Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Chapitre 401 - Qui es-tu ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 1325
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 38
Localisation : Poitiers, Vienne, France

14062018
MessageChapitre 401 - Qui es-tu ?

« - Plus jamais ils ne chevaucheront ensemble ! »

Terre 5499

Enveloppé d’une lumière blanche, éblouissante et pure, Miles se laissait aller. Il se laissait porter complètement détendu au point de commencer à s’assoupir. Après tout, il avait bien réussi par le passé à s’endormir dans une carriole remplie d’esclaves dans des circonstances bien moins confortables. Il ne fit pas attention à la soudaine hausse de température. Il ne vit pas l’œil effilé et ardent se manifester dans le flux et encore moins les serres de flammes vertes. Son extraction du flux fut des plus brutaux. Il rouvrit les yeux en chute libre au-dessus de terres inconnues et nimbées de flammes blanches, noires et vertes. Il ne comprenait pas ce qu’il se passait. Il eut tout juste le temps de comprendre qu’il allait heurter le sol avec violence.

Tombé dans les vapes, peu à peu l’esprit de Miles s’éveillait. Il revenait à lui avec une désagréable impression, quelque peu similaire à la gueule de bois. La bouche pâteuse, un mal de crâne semblable à un orage et la lumière du soleil trop brillante pour ses yeux. Il eut tout juste le temps d’apercevoir ce qui semblait être un ciel vert qu’il referma les yeux.

Il les rouvrit après ce qui lui avait paru une dizaine de minutes. Mais en réalité il avait dû se passer bien plus de temps puisque la lumière du soleil était bien moins agressive. Le ciel avait des couleurs orange tirant sur le rouge à l’ouest. C’était le crépuscule, le soleil se couchait. Miles cligna plusieurs fois des yeux et observa où il était arrivé. Il semblait se trouver au fond d’un petit cratère qu’il avait vraisemblablement creusé par sa chute. Il était à moitié recouvert de terre. Il se redressa d’une traite et surprit un petit lapin au bord du cratère. L’animal et Miles s’immobilisèrent un instant, se regardant droit dans les yeux. Finalement le lapin prit ses pattes à son cou et disparut dans des fourrés à proximité.

« - On a connu pire comme premier contact ! » s’esclaffa-t-il.

Miles tourna la tête à droite et à gauche mais ne vit personne autour de lui. Il se trouvait au beau milieu d’un paysage bucolique où seul le cratère qu’il avait creusé et lui-même faisaient tache. Il n’y avait pas la moindre trace d’un de ses compagnons. Il se releva complètement pour avoir une meilleure vue des environs ... mais rien que de la végétation, des arbres, des buissons, de la verdure.
Miles sembla se figer un instant avant de hausser les épaules.

« - Y a bien l’un ou l’autre qui va finir par me retrouver. C’est pas la première fois qu’on est ainsi dispersés, y a plus qu’à attendre ».

..oO( Quitte à attendre, autant que ça soit dans un endroit plus sympa)

Miles prit une direction de façon arbitraire et se mit en marche tandis que le soleil descendait de plus en plus dans le ciel.

Il ne lui fallut que quelques minutes pour tomber sur une route. Pas un sentier de terre et de poussière mais une vraie route goudronnée et bitumée qui sentait bon l’asphalte chauffée durant toute la journée. La question était maintenant de savoir quelle direction prendre. Vers l’est et la colline qui se nimbait progressivement de l’obscurité de la nuit ou vers l’ouest et la douce pente encore éclairée par les ultimes rayons du soleil ? Instinctivement Miles choisit l’ouest.

Près d’une demi-heure plus tard, le soleil avait disparu de l’horizon, seule sa couronne était encore visible et ne prodiguait pour ainsi dire plus qu’une lumière superficielle encore pour quelques secondes, voire quelques minutes tout au plus. Miles n’avait encore rencontré aucune trace de civilisation hormis cette fichue route sur laquelle il marchait. Où diable pouvait-elle bien mener se demanda-t-il. Alors que le soleil finit par abdiquer devant la nuit dévorante, une lumière s’alluma à plusieurs kilomètres de là sur la route. Qu’est-ce que c’était ? Miles plissa les yeux et finit par deviner une enseigne au néon. Il n’y avait pas à se tromper sur sa nature, il s’agissait de l’enseigne d’un bar. Un bar perdu au milieu de nulle part mais peu importe, c’était un bar. Tout ce qu’il lui fallait pour étancher la terrible soif qui le tiraillait depuis son réveil.

Il tenta d’estimer au mieux la distance qui le séparait de cet établissement providentiel et parvint à se téléporter à quelques mètres de l’enseigne. L’établissement était quelconque. Située sur le bas côté de la route, sur un sol poussiéreux, une bonne vingtaine de motos de grosses cylindrées étaient alignées sous ses fenêtres. Sur le terrain vague qui servait de parking étaient garés trois semi-remorques ainsi qu’une dizaine de véhicules tout terrain. Miles n’y prêta pas plus d’attention que cela. Après tout ce devait être la clientèle habituelle de ce genre de bar reculé de tous. Néanmoins, avant d’y pénétrer, quelque chose l’interpella ... le nom. L’enseigne au-dessus de la porte indiquait "Burning Alcohol".

..oO( L’Alcool Brûlant ? Ça me rappelle quelque chose) pensa-t-il amusé avant de pousser la porte à battants.

A l’intérieur, la lumière était faible, comme à l’accoutumée dans ce genre d’établissement. Le jukebox passait du métal. L’entrée de Miles ne fit réagir personne malgré sa tenue héritée du précédent univers. Il y avait à droite une table de billard où un groupe de motards jouait selon des règles peu orthodoxes à coups de bousculades et de boissons alcoolisées. A gauche se trouvaient plus d’une dizaine de petites tables rondes, tenant plus du guéridon que de la véritable table. Là encore rien de bien étrange, le brouhaha habituel de piliers de bar. Quant au comptoir, il se trouvait face à la porte, séparé d’elle par un vaste espace où devaient se dérouler danse, bourrée ou toute autre manifestations. Rien d’anormal aux yeux de Miles. Il s’avança donc un peu plus jusqu’à atteindre le comptoir.

Pas une seule seconde Miles ne se demanda comment il allait faire pour payer. Après tout, ça n’avait jamais vraiment été son souci à chaque fois qu’il voulait quelque chose. Sans se dégonfler, il posa alors lourdement sa main sur le comptoir pour attirer le barman qui lui tournait actuellement le dos.

L’homme ne prêta pas attention à l’énergumène qui venait de tenter d’attirer son attention. Il n’était pas du genre à arrêter ce qu’il était en train de faire et ça ses habitués le savaient fort bien. Ce n’était donc pas l’un d’eux et il en n’avait rien à faire que de fidéliser de nouveaux saoulards.

Voyant le tenancier l’ignorer manifestement, Miles s’éclaircit alors la voix en raclant sa gorge. Mais encore une fois sans résultat. Il sentait bien que le barman en avait vraiment rien à foutre de sa présence. Mais Miles était du genre obstiné et il voulait sa bière.

« - Une bière et que ça saute ! » fit-il en tapant du poing sur le comptoir.

En agissant ainsi, Miles comptait bien susciter une réaction mais celle qu’il obtint fut toute autre.

En tapant du poing c’est comme s’il avait fait sauter le jukebox qui n’émettait dès lors plus aucun son. Avec le jukebox, c’était comme si tout le bar s’était tu. Miles regarda autour de lui, tout le monde avait cessé son activité et tous le dévisageait. Tous ? Non ! Le barman ne s’était pas encore retourné. L’homme se redressa lentement. Il avait une certaine carrure. A vrai dire, une fois complètement redressé il s’avéra avoir la même carrure que Miles ... ce que ce dernier n’avait pas forcément remarqué en arrivant. Complètement droit, le barman ne se retourna pas pour autant. Miles observa ce qu’il se passait autour de lui. Rien ne bougeait, c’est comme si l’instant s’était figé.

..oO( Bordel ! Je suis encore tombé sur des tarés ?)

C’est alors qu’un des bikers assis dans la partie gauche du bar se leva. Son accoutrement était pour le moins classique : bottes en cuir noir, jean et une veste en cuir noir avec un logo dans le dos que l’on ne pouvait pas complètement voir sous cet angle. Il se dirigea vers le jukebox et mit une pièce. Il fit sa sélection et se tourna vers Miles sans plus bouger.

Alors qu’il s’attendait à un morceau bien rock, la musique commença par quelques notes de saxophone. Miles s’en étonna et regarda le biker. Celui-ci ne sembla pas étonné, c’était bien la musique qu’il voulait. Le chanteur commença alors à chanter en anglais :

« - Who can it be knocking at my door ?
Go 'way, don't come 'round here no more.
Can't you see that it's late at night ?
I'm very tired, and I'm not feeling right.
All I wish is to be alone
Stay away, don't you invade my home ... »

Même si le rythme était plutôt calme et que le chanteur semblait fatigué en chantant cela, le message était clair ; Miles dérangeait et ils ne voulaient pas de lui ici. Bien que Miles l’eut parfaitement compris, il n’était pas du genre à se laisser intimider, même s’il y avait une bonne cinquantaine d’individus peu recommandables.

« - Oh ! J’ai demandé une bière ! » réitéra-t-il.

« - Qui c’est ? » fit une rumeur dans les rangs des habitués.

La rumeur semblait se répercuter dans le bar à la façon d’un écho, prolongé par chacun des habitués. Miles les observa. Pour le moment, ils n’avaient pas l’air plus menaçant qu’il y a une minute. Néanmoins le barman ne s’était toujours pas retourné.

« - Purée ! Ils sont sourds dans cette baraque ? J’ai demandé une bière ! » fit Miles en tapant à nouveau du poing sur le comptoir.

« - Qui c’est ? » fit à nouveau la rumeur.

Cette fois ce n’était pas un murmure. La rumeur était parfaitement audible. Miles les observa avant de se mettre à sourire.

..oO( C’est des tarés ! J’ai le chic pour tomber dessus !)

« - Faut arrêter de s’astiquer, ça rend sourd. J’AI DEMANDÉ UNE BIÈRE !!! »

« - QUI C’EST ? » hurlèrent alors les habitués du bar en réaction au cri de Miles.

Bien loin d’être impressionné Miles s’en amusa.

« - Bande de tordus ! ... QUI C’EST ? » s’amusa-t-il à leur renvoyer.

Les clients du bar hurlèrent à nouveau la même question. Une fois lancé, Miles ne s’arrêta pas de si bon chemin.

« - TOC TOC ! » cria-t-il.

Et à nouveau les clients hurlèrent « - QUI C’EST ? »

« - KARL ! »

« - QUI C’EST ? »

« - KARL GLASS RÉPARE, CARGLAS REMPLACE ! »

« - QUI C’EST ? »

« - La vache ! Comme débiles, vous faites fort quand même ! »

Ceci dit, Miles ne se laissa pas démonter et continua à jouer avec les clients durant plusieurs minutes. Finalement rassasié, Miles se retourna à nouveau vers le barman qui n’avait pas bougé.

« - Et toi mon grand, tu comptes me faire face un de ces jours ? »

« - QUI ... » dit soudainement le barman.

« - C’est ? Oui, je commence à connaître la chanson ».

« - ... ES ... »

« - Ah ? Une variante ? »

« - ... TU ? » finit par dire le barman en se retournant finalement.

L’homme avait les cheveux longs et une épaisse barbe mais cela n’empêcha pas Miles de reconnaître son visage. Le même visage qu’il voyait à chaque fois qu’il croisait un miroir ; Son visage. Miles fut quelque peu décontenancé. Il s’attendait à tout sauf à ça. Il avait affaire à son double de cette dimension, quelle coïncidence !

« - QUI ES-TU ? » répéta le barman.

C’est alors que les clients répétèrent la question à voix basse.

« - Manifestement, je suis comme qui dirait ton frère jumeau d’une autre dimension ! » répondit Miles, amusé à l’idée qu’il n’allait rien comprendre à sa réponse.

« - QUI ES-TU ? »

« - Ah oui ! C’est vrai qu’on ne doit pas avoir le même nom en revanche ! Miles ! Miles Gravsten ! » fit-il en tendant la main.

« - QUI ES-TU ? »

La rumeur reprit la question à voix haute.

« - Ah non ! Ça commence à bien faire ces conneries ! »

« - QUI ES-TU ? »

Les clients répétèrent la question en criant à leur tour. Alors que la question était répétée de façon saccadée dans la clientèle, Miles commença à s’énerver. Il posa ses deux mains sur le comptoir et se mit à hurler : « - JE SUIS MILES GRAVSTEN ET JE VEUX UNE BIÈRE !!! »

Le barman glissa sa main sous le comptoir, Miles se mit à sourire en pensant qu’il cherchait un verre. C’est alors qu’il s’aperçut que les verres étaient suspendus au-dessus du comptoir. Le barman sortit alors un fusil à pompe.

« - FAUX ! TU ES NOCTURNE ! » dit alors le barman avant de tirer sur Miles en pleine tête.

Le visage en charpie, Miles tomba à la renverse sur le sol en lattes de bois du bar.
_____________

Note 1 : le nom du bar où Miles entre est un clin d’œil à l’un des bars de la Terre 3458 (un Monde Blanc) : "A l’alcool brûlant".
_____________

Note 2 : La chanson qui passe dans le bar est « Who can it be now » de « Men at work ».
_____________

A suivre dans le chapitre 402 : Un jour sans fin
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Chapitre 401 - Qui es-tu ? :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 401 - Qui es-tu ?
Message le Jeu 21 Juin - 20:31 par Shion
Haha, cette fin inattendue XD

Nocturne a l'air connu et pas très apprécié ici dans ce monde...
 

Chapitre 401 - Qui es-tu ?

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre IV - Babel :: Arc 19 - A des Mondes de distance :: Sous-Arc 4 - l'Esprit en Tempête-
Répondre au sujetSauter vers: