mort, sa chouchoute n’a plus raison de rester en vie ! »

« - Espèce de monstre ! Je ne me laisserais pas faire ! » répliqua Sandora.

« - Oh mais j’espère bien que tu vas m’amuser quelques minutes ! » dit Füller en lui assénant un tout aussi puissant que rapide revers de la main qui envoya valser Sandora à plusieurs mètres de là.

Au sol, Sandora gémit sous la douleur que lui faisaient endurer les côtes brisées sous l’impact. Le combat venait juste de commencer que déjà il semblait s’être achevé.

« - Et merde ! Quand je suis excité je me contrôle pas ! » s’esclaffa Füller en s’approchant d’un pas lourd.

Toutefois Sandora se mit à ramper dans le sable pour s’éloigner de lui. Cela amusa le golem qui la laissa faire. Comprenant qu’il jouait avec elle, Sandora s’arrêta. Elle se retourna, le dos sur le sable. Elle observait le ciel si bleu, comme si elle voulait emmener avec elle un dernier souvenir agréable dans l’autre monde. Soudain le visage de roche de Füller vint gâcher le tableau.

« - Ça y est ? T’en a marre de la vie ? »

Sandora fronça les sourcils en le voyant et l’entendant. Elle le maudit de gâcher ses derniers instants. D’ordinaire elle était du genre à s’avouer vaincue lorsqu’elle faisait face à une difficulté qui semblait insurmontable. Mais cette fois, cette unique fois, quelque chose en elle ne voulait pas s’avouer vaincue … pas par ce monstre de roche et cette saleté de calamar anthropomorphique. Surmontant l’appréhension de la douleur qui allait s’ensuivre, elle gonfla ses poumons au maximum tout en laissant échapper une larme.

« - Oh merde ! » laissa échapper Füller qui s’empressa de lever un pied pour l’écraser.

Mais il était déjà trop tard. Sandora poussa un cri d’une puissance incomparable à tout ce qu’elle avait fait jusque-là. Le corps de roche de Füller s’effrita par petits morceaux avant d’être littéralement pulvérisé et dispersé au gré des vents. La puissance de son cri fut telle que même l’esprit parasite de Füller fut déchiqueté par l’onde sonore qui n’était pas une onde sonore habituelle à l’insu de celle qui la produisait.
Le golem parti en poussières, Sandora cessa son cri. Elle resta allongée là de longues minutes, sa poitrine se soulevant de façon irrégulière puisque chaque inspiration la faisait souffrir.
Finalement elle se releva tant bien que mal. Sa fureur n’ayant pas chuté d’un iota, ce qui lui permettait de se mouvoir. Elle fit face à la Cité Miroir et poussa un nouveau cri d’une puissance effroyable. Sous la puissante onde sonore, la Cité s’ébranla. Des couches superficielles tombèrent en morceaux. Au fil des secondes son cri semblait se renforcer, se déchaîner encore et encore jusqu’à devenir hors de contrôle et la faire basculer dans un état de folie furieuse. Dès lors elle cessa de viser la Cité Miroir en particulier et dirigea son cri vers les dunes et autres montagnes de sable qu’elle voyait, jusqu’à diriger son cri vers les étoiles. Des volutes d’énergie azur se formèrent autour d’elle, d’abord lentement. Mais rapidement elles prirent de la vitesse et l’enveloppèrent dans une sphère d’énergie dense. Son organisme épuisé par une telle dépense d’énergie, Sandora cessa malgré sa folie son puissant cri. Dès lors, la sphère d’énergie se recroquevilla sur elle-même et implosa pour ne rien laisser. Sandora avait purement et simplement disparu, consumée, semble-t-il, par son propre pouvoir.

_____________

A suivre dans le chapitre 195 : Welcome to the jungle.
_____________

Mentions légales
GUILTY GEAR© ARC SYSTEM WORKS

DARKSTALKERS© Capcom U.S.A. All Rights Reserved.

PREDATOR© 20th Century Fox.

HALO© 2015 Microsoft


Dernière édition par Jezekiel le Dim 29 Mar - 11:02, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Retour a la maison de l'horreur
» [2007] Retour à la Maison de l'Horreur
» [Texte court] - Retour à la maison - Elaïne - G
» De retour a la maison avec toi (PV Riku) (Hentaï ) (terminer)
» Bon retour permis nous..
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 194 - Retour à la Maison :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 194 - Retour à la Maison
Message le Dim 13 Avr - 21:42 par Shion
Décidemment, encore une cité Miroir qui s'effondre... Je doute quand même que Xatia ait péri...

Quel enfoiré ce Füller quand même...
avatar
Re: Chapitre 194 - Retour à la Maison
Message le Dim 13 Avr - 21:58 par Jezekiel
Ah, non, la seconde Cité Miroir ne s'est pas effondrée. Le cri de Sandora, aussi puissant soit-il à ce moment, n'a réussi qu'à faire tomber des parties superficielles de la cité. Et donc Xatia n'est pas morte.

Petite information, j'ai tapé le 198 ce week-end. Comme je prépare un autre exam blanc, je n'ai pas pu l'écrire autant qu'il l'aurait fallu. Ainsi je l'ai fait s'arrêter prématurément à la page ... 7. ^^
Je dis "prématurément" car je n'ai pas pu y inscrire tout ce que j'avais prévu à l'origine.
En conséquence, la suite sera reportée dans le 199 ... au détail près que le 199 avait déjà assez de matière de prévue pour se contenter à lui-même.
Donc, le 199 risque fortement d'être un chapitre titanesque :p

Bref, toi, tu en es pas là pour l'instant, tu attends maintenant le 195.
A ce sujet ... avec le 193 dédié à Isaac et le 194 tournant plus autour de Sandora, qui penses-tu qui seras la star du 195 ?


Dernière édition par Jezekiel le Lun 14 Avr - 6:18, édité 1 fois
avatar
Re: Chapitre 194 - Retour à la Maison
Message le Dim 13 Avr - 22:23 par Shion
Je me disais aussi, ça aurait été trop facile ^^

Je pense que le prochain chapitre sera centré sur Sofia ^^
avatar
Re: Chapitre 194 - Retour à la Maison
Message le Lun 14 Avr - 18:48 par Jezekiel
Intéressant ... Qu'est-ce qui te fais dire cela ?
Re: Chapitre 194 - Retour à la Maison
Message  par Contenu sponsorisé
 

Chapitre 194 - Retour à la Maison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre II - Mondes de Babel :: Arc 11 - des Mondes isolés-
Sauter vers: