Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 259 - Elizabeth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 1012
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 37
Localisation : Poitiers, Vienne, France

12072015
MessageChapitre 259 - Elizabeth

Terre 1960 - Hall d’accueil de l’Aile chirurgicale

Confronté à la réalité que Cochran ne trouverait pas de soins dans cette cité, Frédéric lui demanda si son appareil d’extraction fonctionnerait à cette profondeur. Cochran réfléchit quelques secondes avant de lui répondre qu’il ne le pensait pas. Alors qu’ils allaient se résoudre à revenir sur leurs pas pour remonter à la surface, la nouvelle venue intervint.

« - Certes, Steinman était le dernier médecin à Rapture à pouvoir soigner votre compagnon mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’autres personnes, qui ne soient pas médecins, capables de lui venir en aide ».

La jeune femme s’approcha de Cochran, passa sa main sur la cuisse du militaire comme pour localiser la balle avant qu’une étrange lumière grise n’apparaisse subrepticement de sa main et ne s’enfonce dans les chairs du membre. La jeune femme retira sa main de sur la cuisse de Cochran et fouilla dans son sac à dos avant de ressortir de quoi lui panser la blessure.

« - Qu’est-ce que vous lui avez fait ? » demanda Frédéric.

« - J’ai retiré le projectile qui s’était enfoncé dans sa cuisse » répondit-elle simplement.

« - Mais comment ? »

« - Voyez-vous, vous n’êtes pas les seuls à vous servir de plasmides ... ici, à Rapture, c’est la norme ! »

« - C’est quoi ces plasmides ? » demanda alors Miles.

« - Vous êtes à Rapture depuis combien de temps ? » demanda la jeune femme.

« - Nous venons d’arriver ! » répondit Jeremiah.

Une expression de surprise s’afficha sur le visage de l’inconnue avant qu’elle ne reprenne la parole.

« - Cela explique votre aspect normal ! Quelques explications s’imposent donc » fit l’inconnue dont le regard semblait s’être illuminé depuis la réponse de Jeremiah.

« - A commencer par votre nom ! » la coupa Wade.

« - Oh ! Oui ! Excusez-moi ! On oublie bien vite la courtoisie ici bas, vous le constaterez rapidement. Je me nomme Elizabeth ».Note 2

Après les présentations, Elizabeth reprit là où elle en était avant l’interruption de Wade.

« - Vous êtes donc à Rapture, la cité sous-marine inventée et fondée par Andrew Ryan. Ici bas, les scientifiques peuvent laisser libre cours à leurs inspirations ... ce qui a conduit à découvrir un très ancien organisme vivant sur les fonds abyssaux, une limace de mer. Cette limace produit des cellules souches dites instables, autrement appelées l’adam. Cet adam a été rapidement étudié et ses effets maîtrisés. Une fois injecté dans le corps humain, l’adam reconfigure l’ADN du receveur  pour lui octroyer ce qu’il souhaite : un corps plus musclé, plus rapide, plus beau ou encore des pouvoirs dépassant l’entendement comme le pouvoir d’enflammer autrui ».

« - Les plasmides » fit alors Frédéric, pensif.

« - C’est cela ! Les seringues d’adam sont à classer dans deux grandes catégories : les plasmides et les fortifiants. Les premiers procurent des pouvoirs et demandent une autre substance, appelée l’éve, pour fonctionner ; les seconds sont des modifications passives comme l’apparence esthétique. Ce sont ces derniers qui ont fait des ravages. Voyez-vous, comme l’éthique n’existe pas ici bas, il n’y a pas eu de phases de tests avant sa mise en circulation sur le marché et donc quand ils se sont aperçus que l’abus d’adam était nocif, il était déjà trop tard ».

« - L’adam est nocif de quelle façon ? » demanda Jeremiah.

« - En grosses quantités, l’adam défigure celui qui en abuse. Il altère également certaines fonctions cérébrales et rend dépendant ».

« - Plus t’en prends, plus t’en veux ! C’est une drogue, quoi ! » intervint Frédéric.

« - Exactement ! » répliqua Elizabeth.

« - Qu’êtes-vous venus faire ici, au fait ? » leur demanda-t-elle.

« - Nous sommes venus chercher ... une relique qui se trouverait ici bas » répondit Frédéric.

« - Vous en n’êtes pas sûrs ? Vous alors ! Vous descendez en enfer sans être sûrs d’y trouver ce que vous êtes venus y chercher ».

« - Et vous donc, pourquoi êtes-vous ici ? A en voir votre apparence, vous ne devez pas être en ville depuis beaucoup plus longtemps que nous » rétorqua Wade.

« - Je suis venue à Rapture pour y retrouver ... une petite fille » avoua-t-elle.

« - Comment une petite fille pourrait-elle survivre dans un milieu aussi hostile ? » s’interrogea Sandora.

« - Croyez-moi, elle n’est pas comme les autres ! »

C’est alors que des cris se firent entendre. Le même genre de cris que le groupe avait entendus avant d’être encerclé par une vingtaine de dégénérés.

« - Vite ! Suivez-moi ! » fit alors Elizabeth en parlant à voix basse.

Ils s’engouffrèrent dans la petite clinique d’où Elizabeth avait surgie. A l’intérieur, ils y trouvèrent de nouveaux cadavres gisant de-ci de-là dans l’édifice, certains dans des postures grotesques. L’un d’eux était allongé sur une table d’opération, les bras pendants de part et d’autre le long desquels coulait encore du sang.

« - Est-ce de votre fait ? » demanda Jeremiah.

« - Je n’en ai pas les capacités, les chrosômes s’entretuent pour un oui ou pour un non » répondit-elle à voix basse.

« - Les chrosômes ? » fit Miles.

Elizabeth se retourna et lui intima de se taire en plaçant son index sur ses lèvres. Traversant les quelques pièces de la modeste, mais sanglante, clinique, ils arrivèrent dans ce qui semblait servir de stock. Étaient entreposés ici divers cartons et plusieurs armoires à pharmacie jadis cadenassées. Mais ce qui les avait amenés ici était tout autre. Elizabeth déplaça quelques cartons vides et dévoila une grille d’aération à lames métalliques et de section carrée. Complètement dévissée, Elizabeth la retira sans aucune difficulté avant de s’y engouffrer à quatre pattes. Devant l’hésitation du groupe, elle leur fit signe de la suivre. Jeremiah resta en retrait pour surveiller leurs arrières lorsqu’il entendit la porte de la clinique s’ouvrir. Pressant ses amis, il eut tout juste le temps de se faufiler dans la conduite et de refermer derrière lui que des dégénérés arrivaient, pénétrant la petite remise. Il s’agissait d’une femme et d’un homme. Ce dernier se mit alors à fouiller les armoires.

« - Alors ? Y en a encore ? Dis-moi qu’il y en a encore ? » demanda la femme sur un ton à la limite de l’hystérie.

« - Jamais tu la fermes, Brendaaaaa ? » lui répondit l’homme avec une voix grotesque.

« - J’en veux juste un peu, c’est tout. J’en ai tellement besoin ».

« - Comme tout le moooonnnnde. Fermes-la maintenaaaannnt ! »

Tandis qu’il cherchait ce pour quoi ils étaient venus, la femme semblait se contenir difficilement. C’est alors qu’elle se vit dans un miroir.

« - Oooooh ! Mon visage ! Mon si beau visage, où es-tu parti ? » se mit-elle à geindre.

« - Il est parti sur la table de Steinmaaaaaannnn et c’est pour ça qu’on cherche de l’adaaaaammmmm ! J’en peux plus de voir ta sale tronccchhhhe » lui répondit l’homme sans une once de compassion pour le visage difforme de sa compagne.

« - C’est pour toi que je l’ai fait ! » répliqua-t-elle au bord des sanglots.

« - J’t’ai jamais demandé çççaaa ! Avoir une femme belle et qui sait la fermer ... jamais je ne l’auraaaiiis ».

Sans dire un mot, la femme sortit de la remise et partit.

« - Brendaaaaa ? Où tu vas, Brendaaaaa ? ... BRENDAAAA ? ... REVIENS ICI !!! »

L’homme se lança alors à sa poursuite. Des cris se firent entendre lorsqu’il la rattrapa puis des bruits de combat jusqu’à se conclure par un bruit sourd.

« - Voici ce que sont des chrosômes, des personnes ayant abusé de l’adam et qui en sont marquées à vie. Lorsque vous en rencontrez un, n’ayez aucune compassion pour lui, car lui ne saura même pas ce que signifie ce mot » dit alors Elizabeth.

Par la suite, ils suivirent le conduit d’aération qui les ramena à la section de la zone d’accueil. L’alarme s’était tue, le calme était revenu.

« - Nous voici de retour au point de départ ! » s’esclaffa Miles.

« - J’ai bien réfléchi. Si votre relique existe, vous en trouverez sûrement une piste au Memorial Museum » dit alors Elizabeth.

« - Et où se trouve ce fameux musée ? » demanda Frédéric.

« - A partir d’ici, il vous suffit de prendre une bathysphère pour les Hauteurs d’Olympie. Là-bas, en prendre une autre pour la Pointe Prométhée et après se rendre à pieds au Memorial Museum ! » répondit-elle.

« - Vous semblez connaître drôlement bien cette ville pour quelqu’un qui vient d’arriver » remarqua Wade.

« - Je ... j’ai vu un plan du réseau de bathysphère et de métro et j’ai une bonne mémoire visuelle » rétorqua Elizabeth.

« - Attendez ! Il y a un métro dans cette ville ? » fit Frédéric, stupéfait.

« - Il y avait, serait plus adapté. D’après le plan, nombre de rames sont hors service, il n’en existe plus qu’une poignée qui subsistent encore ou dont l’état est inconnu ».

« - Et vous ? Où vos pas vont-ils vous mener ? » demanda Jeremiah.

« - A la Pointe Prométhée ! » répondit Elizabeth.

« - D’où votre connaissance du réseau » dit alors Sandora.

« - Puisque nous allons dans la même direction, autant allier nos forces » proposa Frédéric.

« - Ce sera avec plaisir » répondit Elizabeth.

Le groupe se mit alors en marche vers la station de bathysphère qui reliait les Hauteurs d’Olympie. Toutes les salles par lesquelles ils passèrent portaient les stigmates d’un grand chaos. Elizabeth les informa qu’il y avait eu une guerre civile il y a un peu plus d’un an et depuis il ne restait presque plus aucune structure au sein de Rapture, que ce soit directrice, policière ou même sociale. La Grande Chaîne chère à Andrew Ryan s’était brisée. C’est alors qu’au détour d’une pièce, ils arrivèrent pour la première fois dans un tunnel de communication fait de verre et d’acier. Tous furent stupéfaits par cette prouesse technique. Tous ? Non ! Wade sembla hésiter quelques secondes avant d’y poser le pied. L’homme fermant la marche à ce moment, personne ne remarqua son hésitation. Même lui ne comprenait pas pourquoi il hésitait tant.

« - Parfois j’en oublie que Rapture est sous l’eau mais ce genre de tunnel me le rappelle et alors je reste ébahie par une telle prouesse. Comment ont-ils réussi à faire en sorte que du verre puisse soutenir une telle pression ? » dit alors Elizabeth.

« - En réalité ce n’est pas du verre mais du quartz fondu de 30cm d’épaisseur » indiqua alors Isaac.

Elizabeth fut surprise que l’individu qui s’était le moins fait remarqué du groupe jusque-là soit doté d’une telle connaissance.

« - Et c’est résistant ? » demanda Wade.

« - C’est assez résistant pour soutenir la pression de l’océan, mais pas assez pour résister au choc de la queue d’un avion ! » indiqua à nouveau Isaac.Note 3

A ces mots, l’expression d’Elizabeth changea, elle passa de l’étonnement à la stupeur. Instinctivement, elle tourna la tête vers l’arrière, là où ils avaient laissé derrière eux le Pavillon Médical et le Centre de Bienvenue.

« - Qu’y a-t-il ? » demanda Frédéric.

« - Rien ! Avançons ! » dit-elle en reprenant la tête de la marche.

Le tunnel, donnant une vue imprenable sur l’océan, fut particulièrement long mais il finit par déboucher sur un nouveau hall avec de nombreuses portes ... et quelques chrosômes errant de-ci de-là à la recherche de quoi se sustenter ou se droguer. Jusqu’à présent, ils n’avaient pas encore remarqué leur venue, trop concentrés qu’ils étaient.

« - Par où va-t-on ? » demanda Frédéric à voix basse.

Elizabeth pointa du doigt une porte devant laquelle se trouvaient trois chrosômes. Ils allaient devoir les neutraliser sans alerter les autres ... L’usage du feu était donc à proscrire puisque quiconque d’enflammé se mettait à hurler avec puissance. Frédéric s’avança alors seul vers le trio et observa bien leur disposition. L’un d’eux était quelque peu à l’écart tandis que les deux autres fouillaient des bagages laissés en vrac presque côte à côte. Frédéric choisit de s’en prendre à ces deux là en premier. En un éclair il passa son bras autour du visage de celui de gauche, l’empêchant de crier. Le second, voyant son acolyte se relever aussi soudainement, tourna la tête vers lui. Mais à peine eut-il compris qu’ils se faisaient attaquer que Frédéric l’égorgea de sa main libre dont il avait transformé les doigts. Tandis que le second tombait à genoux en émettant des gargouillis à peine audibles, Frédéric brisa la nuque de celui qu’il avait immobilisé. C’est alors que le troisième chrosôme se releva.

« - OUAIS ! J’en ai trouvé ! » s’écria-t-il en levant au ciel une seringue remplie d’un liquide rouge, de l’adam.

La seconde d’après une pointe de glace vint lui transpercer la gorge, mais trop tard. Tous les chrosômes du hall l’entendirent s’esclaffer et reportèrent leur attention sur lui. C’est ainsi qu’une dizaine d’individus s’élancèrent sur Frédéric. Lâchant sa seconde victime, Frédéric usa de sa pyrokinésie pour dresser un mur de flammes entre son groupe et les chrosômes.
Sans se faire prier, le reste du groupe le rejoignit et tous passèrent la porte qu’Elizabeth leur avait indiquée tandis que derrière eux les chrosômes s’époumonaient à leur crier dessus des injures et à leur lancer divers détritus.
Derrière la fameuse porte, un nouveau couloir en quartz les amenait à une salle assez obscure. Dès qu’ils posèrent le pied dans la pièce, des lumières s’allumèrent, leur rappelant que trop le phare. Une fois, encore, ils eurent la surprise de se retrouver face à une bathysphère.

« - On remonte ? » fit alors Miles.

« - Non, on descend encore un peu plus ! » répondit Elizabeth.

Cette fois, tous purent prendre place dans la bathysphère. Celle-ci était beaucoup plus spacieuse que la première mais aussi plus luxueuse. Les sièges étaient en velours et la cabine décorée de quelques dorures ostentatoires. Une fois la bathysphère en plongée, des hublots leur permirent d’observer le fond océanique. Au loin, ils purent voir un calamar géant se laissant porter par les courants.
La plongée fut relativement courte et s’acheva en regagnant un nouveau bâtiment : les Hauteurs d’Olympie. La porte de la bathysphère ouverte, ils découvrirent un quai immaculé et blanc. Le sol, les murs, le plafond, tout semblait être en marbre. Deux gigantesque colonnes crénelées en marbre encadraient la porte menant aux Hauteurs d’Olympie à proprement parler. Au-dessus était tendue une banderole bleue où était inscrit en lettres d’argent le message suivant : "Bienvenue au sommet ! Jouissez en compagnie des dieux de vos privilèges durement acquis !".

« - Sont vraiment pas nets dans cette cité ! » fit Frédéric.

Ils franchirent alors la porte et se retrouvèrent dans un nouveau tunnel de quartz qui fut particulièrement long à parcourir et finalement, ils arrivèrent dans une pièce faisant office de carrefour. De taille modeste, la salle était munie d’une multitude de portes. Au-dessus de chacune d’elles était indiquée la destination vers laquelle quiconque se dirigerait en l’empruntant. Il y avait là divers noms fortement évocateur : Hauteurs d’Olympie, Trésor de Neptune, Arcadie, Forteresse Folâtre, Héphaïstos, Ryan Amusements, Pointe Prométhée. A peine eurent-ils fini de lire toutes les destinations qu’Elizabeth se dirigea de suite vers la porte menant à la Pointe Prométhée. Encore une fois, ils durent franchir un interminable tunnel en quartz avant d’atteindre un autre quai avec une nouvelle bathysphère. Mais à peine pénétrèrent-ils dans la pièce qu’une escouade de militaires, ou plutôt de miliciens, sortit de derrière la bathysphère, à l’autre bout de la pièce, en courant droit vers le mur de droite. Au lieu de se cogner la tête contre le mur, une espèce de brèche dimensionnelle grisâtre s’ouvrit, leur permettant de s’enfuir l’un après l’autre. Elizabeth sembla les reconnaître.

« - Impossible ! Comment sont-ils venus ici ? ... ATTENDEZ ! » s’écria-t-elle.

Le dernier milicien s’aperçut alors de leur présence et s’arrêta.

« - L’agneau ? » dit-il en les voyant.

Mais il n’eut pas le temps de s’attarder plus que l’un des siens le tira par la brèche avant que celle-ci ne se ferme. Personne dans le groupe ne comprit ce qui venait de se passer.

« - C’est quoi ce binz ? Y a des chrosômes munis du pouvoir de créer des ... portails ? » fit alors Miles.

Intrigué par ce qu’ils avaient bien pu faire derrière la bathysphère, Wade contourna l’engin. Une petite lumière rouge clignotante attira son attention. Il fit un pas de plus et reconnut alors une bombe à retardement. Le temps que son esprit interprète ce qu’il venait de voir, Wade se mit à hurler.

« - SAUVEZ-VOUS !!! »

Sans essayer de comprendre la raison de son ordre, tout le monde repartit par le tunnel. A peine la porte se referma-t-elle derrière eux qu’une explosion ébranla tout le tunnel à tel point qu’elle fit trébucher tout le monde. Se relevant lentement, ils regardèrent en arrière. La porte derrière eux s’était pliée sous le souffle de l’explosion et permettait de voir quelque peu le quai. Ils eurent à peine le temps de constater que la bathysphère n’était plus qu’un chaos de métal qu’un puissant geyser d’eau surgit du puits de plongée. L’explosion avait bouleversé l’équilibre des pressions dans le quai et l’océan s’engouffrait maintenant avec fureur dans la salle. Tous se relevèrent alors et se mirent à courir à en perdre haleine.
Soudain, Wade s’arrêta inexplicablement. Devant lui, le groupe continuait de courir mais lui semblait happé par une toute autre préoccupation. Tout cela lui semblait étrangement familier. Devant, Miles se rendit compte qu’il s’était arrêté et s’arrêta à son tour.

« - Qu’est-ce qui te prends ? On n’a pas le temps d’admirer le paysage ! Cours ! » lui dit-il.

Wade sembla piégé dans son errance. Il regarda le groupe qui devant lui s’éloignait. Il comptait non pas cinq individus mais sept. Un court instant il crut voir Wallace en lieu et place de Cochran. Puis, il tourna la tête vers le plexiglas à sa droite et vit au loin une baleine. Derrière lui, il vit un torrent d’eau furieux le menacer de l’engloutir. Il revint à la réalité des choses lorsqu’une main l’agrippa par le poignet.

« - WADE ! RÉVEILLE-TOI !!! » lui cria alors Sandora.

Tous les deux reprirent alors leur course à travers le cylindre de quartz. Le reste du groupe les avait devancés d’une bonne longueur. A mi-chemin, Miles semblait avoir ralenti d’allure et les exhortait à se bouger le cul. Mais Wade s’était arrêté trop longuement. Ils pataugeaient déjà dans l’eau et des fissures apparaissaient sur le quartz, faisant la course contre eux. Rapidement des jets d’eau à haute pression vinrent leur arroser le visage. Bien qu’à chaque pas, des signes leur disaient que la course était perdue d’avance, Wade et Sandora couraient tout de même pour déjouer le sort. Frédéric, Elizabeth, Jeremiah, Isaac et Cochran avaient déjà atteint l’autre bout du tunnel et les encourageaient autant qu’ils le pouvaient. Seul le vampire ne fit rien, se concentrant pour tenter de retenir l’eau par télékinésie et leur donner quelques secondes de plus. Mais le vampire luttait contre l’Océan Atlantique, une force bien trop grande pour lui. Comprenant que jamais, ils n’y arriveraient, Miles tenta de mémoriser au mieux la salle dans laquelle Frédéric et les autres se trouvaient. Puis il s’arrêta et tendit la main vers Sandora et Wade au moment même où le tunnel implosait sous la pression. Derrière Miles, Elizabeth prit la difficile décision de sceller le sas.

« - QU’EST-CE QUE TU FOUS ? » lui cria Frédéric.

« - ILS SONT DÉJÀ PERDUS ! JE NOUS SAUVE TANT QU’IL EST ENCORE TEMPS ! » lui répondit-elle.

Miles parvint à se téléporter in extremis dans la salle de carrefour. Soulagé de le voir réapparaître, Frédéric s’empressa de lui demander où étaient Sandora et Wade. Miles dut avouer qu’il n’avait rien pu faire. Frédéric se mit alors à hurler le nom de Sandora.
De l’autre côté du sas, Sandora et Wade sombraient dans une eau glacial et ténébreuse ; ce dernier ferma les yeux en comprenant enfin ce qui l’avait tant perturbé : la première vision procurée par Adalheid sur la Terre 576.
_____________

Note 1 : Le personnage féminin qui apparaissait à la fin du chapitre 258 et dont on apprend le nom au début de ce chapitre existe bel et bien dans la franchise Bioshock. Apparaissant dans Bioshock Infinite, jeu auquel je n’ai joué que récemment, elle a bouleversé la trame originale que j’avais prévue pour cet arc. Vous comprendrez pourquoi dans quelques chapitres.
Bien qu’elle en modifie énormément le déroulement, elle n’en changera en rien la conclusion, là encore, vous comprendrez de quoi je parle plus tard.
Tout cela pour vous dire que Bioshock Infinite n’a pas été l’opus qui m’a décidé d’écrire un tel arc. Cet arc n’est pas un arc bonus issu de nulle part, il a bel et bien sa place dans la continuité de Babel. Preuve s’il en est que j’avais prévu dès le chapitre 143 de faire intervenir cette licence dans son déroulement ... chapitre qui remonte à plus de deux ans Wink
_____________

Note 2 : Apparence d'Elizabeth (version Biosock Infinite - le Tombeau sous-marin)

_____________

Note 3 : La remarque d’Isaac à propos de la queue d’un avion n’est pas innocente et fait directement allusion à un événement passé au début du premier Bioshock. De même, nos héros ont rencontré des situations qui ne devraient pas être étrangères aux aficionados du jeu.
_____________

A suivre dans la chapitre 260 : Rosie !
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Elizabeth PETERS (Etats-Unis)
» Elizabeth George - The Inspector Lynley Mysteries et autres romans
» Spoil Bleach chapitre 274
» Elizabeth Goudge
» Bleach - Chapitre 322 BKT
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 259 - Elizabeth :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 259 - Elizabeth
Message le Dim 12 Juil - 9:51 par Shion
Décidément, cet arc bouge beaucoup. Je me demande comment Wade et Sandora vont s'en sortir.

Par contre, je suis un peu surpris que Wade se soit tant laissé surprendre par la réalisation de sa vision.
avatar
Re: Chapitre 259 - Elizabeth
Message le Dim 12 Juil - 10:48 par Jezekiel
Ta surprise me surprend :p

Quelques explications concernant Wade semblent donc nécessaires.

Avant toute chose, il faut relire le chapitre 143 et plus particulièrement le paragraphe concernant sa propre vision (le sixième).
A quelques détails près (et c'est voulu) c'est ce qui se passe dans ce chapitre. Hormis ces détails, j'ai voulu que cela se passe de la même façon.

Cela explique donc le déroulement de cette scène mais pas pourquoi Wade s'est laissé submerger par la réminiscence de cette vision.

A vrai dire, c'est son subconscient qui joue pour beaucoup dans ce chapitre.
La première fois que Wade pénètre l'un de ces tunnels, il marque un court temps d'arrêt sans trop savoir pourquoi. Puis lorsque la fameuse vision se réalise, il est quelque peu perdu et réagit comme il l'avait fait lorsqu'il avait eu cette vision pour la première fois. Au fond de lui, il savait déjà comment cette scène allait se finir.

Il en a été de même pour Jeremiah lorsqu'il a vécu la vision du chapitre 200. Il a été perdu quelques secondes avant que Vlad ne prenne la parole et le tire de son errance. Même si j'ai placé plus de lignes le temps de l'errance de Wade, cela n'a duré que quelques secondes également ... sauf que contrairement à Jeremiah, il était dans une situation d'urgence et quelques secondes lorsqu'on a un océan qui déferle sur vous, c'est fatal XD

/!\-- Attention ! Spoiler ! A ne pas lire si vous ne voulez pas vous faire spoiler la suite.
Spoiler:
 
Re: Chapitre 259 - Elizabeth
Message  par Contenu sponsorisé
 

Chapitre 259 - Elizabeth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre III - une Bibliothèque de Mondes :: Arc 16 - des Mondes de Bioshock-
Sauter vers: