Roman en ligne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chapitre 37 - Comme un poisson dans l'eau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jezekiel
Admin
avatar

Messages : 1006
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 37
Localisation : Poitiers, Vienne, France

17032012
MessageChapitre 37 - Comme un poisson dans l'eau

[Date originale : 10 Avril 2011]
[Date correctif : 20 Juillet 2014]
Terre 6354

Assis confortablement dans son fauteuil, tourné vers la large baie vitrée, le général Ravenwork sirotait pensivement un whisky pur malt en contemplant la vue dégagée sur une cité aux allures futuristes où les bâtiments se dressaient en harmonie avec une nature riche et luxuriante, véritable utopie. L’homme était une véritable armoire à glace à la peau blanche et sans un seul cheveu. Une cicatrice déchirait la partie gauche de son visage en passant sur son œil qu’il maintenait fermé. Sur sa veste cliquetaient au rythme de sa respiration de nombreuses médailles. Le silence fut soudain troublé par un cognement à sa porte.

« - Entrez ! » dit alors le général d’une puissante voix mais sans forcer.

La porte s’ouvrit alors sur un homme plus jeune que le général et vêtu d’une blouse de laborantin.

« - Le compresseur quantique est réparé et relancé mon général ».

A cette allusion une étincelle brilla une fraction de seconde dans l’œil valide du général.

« - Bon travail ! Préparez sans tarder le D Cube, j’arrive immédiatement ».

« - A vos ordres mon général ».

Sur ce l’homme referma la porte.

« - Les affaires reprennent dirait-on » se dit-il à lui-même à voix haute en souriant avant d’engloutir le reste de son verre.

Il se leva et sortit de son bureau en le fermant à clef. Puis il se dirigea à travers les couloirs saluant tous ceux qu’il rencontrait jusqu’à parvenir à un ascenseur. A l’intérieur de la cabine, il sortit une petite clef pendant au bout d’une chaînette qu’il portait constamment autour du cou et l’inséra dans une petite serrure sous le clavier. L’écran de l’ascenseur lui confirma l’autorisation d’accès au dernier étage.
Au dernier étage il se rendit directement dans la salle d’observation qui donnait sur une vaste salle où résidait une machinerie complexe composée d’un gigantesque anneau de métal à l’intérieur duquel de multiples faisceaux pointaient le centre théorique de l’anneau. Ce dernier était relié au plafond par un puissant axe moteur.

« - Où en êtes-vous ? » demanda le général.

« - Compresseur relancé, faisceaux rallumés, en cours d’alignement » répondit l’homme qui était venu le voir à peine quelques minutes plus tôt.

« - Combien de fois faudra-t-il que je vous dise de faire des phrases ? » dit le général en secouant la tête les yeux fermés.

Tous sourirent, c’était presque un signe de bonne santé que le général râle ainsi. Sur les parois intérieures du cercle, les faisceaux bougèrent très lentement et imperceptiblement jusqu’à tous se rejoindre en un unique point.

« - Faisceaux fractals alignés ! » dit l’un des techniciens.

Un autre se mit alors à pianoter sur son clavier et l’anneau métallique se mit en branle. D’abord lentement, il commença à tourner de plus en plus vite jusqu’à ce qu’on ne le distingue plus.

« - Vitesse de percée atteinte ! » dit-il alors.

« - Messieurs, vos lunettes ! » dit l’ingénieur en chef.

Tous dans la salle chaussèrent des lunettes bien particulières. Une fois cela fait, l’ingénieur en chef appuya sur un bouton de la console principale et les faisceaux émirent une lumière éblouissante. A la convergence des rayons une étincelle brilla encore plus intensément.

« - Percée effectuée ! Élargissement ! »

Les faisceaux commencèrent à diverger tous dans le même sens et l’étincelle s’agrandit en fonction jusqu’à créer une sphère d’énergie rouge sang d’un rayon égal à l’intérieur de l’anneau.

« - Stabilisation ! »

L’anneau s’arrêta de tourner brutalement au son d’un puissant claquement. Tout aussi brutalement la sphère devint un disque.

« - Portail dimensionnel ouvert mon Général ! »

« - Lancez une sonde dans l’espace interdimensionnel ! Si elles nous ont attaqués ce n’est pas pour rien ! Ces catins ont dû agir à leur guise durant notre absence ».

Répondant à l’ordre du général, une trappe s’ouvrit dans le plafond, laissant descendre une machine ressemblant à un lance-balles de tennis mais en plus gros. Face au portail, la bouche du canon y propulsa une sphère métallique de taille conséquente : la sonde en question.

« - Plusieurs ondes de distorsions dimensionnelles détectées mon général ! » dit l’ingénieur en chef après quelques secondes, le temps de l’analyse.

« - Fallait s’y attendre. Quelle est la plus ancienne ? »

« - Étant donné le nombre important d’ondes et leurs échos, nous ne vous le dirons que dans quelques heures mon général ! »
_____________

Terre 3012

Il n’y avait guère que Frédéric, Jeremiah et Miles pour s’étonner de l’arrivée du sous-marin. Tous ici savaient très bien ce qui les attendait en ce lieu.
A peine le sous-marin eut-il fait surface que l’écoutille s’ouvrit et plusieurs hommes en sortirent précipitamment, mais de façon très organisée. Ils déployèrent rapidement des canots pneumatiques qu’ils mirent à l’eau. Arrivés sur la rive du lac, les hommes s’y dispatchèrent avec une organisation toujours aussi efficace. Tandis que certains faisaient monter les civils rescapés de la base Vulpes, d’autres déployaient des câbles qu’ils fixaient solidement aux mammouths. Du premier canot, le capitaine du sous-marin descendit et vint à l’encontre du plus haut gradé qu’il aperçut : Connors.

« - Lieutenant ! »

« - Capitaine Krenker ! »

« - Où est le reste de la chaîne de commandement ? »

« - Vous voulez parler de la section au-dessus de moi ? Ils sont tous morts lors de l’attaque de Vulpes ».

« - Fichtre ! La nouvelle série de drones est donc sortie. Il n’y a que quatre mammouths, doit-on attendre des retardataires ? »

« - Non ! Nous sommes les derniers ! »

A côté d’eux les rescapés embarquaient dans le sous-marin par vagues successives. Arrivèrent au niveau de Connors et Krenker un vieillard et son petit-fils. Le vieil homme, prénommé José, avait été un grand homme il y a de cela plusieurs années. Il avait entre autre élaboré les plans de la base Vulpes. Mais depuis la sénilité l’avait rattrapé et il n’était plus que l’ombre de lui-même … dans les meilleurs jours.

« - Vive les Jinzoningens ! » cria-t-il soudainement en levant les bras à l’attention de Connors.

« - Allons grand-père, cesse de dire des idioties » lui dit son petit-fils, Clément, en lui donnant une tape amicale dans le dos pour le faire avancer.

« - Mes dents ! Où sont mes dents ? » se mit à se plaindre José, croyant avoir perdu ses dents sur le coup.

« - Elles sont toujours dans ta bouche grand-père ».

« - COMMENT ? »

« - Veuillez excuser mon grand-père » adressa Clément aux deux hommes.

« - Ce n’est rien Clément. Il n’a pas pris ses pilules ? » lui répondit Connors.

« - Non, avec l’attaque il en a même oublié ses lunettes à triple foyers et son déambulatoire ».

Puis José et Clément avancèrent et suivirent les autres rescapés vers les canots. Quant aux hommes ayant fixé des câbles aux mammouths, ils remontèrent dans des canots pour fixer les autres extrémités au sous-marin.

« - Excusez-moi mais que comptez-vous faire avec ces câbles ? » demanda Frédéric, interloqué.

« - Nous allons couler ces mammouths pour laisser le moins de traces possibles de notre présence ici ».

Une demi-heure après l’arrivée du sous-marin, tout était fini. Les câbles étaient solidement fixés et les rescapés avaient tous embarqué dans le sous-marin. A peine l’écoutille fut-elle refermée que le sous-marin plongea au fond du lac. A l’intérieur on entendit les câbles se tendre puis d’énormes bruits sourds lorsque les mammouths s’échouèrent au fond du lac. Ce fut le signal pour faire sauter les attaches des câbles. Après quoi le navire s’engouffra dans un immense réseau de galeries tortueuses.

Cela faisait maintenant près d’une heure que le sous-marin naviguait lorsque l’opérateur radar signala de multiples échos. La déduction était simple : des Marine Gears les avaient pris en chasse. Ces drones étaient parfaitement inoffensifs face à un sous-marin car leur armement ne leur permettait pas de faire de quelconques dommages sur sa coque. En revanche ils allaient les suivre et ainsi trouver l’emplacement de la base Lutra … ce qui n’était bien évidemment pas envisageable. Sous les ordres du capitaine Krenker, le sous-marin s’immobilisa.
Rapidement une équipe de plongeurs de combat se prépara à sortir. Ils revêtirent une combinaison en latex tout ce qu’il y a de plus classique. Ils s’équipèrent ensuite d’un lourd et volumineux harnais dans le dos duquel se trouvaient des bouteilles d’oxygène couplées à un système de propulsion. Tandis que certains plongeurs se munissaient d’un filet électrique, d’autres prenaient des lance-harpons à têtes explosives. Ainsi armés, ils pouvaient rivaliser avec les Marine Gears.
A peine furent-ils dehors que le combat fit immédiatement rage. Les robots, outre un système de propulsion très performant, possédaient des armes peu ordinaires. Elles absorbaient l’eau, séparaient l’hydrogène de l’oxygène, compressaient les gaz obtenus et les propulsaient sous haute pression, provoquant de lourds dégâts sur les organismes et équipements des plongeurs. Alors que ces derniers voyaient leurs rangs être décimés, une seconde équipe commença à se préparer à laquelle se joignit Connors. Frédéric, Miles et Jeremiah insistèrent pour les aider également. Frédéric et Miles comprirent rapidement le fonctionnement des propulseurs. Quant à Jeremiah, Frédéric lui apprit sur quels boutons appuyer pour se déplacer sous l’eau tandis que tous s’équipaient.
En sortant du puits de plongée, Jeremiah vit un spectacle déroutant. C’était la première fois qu’il se retrouvait sous l’eau et il mit un certains temps à adapter ses sens tandis que tous se ruèrent dans la bataille. Son acuité visuelle lui permit de distinguer correctement les protagonistes. Son ouïe était très amoindrie sous l’eau mais cela ne l’empêchait pas d’entendre les déflagrations sourdes des harpons. Ses sens adaptés, Jeremiah se mit à observer la scène puis entreprit d’utiliser son harnais. Il se déplaça de prime abord par à-coups puis apprit rapidement à mieux se déplacer. A bord du sous-marin on lui avait expliqué que son rôle serait d’emprisonner les Marine Gears dans le filet qu’on lui avait confié afin de permettre à d’autres de leur tirer des harpons dessus. Ainsi Jeremiah se rua à son tour dans la bataille en direction des robots. Inexpérimenté, la sanction fut immédiate. Le Marine Gears ciblé esquiva sans mal son mouvement grossier et tira sur ses propulseurs en retour. La ruade de Jeremiah avait surpris tout le monde, Gears compris. Ayant détourné l’attention de l’un d’eux, celui qui l’avait esquivé et touché, l’un des nageurs en profita pour décocher un harpon qui fit mouche et l’explosa. Toutefois l’impact d’air compressé que Jeremiah avait encaissé avait provoqué des dégâts critiques sur son harnais qui cessa de fonctionner et l'immobilisa, à la merci d’autres Marine Gears. Frédéric et Miles se rapprochèrent de lui pour tenter de l’aider mais trop tard. Le harnais finit par exploser, blessant grièvement Jeremiah dans le dos et l’assommant. Miles fut le premier à réagir. Il savait que ses blessures, aussi graves soient-elles, allaient se refermer et qu’il n’avait nul besoin de respirer comme il l’avait montré à maintes reprises. Il fit donc mine de repartir vers les Gears mais Frédéric l’attrapa par la cheville, lui montrant du pouce Jeremiah surnageant. Les nageurs étaient dépourvus de communicateurs car les Marine Gears étaient capables de les intercepter ; ils utilisaient donc un langage des signes propre pour communiquer et s’organiser. Ainsi Miles tenta de lui faire comprendre qu’ils remonteraient Jeremiah à bord une fois débarrassés des Gears. Frédéric comprit le message grâce aux signes de mains évocateurs de Miles et s’éloigna également de Jeremiah.
Quelques minutes plus tard, Jeremiah revint à lui, toujours sous l’eau. Ses blessures s’étaient grandement résorbées mais n’avaient pas encore disparues. Il regarda autour de lui et vit que de nombreux cadavres et carcasses flottaient mais que le combat n’était pas encore fini. Il vit avec soulagement que ses deux compagnons étaient sains et saufs et toujours en train de combattre vaillamment les Gears. Bien que désirant ardemment les aider, une nouvelle problématique survint. Il n’avait plus de propulseurs et n’avait jamais appris à nager. Comment se déplacer efficacement dès lors ? Il se souvint alors de l’Arctic Gears qu’il était parvenu à rattraper en exerçant sur lui-même une poussée télékinésique. En regardant les robots et les nageurs évoluer, il se dit qu’après tout la nage ressemblait au vol. Il se concentra et se mit en mouvement très rapidement, droit sur un Gear. N’émettant aucun bruit, le Marine Gear ne le détecta pas et le choc fut plutôt brutal entre eux deux. Agrippé à son dos, Jeremiah saisissait le drone par la tête et exerçait toute sa force dessus. Bien qu’il tentât de se débattre, le Marine Gear ne put rien faire pour empêcher sa tête de nager séparément du reste de son corps. Après quoi, se saisissant de la tête du robot, Jeremiah fondit sur un autre Gear. Celui-ci le vit arriver et l’esquiva. N’ayant pas pris la tête du précédent Gear comme trophée, Jeremiah la propulsa avec force sur le robot et endommagea l’un de ses canons. Alors que le robot se retournait vers Jeremiah, Miles lui tira un harpon explosif dans le dos et le neutralisa.
Apprenant à maîtriser sa télékinésie, Jeremiah améliora ses déplacements et devint un atout certain. Finalement les nageurs eurent raison des Marine Gears dont les restes flottaient dorénavant tout autour du sous-marin. Les hommes ramenèrent à bords leurs collègues et amis tombés et une cérémonie funèbre fut célébrée avant d’envisager de repartir.
Les performances de Jeremiah sous l’eau ne passèrent pas inaperçues et soulevèrent de nombreuses questions. Le capitaine, voulant obtenir des réponses, les convoqua dans sa cabine, entouré d’une dizaine d’hommes armés.

« - Quelque chose doit m’échapper. Aux dernières nouvelles l’homme ne sait pas respirer sous l’eau. Vous avez une explication à cela ? »

« - C’est inutile Capitaine, je réponds d’eux ! » intervint Connors qui les avait accompagnés.

« - Cela ne me suffit pas Lieutenant ! J’ai pas envie d’apprendre à mes dépends qu’un Alpha Gear est parmi nous ! »

« - Voyons Capitaine, les Alpha Gear sont des légendes urbaines ! »

« - Me traiteriez-vous de naïf, Lieutenant ? »

« - Loin de moi cette idée capitaine. Mais ils ont été soumis aux scanners de Vulpes et ils n’ont aucun organe synthétique. Ils n’ont pas été améliorés ».

Le Capitaine s’adossa au dossier de son fauteuil et passa pensivement ses doigts dans sa barbiche plusieurs secondes durant.

« - Comme l’atteste l’attaque que vous avez subie, Vulpes n’était plus une base sûre et cela est de même pour ses scanners. Quand nous arriverons à Lutra, on fera monter à bord des scanners portatifs. D’ici là ils resteront confinés au broca ».

Nos trois hommes furent donc emmenés dans une petite pièce aux murs épais et à la lourde porte. La pièce tenait son nom de l’aire de Broca, une partie du cerveau humain en charge des schémas corporels moteurs du langage. Lorsque cet aire subit des lésions cela peut entraîner une aphasie, une incapacité de communiquer oralement. Ainsi, toute entité enfermée dans cette salle était incapable de communiquer avec autrui à l’extérieur. La pièce était insonorisée et un brouillage constant empêchait toute télécommunication.

« - ‘tain t’aurais mieux fait de faire le mort là-dessous ! » dit Miles à l’attention de Jeremiah.

« - Et comment tu aurais expliqué sa résurrection ? » lui répondit Frédéric.

« - Mouais ! Sinon je suis quasiment sûr d’être capable de défoncer c’te porte ».

« - Notre situation est suffisamment délicate comme ça et ça ne nous apporterait rien de bon ».

Finalement les trois hommes prirent le parti de tirer profit de cet isolement pour se reposer et dormir. Près de trois heures plus tard, le sous-marin ralentit et émergea. Ils étaient arrivés à la base Lutra.


Dernière édition par Jezekiel le Dim 20 Juil 2014 - 13:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://babel.forumgratuit.org
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Chapitre 37 - Comme un poisson dans l'eau :: Commentaires

avatar
Re: Chapitre 37 - Comme un poisson dans l'eau
Message le Sam 17 Mar 2012 - 13:28 par Shion
[Date originale : 12 Avril 2011]
Voici la nouvelle faction, j'imagine... ainsi que Clad XD
 

Chapitre 37 - Comme un poisson dans l'eau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Babel :: Livre I - Mondes Nouveaux :: Arc 4 - un Monde Synthétique-
Sauter vers: