Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 33 - ... et Lumière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 885
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

17032012
MessageChapitre 33 - ... et Lumière

[Date originale : 13 Mars 2011]
[Date correctif : 14 Juillet 2014]
Terre inconnue.

L’homme toujours aussi mystérieusement vêtu du nom de Wade était assis sur un rocher au beau milieu d’une plaine sur une Terre semble-t-il paisible. Il laissait le doux vent s’engouffrer sous sa capuche et lui caresser le visage. Malgré son apparente nonchalance, l’homme attendait quelqu’un, ou quelque chose, quand soudain le vent se renforça et sembla converger en un point bien précis de la plaine. Rapidement un point noir apparut et s’étendit en un vortex sombre comme seul Nialgrim en était capable. Le démon ne tarda pas à sortir du vortex et se dirigea d’un pas lent vers Wade.

« - Quelle belle planète tu as trouvée là, Wade ! »

« - Bonjour Nialgrim ! »

« - Excuse mon impolitesse. Bonjour Wade ! » se reprit le démon.

« - Peux-tu me dire où sont les émissaires des deinones ? »

« - Les deinones me les ont fait envoyer sur la Terre 3012 ».

« - Saurais-tu par hasard où en est leur développement ? »

« - Je suis bien désolé de ne pouvoir te répondre à ce sujet. Comme Charon, je ne suis que le passeur ».

« - Dans ce cas je vais devoir m’en rendre compte par moi-même. Ouvre-moi un accès vers la Terre 3012 s’il te plait ».

« - En échange de la rémunération habituelle cela sera avec plaisir ».

Wade se mit alors debout. Nialgrim déglutit dans l’appréhension de la réaction de Wade. L’homme tendit le bras devant lui et de sa manche sembla sortir des dizaines d’esprits que Nialgrim aspira avec avidité.

« - Mmmmmh ! Des esprits jeunes, tu avais conservé encore quelques esprits de la Terre 3458 ».

Une fois son met dégusté, Nialgrim ouvrit un vortex en direction de la Terre 3012.

« - Bien que je me délecte de nos affaires, ma curiosité est piquée au vif. Pourquoi fais-tu appelles à mes services alors que tu es capable d’emprunter l’antre des vers par toi-même ? »

« - Voyons Nialgrim. Si j’ouvrais moi-même une antre des vers alors qu’ils s’y trouvent déjà tu sais très bien ce qui se passerait. Et ne sachant pas avec exactitude quelles sont les circonstances sur cette planète je ne veux pas leur faire subir cela ».

« - Tu es toujours très attentionné Wade ».

« - Merci Nialgrim, à bientôt mon ami ».

Wade s’engouffra dans le vortex qui se referma derrière lui. A peine était-il partit que Nialgrim ouvrit un nouveau vortex et y pénétra rapidement.
_____________

Terre ???, Bureau de Nergal

Nialgrim sortit pile devant le bureau de Nergal qui faisait semblant de ne pas avoir remarqué l’ouverture du vortex et continuait d’écrire sur une feuille de chair quelques informations obscures. Nialgrim ne se fit pas remarquer, n’émettant aucun son, attendant que Nergal s’adresse à lui.

« - J’espère que tu as une bonne raison pour t’introduire directement dans mon bureau comme tu viens de le faire, Nialgrim ».

« - Excusez mes façons, votre perfidie Nergal, mais je vous apporte des informations de première importance au sujet de Wade et des esclaves des deinones ».

La brume sombre qui constituait Nergal fut parcourue d’un éclair de lumière à l’emplacement de la tête. Nialgrim avait toute son attention. Bien que ses contours fussent toujours indiscernables, Nergal se leva, ouvrit le classeur démoniaque, toujours dans un bruit fort désagréable pour une oreille humaine. Il extirpa un seul feuillet et se rassit.

« - Je t’écoute ».

« - Wade est parti rejoindre les trois autres sur la Terre 3012 et étant donné leur évolution, je pensais que cela vous intéresserait ».

« - Et qu’elle est leur évolution ? »

« - Barbatos a accéléré le développement des ailes du vampire qui fait maintenant preuve de télékinésie. Le lycanthrope ne devrait pas tarder à manifester son pouvoir élémentaire et Miles a commencé à entrevoir les capacités de son hôte ».

Nergal inscrivit tout ceci sur le feuillet de lettres flamboyantes. Sans donner le feuillet au déchiqueteur infernal, Nergal se leva et ouvrit à nouveau le classeur. Après avoir fait tourner le classeur quelques secondes, il en retira un second feuillet qu’il lit en silence. Il plaça ce second feuillet dans le déchiqueteur avant d’inscrire une ligne supplémentaire sur le premier et de lui faire subir le même sort.

« - Bien ! Il est temps de lui rappeler qui est son maître ».

Nergal matérialisa une sphère d’esprits tourmentés et l’offrit à Nialgrim comme récompense.

« - Je vous en prie votre discrétion, vous n’avez nul besoin de me payer. C’est un devoir que de vous tenir informé » dit le marchand, rechignant à dévorer des esprits souillés après les esprits plus jeunes et frais qu’il venait d’ingurgiter.

« - Comme tu voudras Nialgrim, Tu peux disposer maintenant » dit Nergal en dispersant les esprits.

Nialgrim se retira via le vortex par lequel il était arrivé et qu’il n’avait pas refermé.
Après son départ, Nergal porta son regard sur les cages qui l’entouraient. La porte de l’une d’entre elles s’ouvrit, laissant sortir une petite créature à mi chemin entre le gobelin et le diablotin. La créature se vit confier un message qu’elle devait apporter rapidement.
_____________

Terre 3012, quelques minutes plus tard

Ne s’étant pas concentré, Miles réapparut dans la précédente pièce sombre. Se représentant mentalement une pièce quelconque où leurs armes étaient entreposées, Miles se fondit à nouveau dans l’obscurité … pour réapparaître dans la même pièce. N’ayant jamais vu la pièce où étaient entreposées leurs armes, si elles n’avaient pas été détruites, Miles ne put y apparaître, cela aurait été trop facile. Il allait devoir les chercher ou du moins trouver un quelconque armement en explorant le complexe à pieds.
Il observa la pièce et vit une porte avec une petite vitre permettant de voir le couloir de l’autre côté. Il s’en approcha mais elle ne s’ouvrit pas. Il chercha un quelconque bouton sur lequel appuyer mais rien. Manifestement l’installation n’avait vraiment pas été conçue pour ou par des humains. Bien que la situation était urgente, sans armes il ne pouvait se permettre d’attirer encore des sentinelles. Il observa donc par la vitre et vit un couloir assez sombre qui devrait lui permettre de se matérialiser. Alors qu’il envisageait de se fondre une nouvelle fois dans l’obscurité il ressentit un bourdonnement dans son esprit qui devint rapidement de plus en plus fort au point d’avoir la sensation qu’on lui sciait la tête. Cette insoutenable douleur fut accompagnée d’une assourdissante cacophonie.

« - Non … pas maintenant … bordel … » dit Miles plié, se tenant la tête entre les mains.

« - Salut Miles ! » dit une voix grave.

« - Putain … pas toi … je croyais m’être enfin débarrassé de toi ! »

« - Te débarrasser de moi ? Tu n’en as pas les compétences et encore moins la force ! Je n’aurais de cesse de conquérir ce qui m’est dû ! Et une fois ma récompense obtenue je te ferais payer éternellement pour tes péchés ! »

« - Merde, ta gueule ! J’ai jamais demandé ça ! » dit Miles en se cognant littéralement la tête contre un mur.

« - Continue donc à noyer ta terreur dans tes bouffonneries mais plus tu utiliseras mes pouvoirs, plus je gagnerais du terrain ! »

« - Va donc posséder quelqu’un d’autre et tu verras si j’ai si peur de toi ! »
_____________

Salle de Réalité Virtuelle

Jeremiah s’était écarté de Frédéric. En effet la température corporelle de ce dernier devenait dangereusement élevée sous l’effet de sa colère grandissante alimentée par les attaques incessantes des sentinelles.

« - Sors … de la pièce … Je … J’ai … l’impression … que je vais … exploser » lui dit péniblement Frédéric tentant de contrôler sa colère sous un certains seuil fatidique.

Se couvrant le visage de ses ailes, Jeremiah parvint tant bien que mal à sortir de la pièce, poursuivi par la moitié des drones quand soudain le son d’un puissant flash retentit dans la pièce qu’il venait de quitter. Des flammes sortirent par la porte en léchant le mur d’en face.

« - FRÉDÉRIC ! » cria Jeremiah.

Quelques secondes après, le nombre de flash des sentinelles diminua au fil de forts sons métalliques. Finalement plus aucune sentinelle ne semblait le flasher. Il écarta les ailes et ouvrit péniblement les yeux. Face à lui se tenait Frédéric nu comme un ver armé d’une barre de fer. Au sol gisaient les restes des drones.

« - Qu’est-ce qui t’es arrivé ? » lui demanda Jeremiah en s’approchant de lui comme pour lui taper sur l’épaule.

« - Ne me touche pas ! Je suis plus que brûlant, regarde ! »

Frédéric lui montra la barre de fer qui commençait à fondre là où il la tenait.

« - J’ai eu la sensation de littéralement exploser dans la pièce … mais bizarrement ça m’a grisé ».

Jeremiah ne su quoi dire durant quelques secondes. Sentant que la température de son corps chutait à mesure qu’il se calmait, Frédéric lâcha la barre de fer avant qu’elle ne refroidisse trop et reste collée à sa main.
Quelques secondes plus tard, le corps de Frédéric avait repris une température normale et Jeremiah lui donna le long manteau noir qu’il portait par-dessus ses vêtements. Bien qu’il fut troué dans le dos, cela masquerait sa nudité. L’explosion que Frédéric avait provoquée semblait avoir consummé les brûlures subies par les sentinelles ; quant à Jeremiah, ses propres brûlures se résorbaient à vue d’œil.

« - Ce n’est pas que ses remarques déplacées me manquent mais où est Miles ? » demanda Frédéric en revêtant le manteau.

« - Je ne sais pas ! »

Le couloir où ils se trouvaient n’avait que deux portes. La première était celle de la salle de réalité virtuelle où ils s’étaient éveillés. Ils choisirent donc la seconde porte donnant sur une pièce inconnue. La salle était immense et ressemblait à un terrain d’essais. Plusieurs cibles sur trépied se dressaient de-ci de-là, d’autres étaient peintes sur les murs. Par endroit l’on pouvait distinguer des taches de sang. Manifestement toutes les cibles n’étaient pas artificielles. Hormis cela il n’y avait nulle trace de Miles.

« - Tu vas pas me dire qu’il s’est barré » s’étonna Frédéric.

« - Ce n’est pas le genre de Miles » lui répondit Jeremiah.

Soudain réapparut l’hologramme de Manfred devant eux.

« - Vous êtes pleins de surprises. Les statistiques vous donnaient perdants contre les Sentinelles Mark III et vous êtes toujours vivants … enfin si l’on peut dire ».

« - Qu’as-tu fais de Miles ? »

« - Rien. Actuellement il a échappé à mes senseurs. Mais en attendant que je le retrouve on va s’amuser comme au bon vieux temps de la Tour Horizon. Voyons comment vous allez vous débrouiller face aux Neutral Gears ! »

Sur ce, l’hologramme disparut et une porte s’ouvrit au fond de la pièce laissant entrer une demi dizaine de robots. Ces derniers étaient tous sur le même modèle. Ils possédaient de grands yeux circulaires et leur tête faisait penser à un masque à gaz. Sur leur buste étaient insérées deux énormes baffles discoïdes. Leur bras gauche était une sorte de pulvérisateur raccordé au dos par un épais tuyau. Enfin en guise de membre locomoteur ils n’avaient qu’une seule roue grande et fine.
A peine eussent-ils pénétré dans la salle que leurs yeux émirent une éblouissante lumière comparable à celle du soleil. Tous orientèrent leur regard lumineux sur Jeremiah.

« - Apparemment ils ont compris que tu étais un vampire » adressa Frédéric à Jeremiah.

« - Effectivement ! »

Jeremiah se dirigea vers l’une des cibles montées sur trépieds et en arracha les barres métalliques. Il en jeta une à Frédéric et en prit une pour lui qu’il jeta avec force perforer la tête d’un des cinq robots. Immédiatement les robots cessèrent d’émettre leur lumière et émirent un son strident de leurs baffles pectorales. L’effet fut immédiat. Jeremiah et Frédéric se plièrent en deux en se couvrant les oreilles de leurs mains. Puis les Neutral Gears mirent en marche leurs pulvérisateurs qui crachèrent du gaz anesthésiant.
Jeremiah n’avait pas besoin de respirer donc le gaz n’eut aucun effet sur lui. Mais voyant son camarade se ramollir au fur et à mesure qu’il respirait le gaz, il prit une douloureuse décision.
Il s’enfonça les index dans les oreilles avec force et se creva les tympans.
Plus aucun son ne lui parvenait mais il devait faire vite, ses tympans allaient rapidement se régénérer. Il se redressa, se mit à courir vers les robots. En tendant la main vers le robot neutralisé, il ramena à lui par télékinésie la barre de fer. Ainsi armé il se jeta sur les robots et en décapita un d’un puissant swing. Privé de son centre de commande, le robot cessa de diffuser le gaz anesthésiant. Satisfait, Jeremiah se retourna vers les trois derniers robots et leur fit subir le même sort.
Après quoi il revint près de Frédéric et le souleva pour l'amener dans la pièce suivante.

La pièce dans laquelle ils arrivèrent n’était en rien comparable à la précédente. Loin d’être vide, elle hébergeait une section de la chaîne d’assemblage. Des rails situés au plafond acheminaient des bustes massifs renforcés sur lesquels de nombreux bras automatisés fixaient en plusieurs étapes des membres supérieurs.

« - Encore une fois vous faites mentir les statistiques. Ça commence à devenir ennuyant ! » dit Manfred dont l’hologramme réapparut devant eux.

« - Ce qui commence à devenir ennuyant c’est ce genre de jeu auquel on s’adonne à chaque fois que l’on est en ta compagnie ! » lui répondit Frédéric non sans quelques toussotements.

« - Certes !  Nous allons y remédier ! »

La porte à l’autre bout de la pièce s’ouvrit sur une dizaine de nouveaux robots. Ceux-ci étaient munis de quatre membres et de parties renforcées. Leur bras étaient de véritables lames acérées.

« - Voici les Blade Gears ! Vu votre armement, l’issue du combat ne fait aucun doute cette fois. Je vous dis donc adieu ! »

Sur ce l’hologramme disparut à nouveau. Deux des dix Blade Gears s’élancèrent sur eux.
Jeremiah tenta la même tactique que contre le premier Neutral Gear qu'il avait neutralisé et lui envoya avec force sa barre d’acier afin de lui perforer la tête. Mais le Blade Gear avait des réflexes bien plus aiguisés qu’un vulgaire Neutral Gear et il trancha dans le sens de la longueur la barre d’acier dont les deux morceaux passèrent de chaque côté de sa tête.
Quant à Frédéric, il fonça sur son assaillant et abattit avec force sa barre. Le Blade Gear contra l’attaque avec la partie non aiguisée de son avant-bras gauche. Rapidement il coupa la barre en deux avec son avant-bras droit et taillada le torse de Frédéric avec le gauche.

« - t’ain mais leurs lames sont recouvertes d’argent en plus ! C’est quoi ce bordel ? » s’écria-t-il.

Mais Frédéric n’eut comme réponse qu’un « A terre ! » puissant.
Reconnaissant la voix de Miles, Jeremiah et Frédéric se couchèrent immédiatement au sol tandis que derrière eux Miles canardait à tout va les deux premiers Blade Gears. Les deux robots hors d’état de nuire, les huit autres s’élancèrent en groupe. Miles changea d’arme et épaula son lance-roquette. La roquette vint exploser au beau milieu du groupe de robots les réduisant tous à l’état de shrapnells et endommageant également la chaîne d’assemblage à proximité.

« - Tu es arrivé au bon moment ! » lui dit Jeremiah en se relevant.

« - Ça c’est sûr mais tu étais passé où ? »

« - J’ai eu fort à faire mais je m’en suis débarrassé » lui répondit Miles sur un ton tout ce qu’il y a de plus sérieux.

Après quoi Miles leur rendit leurs armes qu’il était parvenu à retrouver dans une pièce d’études où elles étaient scannées sous toutes les coutures.
Puis Miles prit la tête du trinôme. Durant ses recherches il était tombé sur une console où il avait pu avoir accès au plan de l’installation. Évitant les salles trop spacieuses où Manfred aurait tôt fait de leur confronter d’autres robots en tout genre, ils progressèrent à travers l’usine en passant parfois par des conduits étroits mais en ne rencontrant que peu de résistance. Les seuls robots qu’ils virent furent tous des deux types déjà rencontrés et qui ne représentaient plus aucun danger maintenant qu’ils étaient convenablement armés.
Bien qu’ils évitèrent jusque là les salles trop spacieuses, ils durent se résoudre à en emprunter une. Celle avec la porte de sortie de l’usine, leur seule échappatoire possible.
La pièce ressemblait plus à un hangar qu’à une usine. Étaient entreposés là des dizaines de robots massifs et gigantesques dont les bustes n’étaient autres que ceux qu’ils avaient vus lors de leur premier combat contre les Blade Gears.
Au plafond une énorme pince recouverte de caoutchouc venait prendre les robots tout juste assemblés en fin de chaîne et les alignait dans le hangar en attente d’une quelconque activation.
En face d’eux se trouvait l’énorme porte coulissante du hangar. Faite en taule ordinaire, ils ne devraient pas avoir de mal à s’y découper une ouverture. C’est alors que d’énormes plaques de titane vinrent glisser devant la porte et la condamner.
Des dizaines de robots emmagasinés dans la pièce, l’un d’eux s’activa et sortit des rangs pour se poster en face d’eux. Le titanesque robot mit en avant son bras gauche muni d’une énorme tuyère et cessa tout mouvement.

« - Bien ! Il est tant que votre chemin s’arrête ici ! » dit l’hologramme de Manfred qui s’était matérialisé entre eux et le robot.

« - Voici le premier exemplaire opérationnel d’Arctic Gear que je me vois contraint d’utiliser contre vous. Maintenant mourrez ! »

L’hologramme disparu, les tuyaux qui parcouraient le titan se mirent à rougeoyer et l’Arctic Gear cracha un puissant feu. Les trois hommes esquivèrent sans peine le jet de flammes en effectuant un roulé boulé.
Accroupis, Frédéric et Miles canardèrent le robot avec leurs armes à feu. Leurs premières balles vinrent s’écraser lamentablement sur la cuirasse du robot sans l’entamer. Rapidement le robot replia son bras gauche pour mettre en avant son énorme poing droit à trois doigts qui s’ouvrit sur un disque inséré dans la paume. Immédiatement le disque émit un champ magnétique que les balles ne purent traverser.
Nos héros ayant cessé de tirer, l’Arctic Gear changea à nouveau de bras et se remit à cracher des flammes en poursuivant Miles qui se faufilait entre les rangs de robots inactifs.
Le robot le poursuivit au travers des rangs. Miles décida d’en finir et mit un genou à terre en armant son lance-roquette. Il l’épaula et attendit de voir l’Arctic Gear sortir du rang devant lui. A peine le vit-il se pointer que Miles lui tira dessus. Le robot mit en avant son poing droit. Cette fois il se servit du bouclier magnétique pour rediriger la roquette vers les plaques de titane obstruant la sortie. Les plaques résistèrent au choc sans problèmes mais Frédéric eut une idée.

« - Réarmes ton arme Miles ! »

« - T’es malade ? J’aurais jamais le temps, il va me carboniser avant ».

« - T’occupes pas de ça ! »

« - Jeremiah ! Va lui trancher les tuyaux du bras gauche ».

Sans poser de question, le vampire se précipita sur le robot et en un éclair il parvint à trancher les câbles qui alimentaient en carburant son lance-flammes. L’Arctic Gear tourna sur lui-même rapidement repoussant Jeremiah d’un violent coup de coude. Pendant ce temps Miles parvint à réarmer son lance-roquette et l’épaula à nouveau. Mais il hésita à tirer car Jeremiah était encore proche du robot et risquait d’être pris dans l’explosion.

« - TIRE BON SANG ! » lui cria Frédéric.

Surpris Miles appuya sur la gâchette. Au même moment le robot se retourna vers lui en pointant son poing vers la roquette tandis que Frédéric lui bondissait sur le dos.
Comme précédemment, l’Arctic Gear utilisa son bouclier magnétique pour la ralentir et alors qu’il allait la dévier, Frédéric exerça toute sa force musculaire sous sa forme de loup pour l’obliger à pointer le plafond. La roquette explosa au plafond et créa une ouverture béante.
Le robot parvint à désarçonner Frédéric. L’homme ayant endommagé son second bras, le processeur tactique du robot opta pour la fuite. Les tuyaux de ses jambes se mirent alors à rougeoyer et rapidement des flammes s’échappèrent de sous ses pieds et le robot décolla en direction du plafond.

« - Ooooh non ! Tu ne vas pas t’en tirer comme ça, toi ! » lui dit Miles tout en déposant son lance-roquette au sol.

Rapidement Miles se fondit dans sa propre ombre et se matérialisa dans la pénombre du plafond en tombant littéralement sur la tronche de l’Arctic Gear. Tous deux passèrent par l’ouverture en l’élargissant.

« - Poursuis-les ! » dit Frédéric en s’adressant à Jeremiah.

« - Et toi ? »

« - Je vais me débrouiller ! »

Jeremiah déploya alors ses ailes et s’envola à travers le plafond à la suite de l’Arctic Gear et de Miles.

Click Me !


Dernière édition par Jezekiel le Jeu 13 Juil - 19:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» [Calmel, Mireille] La reine de Lumière - Tome 1: Elora
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 33 - ... et Lumière :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 33 - ... et Lumière
Message le Sam 17 Mar - 12:44 par Shion
[Date originale : 20 Mars 2011]
Neutral Gear, Blade Gear, Arctic Gear... A quand le Guilty Gear ? XD

Sinon, j'imagine que Manfred est contrôlé par le contrôle Hive via ses implants cybernétiques, je ne le vois pas trahir la race humaine ainsi...
avatar
Re: Chapitre 33 - ... et Lumière
Message le Sam 17 Mar - 12:44 par Jezekiel
[Date originale : 20 Mars 2011]
Pour les Gear, je dirais juste que le chapitre 36 te donnera une liste quasi exhaustive de tous ceux existants ... et il n'y aura pas de Guilty.

Concernant Manfred, t'imagines bien que tu devras le découvrir par toi-même au fil des chapitres qui suivront Wink
Re: Chapitre 33 - ... et Lumière
Message  par Contenu sponsorisé
 

Chapitre 33 - ... et Lumière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre I - Mondes Nouveaux :: Arc 4 - un Monde Synthétique-
Sauter vers: