Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 270 - Impitoyable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 1012
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 37
Localisation : Poitiers, Vienne, France

27092015
MessageChapitre 270 - Impitoyable

Terre 6782 - République indépendante d’Irlande - Dublin - Quartier Clontarf Note 1

Seulement quelques jours s’étaient écoulés depuis la conférence aux Nations Unies du ministre de l’intérieur français et déjà son ministère croulait sous les demandes d’aides de différentes nations. La force de frappe Crypte était demandée aux quatre coins du globe soit comme division nationale soit pour des interventions ponctuelles ciblées. C’était le cas aujourd’hui, ici en Irlande. Après avoir accepté et reconnu l’indépendance du petit état insulaire, la France s’en était fait une alliée à toutes épreuves. C’est pourquoi sa demande d’intervention fut placée au sommet de la pile. Les hommes de la Crypte, commandés par le Commandant Millehard Grabstein, étaient tous vêtus d’armures de combat renforcées pensées pour le combat contre les cryptides. Pas une parcelle de peau n’était visible. Leur arrivée, dans une rue voisine de l’édifice cible, avait était la plus discrète possible. Ils avaient pour mission de pacifier le bâtiment qui abritait plusieurs cryptides, une dizaine au bas mot.

« - Commandant ! Quel genre de saloperie on va rencontrer déjà ? » demanda l’un des hommes de Grabstein.

« - Les Irlandais n’ont pas été capables de les identifier formellement donc tenez-vous tous sur vos gardes » répondit sèchement Grabstein par intercom.

Après ce bref échange, le silence se fit dans l’unité au mesure qu’elle avançait vers l’immeuble. Malgré le grand soleil, ils se faufilèrent inaperçus jusque dans la ruelle sombre et sordide qui donnait sur l’arrière de l’édifice. Bien évidemment, la porte était fermée à clef. L’un des hommes s’avança et plaça une sorte de pâte plastique grise au niveau du verrou et des charnières. Le soldat fit un décompte avec ses doigts à partir de cinq. Lorsqu’il eut entièrement fermé le poing aucune explosion ne se fit entendre. Néanmoins la porte tomba en arrière et claqua au sol. Sans attendre, la Crypte instaura le bâtiment comme un seul homme. Fouillant chaque pièce avec rapidité et efficacité, ils ne visitèrent que des pièces vides. Sans perdre de temps, ils montèrent au premier étage. Là ils arrivèrent dans une vaste pièce où plusieurs lits étaient rangés en rangs. Dessus, plusieurs créatures d’apparence humaine semblaient dormir paisiblement. Toutes ? Non ! L’une d’elles se tenait au milieu de la pièce les mains en l’air.

« - Ne tirez pas ! » demanda-t-il.

Grabstein et ses hommes firent passer la vision de leur visière en vision thermographique quelques secondes durant. Toutes les créatures allongées dégageaient une température bien plus basse que la normale. Celle qui se tenait devant se situait dans les normes humaines.

« - Êtes-vous une de leurs victimes, monsieur ? » demanda Grabstein.

« - Victime ? Non ! Je vis avec eux et les aide autant que je le peux » répliqua l’être humain.

« - Vous voulez dire que vous rabattez leurs proies dans l’espoir de leur baiser d’immortalité ? »

« - Nooon ! Jamais je ne ferais cela ! » protesta l’homme avec véhémence et dégoût.

Ses protestations finirent par réveiller les créatures allongées sur les lits. Face à ces intrus armés, elles se trahirent en dévoilant leurs canines pour intimidation.

« - Des vampires ! »

« - Ils ne font de mal à personne ! » intervint à nouveau leur acolyte.

« - Et ils se nourrissent comment, de lait à la fraise peut-être ? » rétorqua l’un des hommes du commando.

« - Non ! Ils boivent le sang des poches à transfusion que je leur apporte ».

« - Et privent les êtres humains accidentés qui en ont besoin. Indirectement, ils tuent bel et bien des innocents. VISEZ LES FENÊTRES !! » conclut Grabstein.

Chaque homme de la Crypte visa une fenêtre et tira dessus au fusil à pompe. La lumière purificatrice du soleil inonda en un instant toute la pièce. Les vampires s’enflammèrent au contact de la lumière, leur infligeant d’atroces souffrances avant de tomber les uns après les autres en tas de cendres. Toutefois, l’un d’eux, sûrement le plus vieux de ses congénères, l’alpha du groupe, parvint à surmonter cette indicible douleur et se jeta sur Grabstein tout en se consumant. Nullement pris au dépourvu, le commandant attendit la dernière seconde avant de lui tirer une balle de son magnum en plein visage. Le vampire écarquilla les yeux en sentant une radiation le consumer également de l’intérieur. Son corps fut pulvérisé par une intense lumière violette, une balle UV comme l’appelaient les membres de la Crypte.
L’acolyte humain tomba à genoux parmi les cendres de ses défunts amis. Il saisit alors plusieurs poches de sang pleines.

« - C’ÉTAIT DU SANG SYNTHÉTIQUE !!! » s’écria-t-il.

Sortant un revolver, Grabstein s’approcha de l’homme et lui tira une balle en pleine tête à bout touchant.

« - Peu importe » dit-il froidement avant de se retirer.

_____________

Terre 635... Erreur - Mastercorps - Stalag H

« - Pourquoi nous ferions vous confiance ? » demanda Wade.

« - La vérité c’est que vous ne le pouvez pas ! Vous ne pouvez faire confiance à personne ici ! » répondit Hazier.

« - Au moins c’est honnête » dit Jeremiah.

« - C’est bien la seule chose chez moi ! » répliqua Hazier avec un rire.

« - Nous n’avons pas de temps à perdre ! Sandora se fait actuellement torturer ! Faut sortir d’ici !! » intervint Frédéric.

L’homme joignit le geste à la parole et tenta de se métamorphoser pour briser le harnais. Mais immédiatement il reçut une violente décharge qui le cloua au sol.

« - Tu n’es pas encore assez remis. Moi, en revanche ... » dit Miles.

L’homme se métamorphosa en un éclair en faisant appel à la force de Nwa. Le harnais lui administra décharge sur décharge. Des éclairs et autres arcs électriques jaillirent de tout le corps de Miles jusqu’à ce que le grésillement des décharges soit remplacé par des craquements. Forçant autant qu’il le pouvait, Miles parvint à détruire le harnais qui tomba en pièces au sol.

« - Décidément, ça va devenir ma technique secrète de la mort qui tue ! » déclara-t-il, fier de lui.

« - Quelle idée de vouloir te neutraliser à coup de décharges aussi ! » lui répondit Frédéric en souriant.

Sans attendre, Miles défonça la porte de sa cellule. Il se rendit de suite devant celle de Frédéric et sortit la porte de ses gonds. Il empoigna alors le harnais de Frédéric et suspendit son geste.

« - Ça va faire mal ! » le prévint-il.

« - Sans blagues ? Vas-y ! »

Miles exerça une force colossale sur le harnais pour le détruire au plus vite. Néanmoins le processus ne manqua pas de déclencher une puissante décharge. Frédéric accusa le coup quelques secondes durant avant de se relever tant bien que mal. Se dirigeant de suite face à la cellule de Cochran, Miles arracha la porte. Cette fois, il ne pénétra pas dans la cellule et laissa Frédéric se charger de son occupant. En effet le soldat se vidait de son sang depuis leur défaite et une telle décharge l’achèverait à coup sûr. Toutefois, le traitement qu’allait lui infliger Frédéric n’était guère mieux. Tandis que Miles libérait ses compagnons l’un après l’autre, Frédéric s’évertuait à cautériser les plaies ouvertes de Cochran. Dans les vapes jusque là, le soldat se réveilla en hurlant. Durant de longues secondes il empoigna Frédéric avec force avant de tomber en syncope.
_____________

3 heures plus tôt

Voyant ses compagnons combattre chacun l’un des adversaires qui étaient soudainement apparus au-dessus d’eux, Sandora connut un excès de confiance et poussa un cri surpuissant à l’encontre du reste de ces individus, soit cinq d'entre eux. Ses adversaires pris au dépourvu, son cri eut son effet et les déstabilisa suffisamment pour les faire chuter du ciel. Celui qu’elle avait assez déconcentré pour obtenir ce résultat n’était autre que le double de Stephen. Sorcier également de son état, il maintenait en lévitation ses collègues et peut-être était-il également celui qui les avait amenés aussi rapidement sur les lieux. Regardant le reste de leurs assaillants tomber, elle n’en dénombra que quatre. Où était passé le cinquième ?

« - Petit oiseau ? Petit oiseau, je suis toujours en haut ! » dit alors une voix perverse.

Elle releva la tête et vit son interlocuteur toujours en l’air. Il avait manifestement la capacité de léviter par ses propres moyens.

« - Petit oiseau ! »

« - C’est bon je t’ai vu le taré ! » lui répondit Sandora.

« - Petit oiseau n’a pas un joli chant ! Voyons s’il peut toujours chanter dans le vide ! »

La seconde suivante, Sandora sentit l’air quitter ses poumons et sortir de sa bouche comme un torrent. Rapidement, elle suffoqua et tomba à genoux tout en mettant ses mains sur sa gorge.

« - Tu peux m’appeler Void. Allez ! Dis-le ! V-o-i-d ».

« - SANDORA !! » cria alors Frédéric.

En une fraction de seconde, Frédéric tira une boule de feu dans le dos de ce Void. Surplombant la scène, Void n’eut aucun mal à éviter la boule de feu.

« - Petit chien est bien mal élevé, qu’il continue de jouer avec son copain ... sinon je broierais mon jouet ! »

Sur la fin, la voix de Void devint sinistre. Ce fut au tour de Cochran d’entrer en scène. Il sortit son M-16 et visa Void. Mais il n’eut pas le temps de tirer la moindre balle que son arme fut tranchée en deux. Cochran eut tout juste le temps de regarder sur sa gauche et de reconnaître Bud, l’un de ceux que Sandora avait fait chuter, que ce dernier le lacérait d’un coutelas. S’ensuivit une danse mortelle teintée de rouge. Cochran ressembla à un pantin dont les ficelles étaient tirées par Bud et ses couteaux.

Le combat était mitigé. Frédéric avait clairement l’ascendant sur son adversaire mais il était le seul. Wade, Sandora, Cochran et Isaac étaient à la merci de leurs ennemis tandis que Miles et Jeremiah semblaient faire jeu égal avec les leurs. Alors que Frédéric allait décider d’en finir avec Ross, le double de Stephen se releva. Ses yeux brillaient d’une lumière violette.

« - PAR LES ANNEAUX D’AMDULEFIUS ! »

Aux mots du sorcier, tous les membres du groupe de Frédéric s’immobilisèrent les bras le long du corps et les jambes serrées l’une contre l’autre, comme s’ils étaient enserrés par une force invisible. Apparurent sur leurs corps quelques secondes plus tard comme un gigantesque serpent sans tête d’énergie émeraude. Le sorcier avait lancé un sort de contention. Durant près d’une minute, ils furent ainsi à la merci de leurs adversaires jusqu’à ce qu’un gigantesque mécha n’apparaisse dans le ciel et ne se pose en un violent choc au milieu d’eux. Sous les directives de Stephen, le mécha dirigea sa main en premier lieu vers Frédéric. Un obturateur s’ouvrit dans sa paume et un mécanisme, semblable à une araignée, en sortit avec vélocité. Elle traversa le sort magique de Stephen et s’agrippa au torse de Frédéric. Il s’agissait là des fameux harnais qui neutralisaient toute tentative d’évasion.
_____________

Stalag H

Miles, Frédéric, Wade et Jeremiah libres, restait la question de Hazier et Giaz.

« - Que fait-on d’eux ? » demanda Miles.

« - On ne peut pas les laisser là » répondit Jeremiah.

Sans attendre un quelconque consentement du reste du groupe, le vampire gela la serrure de la cellule de Giaz. Le reptile sembla surpris qu’il le libère en premier.

« - Tu es libre ! Fais ce que bon te semble ! » lui adressa Jeremiah.

« - N’espère pas un quelconque geste de gratitude ! » répliqua Giaz.

« - Je n’espère rien » rétorqua le vampire en s’écartant pour le laisser passer.

Giaz sortit alors de sa cellule calmement. Il observa chacun des humains ici présents puis se dirigea vers la sortie du baraquement. Après quoi, Jeremiah se dirigea vers la cellule d’Hazier.

« - Lui aussi ? » fit Miles, étonné.

« - S’il est prisonnier, c’est pour une bonne raison ... » répondit Jeremiah en gelant la serrure.

« - ... Et puis, on va avoir besoin de lui pour nous guider au plus vite vers Sandora, puisqu’il connait si bien les lieux ! »

Frédéric se mit à sourire devant la sournoiserie de son ami.

« - Si vous m’ôtez ce harnais, je vous emmènerais jusqu’à l’Eden même si vous le désirez » répondit Hazier.

« - Étant donné ta verve, on va plutôt te le laisser jusqu’à ce que l’on ait retrouvé Sandora ! » intervint Wade sur un ton neutre.

Hazier grimaça. Non pas à cause de la décision du groupe de lui laisser le harnais mais plutôt à cause de lui-même pour l’avoir encore trop ramenée.

« - Une fois votre amie retrouvée, vous me l’ôterez ? » demanda-t-il.

« - Rien n’est moins sûr, mais ce n’est pas exclu ! » répondit Frédéric.

Hazier réfléchit durant quelques seconde.

« - Étant donné mon handicap et le blessé que l’on va traîner ... il nous faut libérer Northwood ! » dit-il finalement.

« - Pourquoi donc ? » répliqua Miles.

« - Il fera une parfaite diversion lorsqu’il sera libre ».
_____________

Note 1 : Le lieu du paragraphe d'intro n'a pas été pris au hasard.
Il s'agit du quartier où est né Bram Stoker, l'auteur du roman Dracula.
_____________

A suivre dans le chapitre 271 : Carnage !
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 270 - Impitoyable :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 270 - Impitoyable
Message le Dim 27 Sep - 19:29 par Shion
Jolie référence à Bram Stoker Smile

J'imagine que la Terre 6782 va devenir un enfer pour tous les cryptides, étant donné le cas assez extrême que tu présentes...

Grosse erreur du Mastercorps que de mettre un collier a décharges électriques à Miles XD Le groupe va pouvoir contre attaquer.

Le titre du prochain chapitre est plutôt alléchant Smile
avatar
Re: Chapitre 270 - Impitoyable
Message le Dim 27 Sep - 19:49 par Jezekiel
Merci pour ce commentaire ^^

Je dois dire que je suis assez satisfait de mon coup avec les paragraphes d'intro que je qualifierais d'exodimensionnel.
La première phase de leur traitement n'est pas encore terminé à ce jour. Je suis en train d'écrire le chapitre 274 et on en est encore en première phase. A priori, à la vue de tes commentaires dessus, je pense que leur utilité à la trame principale reste encore assez obscure ... même si, comme à mon habitude, il y a un fil ténu qui relie le tout ... d'où le pourquoi de ma satisfaction ^^

Concernant le 274, cela faisait longtemps mais je n'ai pas réussi à le finir ce week-end. Peut-être l'avancerais-je encore un peu plus plus tard dans la soirée mais je ne pense pas le finir. Faut dire qu'il en est déjà à sept pages mais que je n'ai pas encore réussi à atteindre le point que je voulais en rapport direct avec les images teaser que je poste sur la page FB. La semaine dernière, en affichant la première je me suis dis que je m'avançais peut-être un peu, à prévoir aussi longtemps à l'avance ... et bien me voici en quelque sorte coincé maintenant XD Je vais devoir coûte que coûte atteindre ce but d'une façon ou d'une autre :p
Re: Chapitre 270 - Impitoyable
Message  par Contenu sponsorisé
 

Chapitre 270 - Impitoyable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre III - une Bibliothèque de Mondes :: Arc 16 - des Mondes de Bioshock-
Sauter vers: