Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Chapitre 72 - la Grande Forêt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 767
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 36
Localisation : Poitiers, Vienne, France

20032012
MessageChapitre 72 - la Grande Forêt

[Date originale : 11 Décembre 2011]
[Date correctif : 5 Mai 2015]
Terre 2315 – Lieu tenu secret – 1 jour plus tard

Approximativement en même temps, Frédéric et Jeremiah revinrent à eux. Leur état de santé était revenu à la normale et rien ne rappelait les violents affrontements qu’ils avaient subis une journée auparavant. Toutefois ils n’étaient pas libres de leurs mouvements. Frédéric était toujours enserré par les lierres noirs qui avaient éteint sa flamme et Jeremiah était maintenu fermement par des Edelweiss. A côté d’eux gisait Miles, empêtré dans des lierres sur lesquelles resplendissaient des fleurs blanches d’où émanait une sorte de pollen qui maintenait Miles dans un état comateux pour éviter qu’il ne se téléporte.
Le lieu dans lequel ils se trouvaient était reposant. Une minuscule clairière verdoyante entourée d’une couronne d’arbres. Tous les arbres qu’ils voyaient semblaient d’essence différentes … et étaient vivants, les Eert. En face d’eux, l’Eert qui ressemblait à un frêne prit la parole.

« - Bon retour parmi nous ! Nous devons admettre que nous sommes fort aise que vous n’ayez point succombé. Nous étions dans l’incapacité de vous administrer les antidotes dans des délais sine qua non. Heureusement, vous êtes pourvus d’une faculté de régénération aussi efficace que rare chez les êtres humains » dit-il d’une voix posée.

« - Oui, dommage que l’humain lambda n’en possède pas de pareil, il vous aurait rendu la tâche plus ardue lors de votre invasion » répondit Frédéric après un moment de silence.

« - Tu as bien du toupet pour parler ainsi alors que vous-même êtes venus d’une dimension étrangère pour nous envahir ! » déclara un Sapin à la voix légèrement plus aigüe que ses congénères.

« - Ainsi vous savez ce que cela fait d’être attaqué injustement ! » rétorqua Jeremiah.

« - Surveilles tes paroles petit vampire ou je t’assure que … » commença à menacer le Sapin avant d’être interrompu par le Frêne.

« - Du calme, voyons ! Il semblerait que des éclaircissements soient nécessaires quant à la situation géopolitique de notre Terre. En retour j’espère que vous répondrez à nos interrogations ».

« - Tout d’abord, laissez-moi vous présenter la Grande Forêt ! Nous sommes l’assemblée des représentants des Eert arborescents et sommes comparables à un haut conseil allié à un tribunal exceptionnel. C’est au sein de la Grande Forêt que les plus importantes décisions sont prises ».

« - Comme l’éradication de l’espèce humaine ? » coupa Frédéric.

« - Malgré leur nature égoïste et belliqueuse, nous nous sommes efforcés d’éviter un affrontement direct durant de longs siècles contre les humains. Toutefois leurs agissements ont fini par ne plus nous laisser le choix ».

« - Ouais, comme vous nous l’avez montré en nous attaquant immédiatement ! » coupa à nouveau Frédéric.

« - Nous déplorons la manière dont le contact a été entrepris avec votre groupe mais sachez que cette attaque était du propre chef des Essor. Bien que somptueuses, ces Eert florescents sont aussi très impulsives et agressives. Vos paroles laissent suggérer que vous pensez que nous ne sommes pas originaires de cette planète. Je ne sais pas d’où vous tenez cette croyance mais nous sommes tout aussi terrestres que l’homme ».

« - Si ce n’est plus ! » intervint le Chêne qui avait affronté Miles.

« - Ce que mon confrère le Chêne veut dire c’est que notre espèce est presque aussi ancienne que la végétation. Bien avant le premier animal, nous, les Eert, sommes la première espèce intelligente que la planète ait portée. Lorsque les animaux sont apparus, nous avons été plus que ravis de partager notre règne qui était jusqu’alors sans partages. Puis l’être humain est apparu. Ses gouvernements et ses industries n’ont eu de cesse de conquérir la planète. Nous nous sommes toujours efforcés de rester discrets en nous retirant au plus profond des jungles et des forêts car nous pensions que tel était leur besoin. Les nombreux déboisements intensifs auxquels ils se sont livrés nous ont causé de grands torts. Quant à leurs guerres, elles furent de plus en plus dévastatrices pour la nature et nous ont amenés au bord de l’extinction lorsque leurs grands nuages oranges ont explosé dans le ciel. La Grande Forêt ici présente a donc pris une décision lourde de conséquences. Nous ne pouvions plus laisser l’être humain sans tutelle. Nous nous sommes donc fait connaître à l’homme. Sa réponse fut identique à celles passées. Une guerre sanglante a éclaté et de nombreuses pertes furent déplorées lorsque notre victoire, aussi amère qu’elle pouvait l’être, a été déclarée. Après la chute du règne humain, nous avons pris soin de ne pas laisser s’éteindre cette espèce si prometteuse. Nous les avons donc organisés en enclaves et nous les éduquons depuis plusieurs décennies au respect de ce qui les entoure afin de cohabiter en harmonie et sans tutelle dans un futur proche et radieux ».

Le Frêne était décidément bien loquace et non avare en connaissances comme s’il savait au fond de lui que les trois humais qui étaient face à lui auraient bientôt un grand rôle à jouer. Pour lui, la connaissance est pouvoir et plus on en a, plus l’on peut prendre de sages décisions.
Frédéric et Jeremiah échangèrent un regard circonspect.

« - Comment vous faire confiance ? Avez-vous une preuve de ce que vous avancez ? » demanda Frédéric.

Les deux hommes entendirent alors des murmures dans les arbres. Ils levèrent la tête et s’aperçurent que plusieurs hommes et femmes étaient juchés sur les branches de différents arbres.

« - Il semblerait que nos protégés veuillent la parole, je la leur donne bien volontiers. Ernest, si tu veux bien ? » dit le Frêne.

Un homme blanc, grand et fin fut alors déposé au sol par l’Eert dans lequel il se trouvait.

« - Merci Ô Grand Frêne ! Je me nomme Ernest. Moi et mes semblables avons régulièrement l’honneur d’assister aux sessions de la Grande Forêt afin de propager la sagesse qui y ait fait démonstration pour rebâtir nos tribunaux sur des bases saines lorsque nous serons émancipés. Ayant connaissance du sujet de cette session, je me suis permis de faire amener l’une de nos encyclopédies portatives ».

Il sortit alors de la sacoche une tablette graphique qu’il alluma. Il pianota quelques secondes dessus pour accéder aux entrées désirées et tendit la tablette devant les yeux de Frédéric et Jeremiah. A l’écran un montage vidéo montrait les événements décrits par le Frêne du point de vue des humains. Les deux hommes durent se rendre à l’évidence, tout concordait. Ils gardèrent le silence quelques secondes, abasourdis une fois de plus par la bêtise humaine. Puis un second sentiment prit place, un sentiment de colère.

« - La situation est bien différente de ce qu’elles nous ont dit » dit Frédéric à Jeremiah à voix basse, en fronçant les sourcils.

« - Pardonnez mon indiscrétion mais notre ouïe étant particulièrement développée, je n’ai pu faire autrement que d’entendre vos paroles. Pouvons-nous savoir de qui vous parlez ? » demanda humblement le Frêne.

« - Nos commanditaires sont une espèce nommée deinone » déclara Frédéric après un moment d’hésitation.

« - Les Essor avaient raison ! Ils sont bien les alliés de Westwood ! » proclama avec violence le Chêne.

« - Wes … woo … » balbutia Miles, malgré son état comateux.

Le Frêne fit se calmer le Chêne d’un regard qui en disait long quant à la hiérarchie de la Grande Forêt. L’Eert semblait observer Miles quant il reprit la parole.

« - La volonté de votre ami semble se renforcer à la prononciation du nom de Westwood. Peut-on savoir le pourquoi ? »

« - Faites-le sortir de son état et il vous le dira lui-même » répondit Frédéric.

« - Il en est hors de question ! Ce sauvage ne mérite que le flétrissement ! » proclama avec véhémence le Pin que Miles avait lourdement blessé.

« - Maintenant que ses collègues connaissent la vérité et que la situation est moins tendue, il n’aura aucune raison de recommencer ses agissements » répondit le Sorbier.

« - Sans le pollen auquel il est soumis, il pourra à nouveau se téléporter ! Êtes-vous prêts à en subir les conséquences ? » vociféra le Châtaigner que Miles avait également blessé.

« - Nous vous assurons que Miles restera calme, nous lui ferons entendre raison » assura Frédéric.

Le Frêne choisit alors de leur faire confiance et ordonna aux fleurs qui maintenaient leur nuage de pollen autour de Miles de se refermer. Une fois le nuage dissipé, Miles revint rapidement à lui. Enserré fermement dans des lierres, son premier réflexe fut de se transformer et de déchirer ses entraves. Il s’immobilisa en voyant de nombreux cactus l’entourer.

« - Miles ! Calme-toi ! » lui intima Frédéric.

Miles tourna alors la tête vers ses deux amis et les vit entravés.

« - Comment veux-tu que je me calme alors que vous êtes ligotés ? » lui répondit-il.

« - Si ce n’est que cela … » intervint le Frêne.

Immédiatement les Edelweiss relâchèrent Jeremiah et les lierres noirs libérèrent Frédéric de leur étreinte. En entendant la voix de l’Eert, Miles observa tout autour de lui l’assemblée d’arbres réunie en ce lieu. Leur attitude n’étant point menaçante, hormis deux ou trois d’entre eux qu’il reconnut, Miles se détendit et reprit sa forme humaine.
Rapidement, Frédéric mit Miles au courant de la situation dans laquelle ils se trouvaient. Miles fulmina quelque peu en comprenant que les deinones les avaient manipulés.

« - Maintenant que vous êtes au fait, pouvons-nous savoir quel est votre lien avec Westwood ? » demanda le Frêne.

« - Mon lien avec cet enculé ? Ce sera mon poing à travers sa gueule dès que je retrouve cette putain ! » vociféra Miles.

« - Au départ, nous devions lui venir en aide pour récupérer son module que vous détenez, mais depuis notre rencontre avec cet énergumène, cela a bien changé » admit Frédéric.

« - Il semblerait que là encore vous n’ayez été trompés, nous ne détenons rien qui ne lui appartienne » répondit le Sorbier.

« - En revanche, il a massacré les Leucanthes et a tenté de violer la Source ! » dit l’Olivier.

« - C’est la seconde fois que l’on entend parler de cette source depuis notre arrivée, qu’elle est-elle ? » demanda Jeremiah.

« - Ne faites pas les innocents ! A l’origine vous êtes venus aider Westwood qui tient ses ordres des deinones donc vous devez savoir de quoi il s’agit ! » rétorqua le Chêne.

« - Avant de vous répondre à ce sujet, nous aimerions, nous aussi, avoir quelques réponses. Vous admettez donc êtes venus aider Westwood ? » dit le Frêne.

« - Au début, telle était effectivement notre mission. Mais ce n’est plus le cas désormais » répondit Frédéric.

« - Comment cela ? »

« - Il nous as trahis lorsqu’on a dû affronter Se … une monstruosité ».

« - Je vais lui arracher la tête pour m’avoir tiré dessus ! » assura Miles.

« - Une fois que vous l’aurez retrouvé, que ferez-vous alors ? »

« - Nous repartirons d’où nous sommes venus ! » répondit Jeremiah.

« - Chez les deinones ? »

« - Oui ! Et elles auront intérêt à nous donner des explications sur le comportement de Westwood et sur un autre sujet qui nous est cher ! » assura Frédéric.

« - La vérité est une chose que disent rarement les deinones » intervint le Saule qui les avait transportés en ce lieu.

« - Vous les connaissez ? » demanda Frédéric, quelque peu étonné.

« - Bien plus que nous ne l’aimerions ! » répondit le Saule.

« - Quels sont vos liens avec eux ? » demanda le Frêne.

« - C’est une très longue histoire » répondit Jeremiah.

« - Le temps n’est pas un problème pour nous » assura le Frêne avec un sourire.

« - Au départ, nous étions tous les trois des êtres humains normaux. Nous avons été victimes des sbires d’un dénommé Moloch … »

Frédéric s’interrompit en voyant certains des Eert frémir des branches.

« - Ce nom ne vous semble pas inconnu ».

« - En effet ! Nous savons ce qu’il est et par chance il ignore jusque-là notre existence » dit le Frêne.

« - Ses sbires ont entrepris de nous faire subir un rituel afin de lui servir de réceptacle. Les deinones ont, semble-t-il, participé de loin au déjouement de ses plans. Après quoi elles nous ont assurés que leur but était aussi de faire échouer les plans de Moloch dont on voulait se venger ».

« - Même si cela semble bien loin des missions que nous remplissons ces derniers temps » admit Jeremiah.

« - Croyez-moi, si elles vous ont aidés, ce n’est pas par bonté de cœur. Elles ont sans aucun doute un intérêt à cela » confia le Frêne.

Le Saule fit un signe de la tête comme pour confirmer ce que son confrère venait de dire.

« - Pouvons-nous savoir quelle fut la nature des missions qu’elles vous ont confiées ? » demanda le Frêne.

« - Y en a marre de la parlotte ! Laissez-nous partir qu’on aille buter Westwood et qu’on se barre de cette planète ! » déclara Miles qui en avait assez de ce temps perdu.

« - MILES ! » dit  Frédéric en haussant le ton.

« - Il semblerait que nous puissions en apprendre plus sur les deinones si nous nous montrons coopératifs avec eux » vint lui dire à l’oreille Jeremiah pour ne pas se faire entendre des Eert.

Frédéric entreprit par la suite de raconter les différentes missions qu’ils avaient effectuées pour le compte des deinones, entrecoupé de remarques de la part de Miles.
A la fin de son récit, le Frêne fit demander un des participants à la Grande Forêt qui ne s’était point révélé depuis le début.
Ce qui surprit les trois hommes fut de prime abord sa taille. Alors que jusque-là la Grande Forêt était constituée d’Eert arborescents et donc de grande taille. Le nouveau venu était manifestement un Eert florescent, et donc à taille humaine. Vaguement humanoïde, son corps semblait n’être que racines entremêlées tandis qu’une coiffe de quelques feuilles pointues et vertes lui servaient de coiffure. Ses yeux étaient extrêmement fins et noirs. Elle fut présentée comme étant une Mandragore. Ces Eert partageaient certains liens avec l’homme qui variaient d’un spécimen à un autre. Celle-ci assura néanmoins que les trois hommes étaient sincères.
Sous l’impulsion du Frêne, les Eert qui portaient des humains dans leur branchage les déposèrent délicatement au sol. Ces derniers escortèrent Frédéric, Jeremiah et Miles à l’écart, le temps que la Grande Forêt délibère.
Frédéric avait alors émis l’espoir qu’ils délibèreraient plus rapidement que les Ent dans le Seigneur des Anneaux. Seul lui comprit la référence une fois encore.

Près d’une heure plus tard, les trois hommes furent conviés à les rejoindre.

« - La Mandragore ici présente a certifié que vous étiez de bonne foi et disiez la vérité, du moins que vous y croyiez. Vous faites preuve d’une certaine moralité que nos confrères ont pu assister par pure coïncidence à votre arrivée sur notre planète lorsque vous aviez refusé de carboniser la forêt face à vous pour vous faciliter le trajet vers votre point de rencontre avec Westwood » déclara le Frêne.

« - Toutefois, vous êtes manipulés par les deinones et nous avons décidé de vous révéler la vérité à leur sujet » ajouta le Saule.

Durant tout ce temps, personne ne remarqua l’étranger qui les épiait du ciel. L’homme semblait marcher sur l’air et avait une apparence étrangement familière. Il portait comme unique vêtement visible un pantalon noir assez ample auquel pendaient deux paires de ce qui ressemblait à des bretelles de cuir noir et très longues. Il avait les pieds nus mais nullement sales. Torse nu également, outre sa musculature développée, l’on pouvait admirer un magnifique rubis de taille conséquente comme encastré dans sa poitrine. A cette magnifique pierre précieuse faisait écho un diamant encastré en plein milieu du front que l’on distinguait à peine derrière une chevelure aussi longue que blanche.

« - C’est maintenant que tout va basculer ! » se dit-il à lui-même sur un ton grave.


Dernière édition par Jezekiel le Mar 5 Mai - 19:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Le géant de la grande forêt
» Freddy - Chapitre 1 : Les Griffes de la Nuit
» Nulle & Grande Gueule - Joyce Carol Oates
» Croix de chapitre avec le sacré cœur de Jésus
» [Grangé, Jean-Christophe] La forêt des mânes
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 72 - la Grande Forêt :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 72 - la Grande Forêt
Message le Mar 20 Mar - 15:42 par Shion
[Date originale : 15 Décembre 2011]
Ah, enfin la vérité sur ces sal... ces créatures XD
 

Chapitre 72 - la Grande Forêt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre I - Mondes Nouveaux :: Arc 6 - un Monde Vert-
Répondre au sujetSauter vers: