Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Chapitre 379 - Château de cartes

Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 1310
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 38
Localisation : Poitiers, Vienne, France

31122017
MessageChapitre 379 - Château de cartes

Terre 204378 - Cité nation d’Isola

Lorsque Isaac revint à lui, il était étendu au sol. S’apprêtant à se retrouver au sol tel un pantin désarticulé, il eut la surprise de se retrouver parfaitement allongé sur le dos, les jambes collées l’une à l’autre et les bras le long du corps. Manifestement, quelqu’un s’était occupé de lui lorsqu’il avait perdu connaissance. Il n’eut pas longtemps à se demander qui cela pouvait bien être en voyant le visage radieux de Mia au-dessus de lui.

« - Tu es réveillé ? » fit-elle, toute souriante.

Lorsque Isaac s’était affalé par terre suite à son contact avec les restes de la Déesse mécanique, de Io Pesnl, Evangeline McNieven avait fait appeler Mia. Cette dernière avait veillé sur lui jour et nuit. Elle fut alertée du réveil imminent d’Isaac par la luminescence de ses fibres musculaires qui revenait progressivement.
Isaac ne réagit pas immédiatement, son visage étant encore vierge. Puis il réafficha son smiley lumineux et sourit à Mia.

« - Comment vas-tu ? »

« - Je ... Mes systèmes sont redevenus pleinement opérants ».

Sur ce, Isaac se releva mécaniquement et observa les lieux où il se trouvait. Il avait été laissé dans la chapelle ardente, juste à côte des restes de Io. Il observa ces restes durant de longues secondes.

..oO( Vas-tu retourner dans ton corps ?) demanda-t-il à Io.

Mais Io ne répondit pas. Qu’est-ce que cela signifiait-il ? Pourquoi ne répondait-elle plus à ses sollicitations ? Isaac s’approcha de ses restes.

« - As-tu retrouvé ton corps ? » demanda-t-il à voix haute en plongeant son regard dans les yeux livides des restes de Io.

Mia fut stupéfaite par ce qu’il venait de dire.

« - Tu es entré en contact avec la Déesse mécanique ? » lui demanda-t-elle.

Isaac se retourna vers elle.

« - ... Oui ! »

« - Non, Isaac, je ne suis pas retourné dans mon corps. Celui-ci ne peux plus m’accueillir » répondit soudainement la voix de Io.

A en voir la réaction de Mia, elle aussi l’avait entendue. Réalisant qui venait de parler, Mia tomba à genoux et baissa la tête, comme le ferait n’importe quel croyant en la présence de la divinité qu’il vénère.

« - Où es-tu ? »

« - ... Partout ! »

« - Dans le réseau informatique mondial ? »

« - Non ! Dans celui d’Isola. Isola est moi et je suis Isola ! »

C’est alors que surgit dans la pièce Evangeline McNieven. Elle avait entendu les dernières paroles de Io.

« - Déesse ? Vous ... ? » commença-t-elle à dire, incrédule.

Elle vit alors Isaac revenu à lui.

« - Tu as réussi à la ramener parmi nous ! Merci ! »

Isaac observa McNieven. Ses constantes physiques trahissaient un stress manifeste.

« - Io ... Votre Déesse mécanique a toujours été là ».

« - Quoi ? Comment ça ? »

Isaac se retourna vers les restes de Io comme pour lui indiquer de prendre la suite. Un hologramme à taille humaine apparut alors en front des restes de Io. Jamais elle n’avait semblé aussi resplendissante.

« - Depuis l’événement, je n’ai jamais cessé de veiller sur ceux qui m’ont rejointe » dit-elle en tendant les bras et embrassant la pièce de son regard.

A son apparition, McNieven adopta la même posture que Mia. Puis elle comprit ce que Io venait de dire et elle écarquilla ses yeux. C’était donc leur Déesse qui subvenait à leurs moindres besoins au sein d’Isola, C’était elle aussi qui restructurait la cité pour accueillir toujours plus de monde. McNieven réalisa ce que cela signifiait. Tout ce que la ville faisait pour ses occupants, la moindre action, même le petit rien qui était entré dans leur quotidien, comme les lumières qui s’allumaient bien avant qu’on y pénètre. Tout dans cette ville était de la volonté de la Déesse mécanique. McNieven porta alors sa main gauche sur son bras droit, presque machinalement.
Isaac remarqua son geste. Pourquoi McNieven touchait-elle son bras droit comme s’il la gênait ? Mais cette fois, Isaac ne fut pas le seul à le remarquer ; Io aussi le remarqua. Le visage de son hologramme prit une expression pleine de bienveillance.

« - Evangeline McNieven, je ne t’en veux pas ! » dit-elle soudainement.

McNieven écarquilla les yeux. Sa déesse connaissait son honteux secret. En même temps, comment cela aurait-il pu lui échapper ?

« - Ordonnez et j’exécuterai, Déesse ! » dit-elle soudainement en relevant la tête, les yeux emplis de détermination.

Io se mit à sourire.

« - Je ne souhaite pas que tu te mutiles. Et puis je ne saurais qu’en faire alors que tu vas en avoir bien plus besoin que moi dans les heures à venir ».

Les paroles sibyllines de Io intriguèrent Isaac. Mais une partie devrait attendre ; elle avait fait mention de l’actualité. Qu’était-elle donc ? Isaac se reconnecta au réseau informatique mondial. Son ... "absence" avait duré plusieurs jours ... et la situation du pays avait grandement évolué. Elle avait empiré au-delà de tous les modèles prédictifs d’Isaac.

Depuis les manifestations et leurs débordements qui s’étaient transformés en affrontements armés contre les forces de l’ordre, les augmentés, quels que soient leur milieu, leurs origines, étaient réprimés du simple fait qu’ils étaient des augmentés. Peu importe qu’ils aient participé aux émeutes ou qu’ils soient restés calfeutrés chez eux ; être augmenté suffisait aux forces de l’ordre. Ainsi nombre d’augmentés défièrent la loi martiale instaurée à l’échelle nationale pour fuir et rejoindre Isola. Les foyers d’affrontements s’éteignirent d’autant plus vite que la population d’augmentés fuyait vers leur El Dorado.
Bien que quittant leur ville, leur maison, leur famille, les augmentés étaient pourchassés. Après les incidents de Chicago, Charlotte, Nashville, Atlanta et New York, le gouvernement américain, bientôt imité par de nombreuses nations à travers le globe, déclara que tout augmenté était dorénavant considéré comme une arme de destruction massive. Il était intolérable que ces armes continuent à menacer les civils et que leur démantèlement était une obligation pour permettre un retour au calme et à l’ordre. Une loi fut votée à l’unanimité et avec une vitesse déconcertante. Légalement, être un augmenté était dorénavant un crime. Quiconque croisait le chemin d’une personne présentant des signes extérieurs d’augmentations avait le droit de tirer à vue.

Isaac ne comprenait pas ce qui avait bien pu pousser le gouvernement à adopter une telle loi. Il n’y avait là aucune logique, aucune relation de cause à effet suffisante pour une mesure aussi extrême. La réponse était démesurée face à la menace incarnée par une poignée d’individus aisément discernables. Les neutraliser était une autre affaire mais les fauteurs de troubles pouvaient être ciblés distinctement des autres individus augmentés lambda. En quoi une personne ayant une insuffisance cardiaque, et donc bénéficiant d’une augmentation semblable à un pacemaker, représentait une menace mortelle ? On ne pouvait honnêtement pas qualifier cette décision d’acte réfléchi. Il n’y avait là aucune raison, tout avait été rongé par la folie ... la folie d’un dictateur génocidaire ? Soudain, Isaac comprit que cela était le fruit d’un esprit malade. Mais qui avait bien pu souffler une telle folie aux oreilles des dirigeants politiques ?

Isaac lança alors plusieurs recherches croisées sur les membres du gouvernements et du sénat pour tenter d’y déceler un motif récurrent, un contact ou un groupe en lien avec plusieurs d’entre eux. Bien sûr, il y avait les partis auxquels ils appartenaient. Il y avait aussi les lobbyistes, ces individus qui tentaient de faire pencher certaines situations à leur avantage en exerçant certaines pressions, manipulations ou promesses de gratifications futures. Il s’agissait là du commun politique. En croisant toutes les données auxquelles il avait accès, Isaac put rapidement définir un organigramme des différentes organisations, sociétés publiques ou secrètes, partis et leurs affiliés. Grâce à l’accès privilégié de Io au réseau mondial, en l’espace de quelques secondes, la politique des États-Unis n’eut plus aucun secret pour lui. Et quelques minutes supplémentaires lui furent nécessaire pour le faire à l’échelle mondiale. Même s’il dévoilait l’existence de plusieurs micro-partis, voire de sectes technofascistes, ce que découvrit Isaac ne fut pas suffisant pour autant influencer le gouvernement jusqu’à le pousser à écrire une nouvelle loi.

C’est alors qu’il découvrit encore un fait troublant. Un certain Francis Underwood avait trouvé la mort lors d’une émeute à Washington. Ce nom n’était pas ressorti par hasard. C’était le nom d’un des sénateurs des États-Unis. Sa mort était troublante et ne semblait pas avoir de lien avec une émeute. Un autre sénateur, ou plutôt une sénatrice, Jacqueline Sharp, avait elle aussi trouvé la mort dans des circonstances étranges. Mais ce n’était pas tout. Le ministre au transport, Garett Walker, était également décédé. Bien sûr, les émeutes avaient fait de nombreuses victimes mais ces trois personnalités avaient trouvé la mort sensiblement à la même heure dans deux villes différentes. Deux à Washington et le troisième à Pittsburg.
Isaac tenta alors de localiser les autres membres du Sénat ainsi que ceux du gouvernement. D’après leurs multiples téléphones et appareils connectés, tous les sénateurs s’étaient réunis en session extraordinaire, hormis Francis Underwood et Jacqueline Sharp. Ils se trouvaient donc tous actuellement au Sénat et ce malgré la promulgation de la nouvelle loi, il y a de cela trois jours. D’après l’historique GPS de leurs appareils, ils n’avaient pas bougé depuis ... même pas pour aller aux toilettes ou manger et boire quelque chose. Non, ils n’avaient pas bougé d’un poil de leurs pupitres. Depuis leur arrivée au Sénat et avoir pris position aux pupitres qui leur étaient attribués, ils n’avaient plus bougé. Cela ne signifiait qu’une seule chose, ils avaient tous été tués à leur arrivée. Une mort simultanée et fulgurante, sûrement causée par un quelconque produit chimique. Qui avait donc pu voter la loi ?
Orientant ses recherches en direction des membres du gouvernement, il découvrit la mort de trois autres ministres dans des circonstances similaires aux premières victimes. Mais étrangement, ceux-ci n’avaient pas encore été identifiés. Quant aux autres, ils s’étaient tous réunis dans le bunker de la Maison Blanche. Ce bunker enfoui à plusieurs mètres sous la Maison Blanche servait lors de menaces extrêmes mettant en péril la vie du président et des membres les plus importants du gouvernement ainsi que de l’état major. Ce bunker était réputé inviolable et imprenable. La sécurité était telle que pas même un cafard pouvait y accéder. Du côté informatique, le réseau interne était réputé isolé du reste du réseau mondial. Mais comme ils avaient accès à tout l’internet et à diverses communications. le bunker ne devait pas être si isolé qu’ils le prétendaient. Après plusieurs minutes, Isaac finit par découvrir l’architecture singulière du bunker présidentiel au sein de l’internet mondial. Basée sur la version 4, l’IP présidentielle était hors norme de telle manière qu’elle était quasiment invisible. Une adresse IP de version 4 classique était composée de 4 chiffres allant de 0 à 255 ; ce qui donnait par exemple : 90.125.68.13 . Bénéficiant d’une technologie inédite de protocole internet, l’IP présidentielle était chiffrée ainsi : -1.-1.-1.-1 . Chose complètement aberrante mais qui lui permettait de passer inaperçu ; une sorte de god mode sur le réseau mondial. En revanche, une fois identifié, les attaques pouvaient commencer. Mais au moment, où Isaac tenta de forcer les firewalls gouvernementaux, il se rendit compte que quelqu’un était passé avant lui et avait effectué une percée dans les firewall digne d’une autoroute. Isaac accéda ainsi au bunker sans aucune difficulté. Accédant au système de vidéosurveillance, ce qu’Isaac vit aurait pétrifié n’importe qui. Il n’y avait plus âme qui vive dans le bunker présidentiel. Tout l’exécutif du gouvernement avait été décapité, enfumé par un violent poison. Il n’y avait plus personne pour diriger le pays. Alors qui commandait les troupes armées qui se dirigeaient actuellement droit sur Isola ?
_____________

Note : Les personnages de Francis Underwwood, Jacqueline Sharp et Garett Walker ont tous été empruntés à la série TV "House of Cards".
Le titre du chapitre est évidemment également un clin d'œil à la série.
_____________

A suivre dans le chapitre 380 : Frère et sœur !
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org

 Sujets similaires

-
» Cartes d'invitations anniversaire Pokémon
» Gâteau au chocolat sans oeufs
» Château-Gaillard, trajet court
» Gâteau aux noix
» Spoil Bleach chapitre 274
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Chapitre 379 - Château de cartes :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 379 - Château de cartes
Message le Mar 2 Jan - 21:59 par Shion
Mauvaise intuition de ma part, je pensais qu'Underwood était peut-être un double de Westwood étant donné la similitude de leurs noms ^^

Maintenant qu'Isaac a neutralisé Carnifex, il va bientôt devoir traiter avec d'autres ennemis.
 

Chapitre 379 - Château de cartes

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre IV - Babel :: Arc 19 - A des Mondes de distance :: Sous-Arc 2 - Rêves artificiels-
Répondre au sujetSauter vers: