Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 11 - la Tour de tous les dangers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 1008
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 37
Localisation : Poitiers, Vienne, France

12032012
MessageChapitre 11 - la Tour de tous les dangers

[Date originale : 26 Septembre 2010]
[Date correctif : 18 Juin 2014]
Terre 3458 - En approche du Complexe Elysée

Le groupe voyait dorénavant parfaitement bien le complexe et s’en approchait à vive allure. Le complexe était encerclé d’une enceinte de béton semblable à des remparts hauts de dix mètres et seules trois gigantesques tours étaient visibles de l’extérieur. La seule entrée dans cette enceinte était condamnée par une puissante porte coulissante en acier.

« - Bon ! Bien que le complexe ait été condamné, on s’est bien rendus compte que plusieurs de leurs saletés ont réussi à s’enfuir. Toutefois il est à parier que l’on va en rencontrer nombre d’autres une fois dans l’enceinte. Autant dire que ça va gentiment devenir sportif. Ton armure ne fait que te protéger ou elle te procure d’autres avantages ? » demanda Frédéric à Manfred.

« - Elle peut me procurer une force équivalente à deux hommes et me permet de me déplacer plus rapidement mais cette utilisation décharge rapidement la pile. Elle n’a pas été conçue pour une utilisation prolongée mais pour rapidement juguler certains débordements de la population … humaine » répondit Manfred.

Arrivés face à la porte, Manfred stoppa le véhicule. Bien que leur engin fût des plus puissants, il ne suffirait sûrement pas pour servir de bélier et enfoncer la porte d’acier. Étant tous descendus de voiture, Frédéric observa le mur face à eux et mesura sa hauteur. Une guérite de contrôle des entrées devait sûrement exister de l’autre côté munie des commandes nécessaires pour ouvrir cette fichue porte.

« - Manfred, tu te souviens que je t’ai dis que tu ne me croirais jamais si je te disais qui nous étions vraiment. Il est maintenant temps pour toi de comprendre ces paroles » dit-il.

Frédéric prit alors sa forme de lycanthrope sous les yeux effarés de Manfred.

« - Oh putain ! Oh putain ! Oh putain ! Bordel, qu’est-ce que vous êtes ? » s’esclaffa Manfred, quelque peu effrayé.

Frédéric lui expliqua rapidement qu’ils n’étaient pas des humains au sens strict du terme et qu’ils possédaient tous les trois des facultés dépassant l’entendement. Il lui assura qu’il n’avait pas de raisons de les craindre et que leur but était d’empêcher la naissance d’une terrible créature au sein du complexe. Après quoi, Frédéric s’élança et passa par-dessus le mur sans problème.
De l’autre côté, Frédéric reprit rapidement sa forme humaine et entra dans la guérite. Le panneau de contrôle était simple et présentait quatre boutons imposants et un pavé numérique à côté d’un combiné de téléphone. Il décrocha le combiné et entendit une tonalité, signe qu’il y avait toujours du courant. Toutefois, les inscriptions permettant d’identifier le rôle des quatre boutons étaient effacées. Il tenta sa chance avec le premier des quatre à gauche. Se mit alors à hurler une puissante sirène dans tout le complexe. Frédéric appuya à nouveau rapidement dessus et la sirène se tut. Il tenta le second et cette fois les barrières situées derrière la porte d’acier se soulevèrent. Lorsqu’il appuya sur le troisième, de puissants claquements mécaniques se firent entendre mais aucune manifestation physique visible. Il appuya une nouvelle fois dessus et les claquements se firent réentendre. Quand il pressa sur le quatrième, la porte d’acier s’ébranla et on entendit les moteurs peiner. Sur le tableau, deux petites leds clignotaient au-dessus du troisième et du quatrième bouton. Il pressa une seconde fois donc sur le quatrième et les moteurs s’arrêtèrent ainsi que les leds. Frédéric comprit ce qui s’était passé. Il appuya donc une nouvelle fois sur le troisième bouton. Les claquements finis, il pressa à nouveau sur le quatrième. La porte s’ouvrit cette fois sans peine. En effet le troisième bouton servait à désenclencher ou enclencher le verrouillage de la porte.
Sans attendre plus longtemps, Manfred, Miles et Jeremiah pénétrèrent dans l’enceinte en voiture, prenant au passage Frédéric.

« - Tu tenais tant que ça à signaler notre arrivée ? » demanda Miles.

Frédéric ne lui répondit pas et Manfred prit la direction du parking sur la gauche.
Le complexe était assez vaste. Outre les trois tours imposantes, un bâtiment sans étage se situait entre les trois tours et servait de restaurant du personnel. A droite en entrant se trouvait un bâtiment d’un étage servant de Q.G. pour la sécurité. Le bâtiment était relativement trapu et semblait insuffisant pour accueillir le personnel nécessaire à la sécurité.
Sur le parking, le chaos était le plus total. Les nombreuses voitures du personnel, resté piégé, étaient parfaitement garées. Ce qui n’était pas le cas de plusieurs voitures entrées en collision sûrement sous la panique qui avait du régner lors de l’évacuation du complexe. Manfred dut s’arrêter tellement les voitures bloquaient l’accès. Tous durent continuer à pied.

« - Maintenant qu’on est là, comment on fait pour trouver notre bestiole ? » demanda Miles.

« - Vous ne savez pas de quel projet elle dépend ? » s’étonna Manfred.

« - Tout ce que l’on sait, c’est qu’elle est en cour de conception et que les ordinateurs du complexe doivent travailler dessus sans relâche » répondit Frédéric.

« - Ça ne va pas nous faciliter la tâche ! » dit Manfred.

« - Nous devons nous rendre à la tour Horizon. Aux étages supérieurs se trouvent de vastes salles de contrôle avec un accès vidéo aux différentes sections des trois tours et un terminal donnant accès à toutes les banques de données des projets menés au sein du complexe. On pourra sûrement déterminer où se trouve votre cible et moi je pourrais vérifier toutes les panics room des trois tours » dit Manfred après quelques secondes de réflexion.

Ce plan convenant à tout le monde, ils se dirigèrent donc vers la tour Horizon, la moins haute des trois. Quelques minutes d’une marche vigilante  leur furent nécessaires pour atteindre les portes d’Horizon. Ce n’est qu’à ce moment qu’ils remarquèrent que non seulement Horizon mais aussi les deux autres tours présentaient à chaque fenêtre et aux portes d’entrées d’épais volets métalliques. Non seulement l’enceinte avait été condamnée mais avant elle, les bureaux également. A côté de la porte se trouvait un clavier alphanumérique avec un petit écran LCD couvert de poussière. Manfred essuya l’écran et vit qu’il demandait un mot de passe. Il entra "Wagwoord" au clavier. L’écran lui confirma la bonne saisie et signala que le déverrouillage était en cours. Deux minutes plus tard, les volets d’acier remontèrent, laissant apparaître l’intérieur du hall. Agglutinés aux portes, une poignée de cadavres humains s’étaient entassés. Il s’agissait sûrement là de certains des malheureux pris au piège. Sous la panique ils avaient été piétinés par leurs collègues qui tentaient aussi de sortir. Les portes bloquées par ces cadavres, les vitres étaient néanmoins toutes brisées et ils purent pénétrer dans le bâtiment en marchant sur ces corps desséchés. Seul Miles ne fut pas répugné à devoir ainsi leur marcher dessus.

« - Tu ne vérifies pas que ton frère et sa fille ne se trouvent pas parmi eux ? » demanda Jeremiah une fois à l’intérieur.

« - Non. Mon frère et ma nièce se trouvaient à Gemini lors de la condamnation. S’ils sont encore en vie, ils ne peuvent se trouver que dans l’une des panics room de la tour Gemini ».

A peine étaient-ils entrés qu’une porte s’entrouvrit de quelques centimètres avant de s’ouvrir brusquement pour laisser passer un homme en blouse qui devait être blanche auparavant. L’homme se dirigea vers le quatuor exténué.

« - Ah ! Ah ! Ah ! Dieu merci, vous êtes encore là ! Je suis content de ne pas vous avoir raté » dit l’inconnu dont le bras gauche était en sang. Il s’était manifestement dépêché en entendant l’alarme et avait pris moins de précautions que durant toute sa survie.

Bien que surpris et désappointé, Frédéric lui demanda qui il était.

« - Je m’appelle Simon Setum, j’étais laborantin ici avant que les sujets ne s’échappent et que je ne sois piégé avec eux » répondit l’homme.

« - Vous en avez mis du temps pour venir aider. Pourquoi avez-vous mis près de cinq ans avant de revenir chercher les survivants ? » continua-t-il.

« - Nous ne sommes pas les secours » répondit Frédéric.

« - Vous savez combien il reste de survivants ? Où sont-ils ? » demanda Manfred, pressé de connaître la réponse.

« - Dans cette tour j’ai bien peur qu’il n’y ait plus aucun survivant, dans les autres tours je ne sais pas mais s’ils se sont mieux organisés qu’ici il peut très bien y en avoir. Comment ça, vous n’êtes pas les secours ? Qui vous êtes alors ? » répondit Simon.

« - On vient buter une bestiole, prendre deux gars au passage et ressortir, c’est pas plus compliqué que ça ! » répondit Miles qui n’avait décidément nulle once de délicatesse.

« - Toutefois, vous pouvez nous accompagner. Nous vous protégerons et vous ferons sortir de cet enfer » ajouta Frédéric.

L’homme semblait paniqué et ne savait pas quoi faire. Toutefois il les suivit lorsqu’ils se dirigèrent vers les ascenseurs.

« - C’est très aimable à vous de m’offrir votre protection mais qui va vous protéger vous ? » dit Simon en plein milieu du gigantesque hall.

« - T’inquiète pas pour nous mon gars ! » lui répondit Miles en se retournant vers Simon.

Il eut à peine le temps d’esquiver le coup de hache que lui assénait Simon.

« - Oh ! Mais t’es pas bien dans ta tête, toi ! » lui adressa Miles alors que tous se retournaient.

« - Lâche-moi cette hache d’incendie avant que … » commença à dire Miles avant de constater que Simon ne portait pas de hache mais que son bras gauche était la hache.

Les tissues musculaires et les os du bras de Simon reprirent une forme normale.

« - Je vois. Tu n’es pas un laborantin mais un des sujets de cette tour » dit Frédéric en plaçant Manfred derrière lui.

« - Tûtûtût ! » dit Simon en secouant l’index.

« - J’étais bien laborantin à Horizon, mais pour survivre pendant cinq ans il a bien fallu que je m’adapte. Ici c’est la loi du plus fort qui règne, ni plus, ni moins. Le sérum que l’on élaborait au 20ème étage m’a été très utile je dois dire. J’ai pu faire face aux créatures de cette tour et aux autres savants. Eux aussi voulaient survivre mais ils ne comptaient pas procéder aux mêmes sacrifices que moi. Je les ai donc tous tués. Et maintenant c’est à votre tour ! »

Le bras gauche de Simon se transforma alors en une large lame faite d’os et il se jeta sur le groupe. Dégainant son épée, Jeremiah bloqua sa lame osseuse. Alors que Simon transformait son bras droit, Jeremiah réagit rapidement. Il repoussa le bras gauche brusquement et trancha le droit. Simon se mit à hurler et recula de quelques pas en se tenant le moignon de sa main gauche redevenue normale. Fou de douleur, Simon retransforma son bras gauche en hache sanglante et fonça sur Miles. Celui-ci sortit son fusil à pompe et lui tira dessus à bout portant en plein visage. Simon fut projeté en arrière et retomba sur le tas de cadavre, le visage en charpie … et apparemment mort.

« - T’as fais la dernière connerie de ta vie » lui dit-il.

Jeremiah et Miles rangeant leurs armes, le quatuor se dirigea vers les ascenseurs. A l’intérieur d’un d’entre eux, Manfred appuya sur le bouton correspondant au 50ème étage. Après une si longue inactivité, les câbles crièrent un peu mais l’ascenseur commença à se soulever. Des tintements se faisaient entendre au passage de chaque étage quand soudain un puissant bruit sourd se fit entendre dans la cage d’ascenseur sous eux. L’ascenseur stoppa brutalement comme s’il avait été retenu.

« - C’est quoi ce bordel encore ? » lâcha Miles.

La cabine fut secouée dans tous les sens pendant de longues secondes avant de redevenir stable. Alors qu’ils pensaient que c’était fini, l’ascenseur dégringola de plusieurs étages en chute libre avant que les freins ne stoppent sa chute. Sans attendre la suite, Frédéric écarta les portes de la cabine pour les ouvrir. Bien sûr, ils n’étaient pas pile en face d’un étage. Toutefois ils pouvaient voir le bas des portes de l’étage supérieur. Sortant son poignard, Frédéric le glissa entre les portes de l’étage et parvint à les entrouvrir suffisamment pour permettre le passage d’un homme. Ne sachant pas ce qu’ils allaient trouver à ce niveau, Miles et Jeremiah sortirent les premiers.
Hors de l’ascenseur, les deux hommes furent surpris par ce qu’ils virent. Ils étaient face à un paysage de marécages. Le sol était tapissé de boue, des herbes leurs arrivaient à mi-genoux, des arbres tortueux bouchaient la vue et masquaient de leur branchage le plafond de l’étage.
Toutefois aucune menace n’était en vue. Frédéric fit la courte échelle pour permettre à Manfred de sortir de la cabine. Frédéric ne tarda pas à le suivre.

« - Ce doit être l’une des simulations d’environnement » remarqua Manfred après quelques secondes.

« - Simulation d’environnement, mais pour quoi faire ? » demanda Miles.

« - Pour améliorer le confort de vie de certains sujets, je présume » répondit Frédéric.

Manfred acquiesça de la tête. Derrière eux, l’ascenseur disparut soudainement dans un énorme vacarme. Tous se retournèrent et virent des tentacules blancs venir d’en-dessous.
Derrière eux, de puissants grognements se firent entendre. Tournant la tête, ils virent trois titanesques Gigasaurus attirés par le bruit.


Dernière édition par Jezekiel le Mer 18 Juin - 11:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» [Follett, Ken] La nuit de tous les dangers
» Chemin d'école, chemin de tous les dangers
» BLOODY WEEKEND CHAPITRE II
» [Follett, Ken] La marque de Windfield
» Keep calm and watch a TV show : "They shoot Gilmores, don't they?" ou le marathon de tous les dangers (par Julia et Lorelai)
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 11 - la Tour de tous les dangers :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 11 - la Tour de tous les dangers
Message le Lun 12 Mar - 22:50 par Shion
[Date originale : 29 Septembre 2010]
"- T’as fais la dernière connerie de ta vie."

Ca, c'est dit XD

Pour les Gigasaurus, il risque d'y avoir "un peu" plus de challenge en tout cas ^^
 

Chapitre 11 - la Tour de tous les dangers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre I - Mondes Nouveaux :: Arc 2 - un Monde d'Expériences contre nature-
Sauter vers: