Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 91 - un Monde mourant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 1012
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 37
Localisation : Poitiers, Vienne, France

22042012
MessageChapitre 91 - un Monde mourant

[Date correctif : 2 Mars 2016]
Terre 14627

La ville où ils se trouvaient était autrefois l’une des plus grandes métropoles de la planète avec ses innombrables buildings qui semblaient concourir à une course insensée vers le ciel. Néanmoins tous n’avaient pas été construits selon les mêmes normes. Maintenant certains penchaient dangereusement, menaçant de s’effondrer ou l’ayant déjà fait, voir s’appuyant sur l’un de ses voisins. La ville semblait avoir été désertée depuis des années comme si les habitants avaient été avertis d’une catastrophe naturelle imminente.
Le geyser de lave du volcan illuminait les nuages noirs en leur donnant une teinte cendrée et procurant une luminosité lugubre aux rues et avenues.
Tandis que Jeremiah et Frédéric observaient autour d’eux le spectacle de désolation ponctué par les carcasses de voitures laissées à l’abandon, Isaac consultait ses registres et procédait à des relevés dimensionnels à l’insu de ses compagnons.
Après quelques secondes une alarme s’activa en lui qui déclencha un message vocal automatique et contre sa volonté.

« - Alerte ! Univers 14627 ! Évitez à tout prix la planète Terre de cette dimension ! Procédure d’extraction d’urgence enclenchée ! »

Le message agit comme un déclic sur Frédéric et Jeremiah. Tout deux agrippèrent les bras d’Isaac afin d’être pris dans l’extraction d’urgence. Le corps de l’androïde brilla un court instant avant de redevenir normal.

« - Pouvez-vous me lâcher s’il vous plait ? » demanda Isaac.

« - Désolé … mais on ne te lâchera pas avant la fin de ta procédure d’extraction » répondit Frédéric.

« - Lâchez-moi alors. La procédure s’est interrompue faute de réserve d’énergie suffisante ».

Jeremiah observa la réaction de Frédéric. Ce dernier, quelque peu méfiant, desserra progressivement son étreinte sur le bras du robot, prêt à tout moment à le saisir à nouveau au moindre signe suspect. Lentement, il écarta ses mains du bras du robot et rien ne se produisit. Il fit un signe de la tête à Jeremiah pour qu’il fasse de même.

« - Pourquoi cette planète est-elle interdite ? » demanda Frédéric.

« - La Terre 14627 a connu de lourds dommages environnementaux et est entrée dans une phase d’implosion. Mais celle-ci est extrêmement lente et crée une perturbation temporelle importante qui se répand progressivement à l’ensemble de cette galaxie ».

« - De quelle importance est cette perturbation temporelle ? » demanda Frédéric.

« - La distorsion est d’1/10 dans cette galaxie et elle reprend une valeur unitaire ailleurs ».

« - Nous ne sommes pas encore très familiers avec cette notion de distorsion temporelle, peux-tu nous expliquer ce qu’implique une distorsion d’1/10 ? » demanda Jeremiah.

« - Rien de plus facile ! Le numérateur se rapporte toujours au contexte spatiotemporel présent tandis que le dénominateur est lié au "flux temporel universel". Dans le cas de la Terre 14627 cela signifie qu’une heure passée ici équivaut à dix heures passées dans le flux temporel universel ».

« - Est-ce gênant ? » demanda Jeremiah.

« - Ça veut surtout dire que lorsque nous retournerons à la Cité Miroir, les deinones auront eu dix fois plus de temps pour nous recevoir » lui répondit Frédéric.

Soudain des craquements bien plus sonores et sinistres que tous ceux qu’ils avaient entendus jusque-là se firent connaître. Leur intensité signifiait qu’ils étaient bien plus proches et cela n’augurait rien de bon. Aussi loin que portait leur regard dans l’avenue encombrée de véhicules, ils virent une luminosité croissante. Des fissures s’étaient ouvertes et la lave commençait à envahir la ville, lentement mais sûrement.

« - Faut se barrer de là ! » dit Frédéric qui regardait tout autour de lui les buildings lorsque son regard se porta sur un édifice particulièrement grand et qui semblait être encore en bon état.

« - Lui ! On va monter sur son toit histoire d’avoir un certain répit et de pouvoir réfléchir à un moyen de se barrer de cette Terre ! »
_____________

Cité Miroir

Zilimah avait sciemment épargné Miles, ciblant le drone plutôt que lui. Dans son état il ne représentait plus une menace et mieux, il serait sûrement plus malléable … plus réceptif à un conditionnement.
Ainsi la maîtresse deinone le fit enlever par ses servantes attitrées. Elles l’emmenèrent dans une salle d’examen où il fut sanglé à une table de cristal, muselé et les yeux bandés. Bien que ses brûlures se résorbaient maintenant plus rapidement, Miles était encore dans les vaps lorsqu’une prêtresse deinone entra dans la pièce. Cette dernière portait un accoutrement qui la différenciait des autres deinones. Ses habits étaient tout aussi amples mais aucunement translucides. Elle portait un voile translucide devant les yeux rattaché à un autre sur la tête dont les pans chutaient sur ses joues. Elle tenait à la main une sorte de petit scalpel à la lame pliée et tordue en plusieurs points. La lame scintillait d’un bleu turquoise.
Elle s’approcha de Miles et commença à déchirer la chair de son épaule avec son outil. D’abord de simples scarifications, les lacérations prirent progressivement l’aspect d’une rune complexe.
_____________

Terre 14627 – Intérieur du Building

A l’intérieur du bâtiment, des vibrations commençaient à se faire ressentir tandis qu’ils montaient les interminables escaliers. Arrivés au dixième étage, les vibrations ne pouvaient plus être considérées comme telles. C’étaient de véritables secousses que subissait dorénavant le bâtiment rendant hasardeuse leur montée.

« - Tu es sûr que c’était une bonne idée que de monter sur le toit ? » demanda Jeremiah à Frédéric.

« - Tu préférerais courir au hasard dans les rues contre une lave que rien ne freine et qui ne ralentit pas car ne ressentant aucune fatigue ? »

C’est alors qu’un énorme fracas retentit quelques étages au-dessus d'eux. Il fut suivis par de nombreux autres provoqué par un véritable séisme avant que tout ne se calme … pour le moment du moins.
Arrivés au vingtième étage, ils virent ce qui avait provoqué l’un des grands fracas. La colonne de pierre, autour de laquelle s’enroulait l’escalier, s’était effondrée, obstruant complètement le passage et empêchant toute montée. Jeremiah mit la main en avant comme pour dégager le bloc de béton par télékinésie mais Frédéric l’en empêcha en lui baissant le bras.

« - Non ! On ne sait pas quels dégâts a subi la structure et tu risques de faire pire que bien. On va trouver un autre chemin ! » déclara Frédéric qui déjà s’avançait vers la porte menant à l’étage.

L’étage n’était qu’un chaos de meubles et mobiliers divers. Le faux plafond s’était écroulé en de nombreux endroits. Les vitres étaient presque toutes éclatées et laissaient s’engouffrer à l’intérieur du bâtiment un air nauséabond saturé de souffre. Ni lui, ni Jeremiah ne pouvait exercer leurs pouvoirs sous peine de faire empirer la situation. Ainsi ils explorèrent tant bien que mal l’étage à la recherche d’une autre cage d’escalier. Celle qu’ils finirent par trouver était dans un état encore pire que celle qu’ils avaient quittée. Toutefois deux portes d’ascenseurs se trouvaient juste à côté. Frédéric planta son couteau dans la fente séparant les deux portes du premier et l’ouvrit sans peine avec sa force surhumaine. Il passa la tête par l’ouverture et vit que l’ascenseur de cette cage se trouvait au-dessus d’eux. Ils ne pourraient pas passer par celui-là. Néanmoins quelque chose l’intrigua : de l’eau dégoulinait dans la colonne. Il ouvrit la cage du second et constata que de l’eau y coulait à fort débit. Malgré tout il vit avec joie que cet ascenseur s’était écrasé au premier étage après avoir sûrement lâché durant le séisme.
Frédéric observa d’où venait cette importante fuite d’eau. Elle provenait d’une dizaine d’étages au-dessus mais ne semblait pas être gênante pour l’ascension qu’ils s’apprêtaient à entamer. Sans dire un mot, Frédéric se transforma en loup et se jeta dans la cage d’escalier, agrippant au passage les filins de l’ascenseur. Immédiatement il se mit à grimper à l’unique force de ses bras à une vitesse impressionnante, laissant ses jambes se balancer au rythme de sa grimpée. A l’étage, Jeremiah passa la tête à son tour pour observer Frédéric et l’espace de cette cage d’escalier. Il fit signe à Isaac de suivre Frédéric. Le robot se saisit des câbles à la façon de Frédéric et se mit à les remonter à l’unique force des bras également. Néanmoins, son corps n’avait pas la grâce de Frédéric, son dos et ses jambes étaient rigides, parfaitement parallèles aux câbles. Ses mouvements étaient très mécaniques.
Quand ce fut le tour de Jeremiah, le vampire sauta dans la cage d’ascenseur sans avoir l’intention d’attraper les filins. Dans cette configuration, il pouvait utiliser sa télékinésie sans risques. Il s’éleva ainsi sans efforts dans la cage, dépassant Isaac sans problèmes jusqu’à parvenir à la hauteur de Frédéric. Lorsqu’il vit son camarade utiliser sa télékinésie, Frédéric esquissa un sourire et se mit à accélérer. S’ensuivit une course-poursuite tacite entre les deux amis.
Sans surprise, Jeremiah parvint au dernier étage le premier. Ayant observé Frédéric agir, il matérialisa une fine lame de glace qu’il glissa entre les portes de l’ascenseur pour les écarter. Ils étaient enfin arrivés au dernier étage. Pas celui que les habituels utilisateurs pouvaient atteindre en pressant le dernier bouton. Non celui-ci était l’étage réservé à la maintenance auquel les techniciens accédaient en insérant une petite clef sous le clavier.
Pompier d’expérience, Frédéric reprit la tête du trio et les dirigea jusqu’au petit escalier qui les mènerait enfin au toit.

Sur le toit, au sommet des soixante étages, l’air y était plus respirable. Toutefois la vue qu’ils avaient dorénavant n’était pas rassurante. La ville était entourée d’une chaîne de volcans surgis il y a peu. Tous étaient en éruption et leur lave envahissait la ville de toute part. C’est alors que Frédéric eut un choc en reconnaissant certains bâtiments dont deux gigantesques buildings qui les dépassaient de loin en hauteur : les Twin Towers du World Trade Center.

« - On est à … New York ? » s’étonna-t-il.
_____________

Cité Miroir – Conditionnement

Cela faisait deux heures que Miles avait été amené dans cette pièce et ses brûlures s’étaient suffisamment résorbées pour qu’il puisse revenir à lui. Il ne voyait rien et ne pouvait pas bouger mais il entendait des personnes s’affairer autour de lui.

« - Où je suis ? Qui êtes-vous putain ? »

Il avait du mal à parler. Il avait l’impression que les mots ne sortaient pas de sa bouche, muselé qu’il était.

C’est alors qu’il fut aveuglé par la lumière ambiante lorsqu’on lui ôta son bandeau. Sans attendre que sa vue ne s’adapte, les deinones lui mirent un casque couvrant ses yeux et ses oreilles. Immédiatement activé, Miles fut soumis à de violents flash de lumières ainsi qu’à une musique ensorcelante. Il cessa bientôt de se débattre.

Les deinones lui ôtèrent le casque un peu moins d’une heure plus tard. Miles était dans un état lamentable. Son regard était vide d’expression. Lorsque les deinones le démuselèrent, sa mâchoire s’ouvrit, pendante et laissant échapper un fin filet de bave. Il semblait complètement lobotomisé. Les servantes de Zilimah ne savaient trop comment réagir. Le conditionnement qu’elle lui avait administré n’était pas sensé le mettre dans un état pareil.

« - C’est inadmissible ! Vous n’avez pas appliqué les calibrages que je vous ai indiqués ! » dit la voix de Zilimah dans un haut parleur.

Alors que ses servantes et la prêtresse se répandaient en excuses, cette dernière fut projetée la tête la première contre un mur. Elle le repeignit avec le contenu de sa boîte crânienne. Le lavage de cerveau n’avait pas fonctionné mais le subterfuge de Miles si. Métamorphosé, il désolidarisait ses mains par téléportation partielle, arrachant rapidement ses contentions alors que les servantes, prises de panique, tentaient de s’enfuir de la pièce. Mais ce n’était pas dans les intentions de Miles que de les laisser partir. Ainsi il alternait entre l’arrache de ses liens et le massacre des deinones qu’il fracassait à plusieurs reprises contre les murs. Il en tua ainsi trois de plus jusqu’à ce que la pièce ne soit condamnée brutalement, déchirant l’une des servantes en deux et en piégeant deux autres avec le démon.
Complètement libéré, Miles se releva et s’avança lentement vers les deux deinones piégées avec lui. Soudain la rune sur son épaule droite s’illumina et un fort courant électrique parcourut son corps. Le corps de Miles se raidit avant de tomber au sol. Toutefois la décharge n’était qu’une mise en garde. Zilimah n’avait pas voulu le neutraliser et encore moins le tuer.

« - Même si le conditionnement a échoué, tu vas tout de même m’obéir ! Cette décharge n’était qu’une mise en garde mais je pourrais très bien te tuer si tu m’y forces ! » déclara-t-elle.

Son flux électrique corporel se rétablissant normalement et progressivement, Miles se releva. En un éclair il déplaça ses mains sur le cou de l’une des deux deinones et lui brisa la nuque sans le moindre effort. La rune de contrôle s’illumina une nouvelle fois et son corps fut parcouru par une décharge plus intense. Néanmoins la douleur et l’effet paralysant furent moins prononcés. Comme avec les menottes nazies, son corps semblait s’acclimater aux décharges au fur et à mesure.
Ainsi il s’avança lentement vers la dernière deinone, affichant un sourire tandis que Zilimah lui administrait toujours plus de corrections électriques.

« - Pitié ! » sanglota la jeune servante.

« - N’aie pas peur. Prends ma main ! » dit-il en la lui tendant.

La deinone n’en crut pas ses oreilles. Il n’allait donc pas la tuer. Elle tendit fébrilement sa main vers celle de Miles. Ce dernier la saisit brutalement et son simple contact la foudroya. Il lui serra ainsi la main durant de longues secondes avant de l’éclater contre un mur.

« - JE VOUS JURE QUE JE VAIS VOUS GÉNOCIDER LA GUEULE POUR CE QUE VOUS AVEZ FAIT A FRÉDÉRIC !!! » hurla-t-il.
_____________

A suivre dans le chapitre 92 : Une lente agonie !


Dernière édition par Jezekiel le Mer 2 Mar - 20:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Quel est votre film préféré?
» Le Monde de Narnia : Chapitre 3 - L'Odyssée du Passeur d'aurore 8/12/2010
» Le monde de Narnio
» Paul Berna : le bout du monde
» Semaine 1 : chapitre 1 à chapitre 7
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 91 - un Monde mourant :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 91 - un Monde mourant
Message le Sam 28 Avr - 16:36 par Shion
Je pensais que mon commentaire allait être un truc du genre "Pauvre Miles" mais finalement, il ne s'en tire pas si mal XD
 

Chapitre 91 - un Monde mourant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre I - Mondes Nouveaux :: Arc 7 - des Mondes à la Chaîne-
Sauter vers: